Hadopi : le gouvernement n’envisage aucune compensation financière

6

Si les grands FAI français ont indiqué leur volonté de facturer les coûts d’application de la loi Hadopi à l’État dans une lettre (sauf SFR), le gouvernement ne cède pas et réaffirme ne pas vouloir apporter de compensation financière aux opérateurs.

Les coûts d’identification des adresses IP par les fournisseurs d’accès à Internet, imposés par la loi dans le cadre du dispositif Hadopi, seront-ils bien remboursés par l’État ? On était déjà en droit d’en douter lorsque, au mois de janvier, Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, affirmait qu’il « faut que les FAI acceptent tous de payer » et concluait sèchement : « on ne remboursera pas les coûts ».

Cette position radicale n’a pas bougé depuis. Hier, un porte-parole du ministère de la Culture a réagi à la missive des principaux opérateurs : « notre position n’a pas changé », indique-t-il à l’AFP, réaffirmant encore une fois qu’il n’y a « pas de remboursement prévu par l’Etat ».

Du côté des fournisseurs d’accès, on indique que le remboursement des coûts engendrés par la Hadopi est une obligation légale de la part de l’État. Pour cela, les opérateurs s’appuient sur une décision du Conseil constitutionnel datant de 2000, stipulant que l’Etat doit compenser toute dépense imposée aux opérateurs privés, dès lors que celle-ci est motivée par un souhait de « sauvegarde de l’ordre public », mais n’est pas directement du ressort de l’activité de prestataire de réseaux. Cela permet aux FAI de continuer à affirmer qu’ils factureront l’État pour les demandes d’identification d’IP, et ce « dès le premier jour ».

Tandis que les deux points de vue se confrontent, il est difficile d’y voir clair. C’est un véritable bras de fer entre les opérateurs privés et les pouvoirs publics qui s’engage…

Sources : PC INpact, AFP

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

6 commentaires

  1. De toute façon, si l'État rembourse, c'est le contribuable qui paie... Si l'État rembourse pas, les FAI vont brandir l'augmentation de leurs tarifs pour compenser, donc c'est l'utilisateur qui paie... Donc bon, on va payer la licence globale finalement :oD (plus les amendes et la prison :op)

  2. il non qu'a demander aux ayant droits de payer ca parait logique , un exemple monsieur Thierry lHermitte qui non seulement est concerné par cette loi ,mais a apporté 50.000 euros a l'entreprise "TMG " qui est chargée de la surveillance des téléchargements http://www.degroupnews.com/actualite/n4435-hadopi-piratage-surveillance-telechargement-tmg.html ,l'état n'aura qu'a ce faire rembourser par ces ayants droit qu'il veulent le beurre et l'argent du beurre ,c'est surement pas la catégorie de gens a plaindre loin de la

  3. @54 a écrit :
    il non qu'a demander aux ayant droits de payer ca parait logique ...
    Absolument d'accord avec toi, à qui profite le "crime"? Majors : à vos portefeuilles !

  4. A quand les milices privés, payés par l'état, dans les cités ? C'est sur que payer la facture pour un truck liberticide qui ne rapporte pas, ça posait un problème dès le départ et sera surement la solution au final.

  5. Réagir sur le forum