En Allemagne, les licences 4G rapportent 4 milliards d’euros

7

Tandis qu’en France, on vient tout juste d’attribuer les dernières fréquences 3G disponibles, en Allemagne, la mise en vente d’un immense lot de fréquences 4G a rapporté pas moins de 4,38 milliards d’euros à l’Etat.

Dans une vente aux enchères classique, ce sont pas moins de 41 blocs (pour un total de 360 MHz) qui ont été vendus, pour une exploitation avec la technologie LTE (4G). Une sorte de maxi-licence que quatre opérateurs se sont partagés au final : Vodafone (qui empoche 12 blocs pour 1,4 milliard d’euros), O2 (11 blocs pour 1,38 Md€), T-Mobile (10 blocs pour 1,3 Md€) et E-plus (8 blocs pour 284 millions d’euros).

Malgré l’aspect impressionnant du montant récolté au total, il reste en deça de ce que les analystes espéraient. Ces derniers tablaient sur une somme comprise entre 5 et 8 milliards d’euros. Les prix auraient donc tendance à baisser de manière générale ; en 2000, l’Allemagne engrangeait la somme impressionnante de 50 milliards d’euros pour ses licences 3G

Source : Les Echos

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

7 commentaires

  1. Il y a peut-être une erreur dans la news ... 1 / T-Mobile est filiale de Deutsche Telekom AG 2 / l'opérateur E-plus a obtenu des blocs de moindres valeurs parcequ'ils se relèvent plus cher à exploiter. (source AFP + investir.fr) Je pense donc qu'il y a confusion, il faut lire E-plus à la place de Deutsche Telekom.

  2. Inophage a écrit :
    Quelqu'un sait pourquoi la Deutsche Telekom paie beaucoup moins cher ses blocs ?
    Tous les blocs ne sont pas égaux, certains sont moins intéressants en termes de fréquences :)

  3. Il y a une petite erreur dans cette article. T-Mobile est en fait Deutsche Telekom et c'est pas Deutsche Telekom qui a payé 8 blocs pour 284 Millions mais E-Plus (filiale de l'operateur KPN...simyo en France). Le plus faible prix s'expliquerait par des fréquences couvrant des distances plus faibles.

  4. Ce qui m'interpelle c'est le prix : 10 fois moins que les licences UMTS qui avaient rapporté 50 milliards. Et je me dis que les autres pays ont tout interêt à laisser passer la crise avant de lancer les enchères, histoire que ça rapporte plus un petit peu plus.

  5. Mais plus on attend, plus les réseaux à infrastructures physiques (fibres) prennent d'avantage d'espace et l'alternative au portable pourrait bien se baser sur des distances sans fils de plus en plus court. Si la réglementation changeait, on pourrait tout à fait avoir un réseau fiable et assez couverte, basée sur le wifi des box à Paris ou encore des minis antennes à brancher sur les modems...

  6. Réagir sur le forum