Des professionnels du cinéma contre Hadopi

21

Fin mars, une trentaine de personnalités issues du monde de la musique, du cinéma et de l’audiovisuel s’étaient réunis, à l’initiative de la Sacem, pour témoigner leur soutien à la loi Création et Internet.

Ce n’est que maintenant, une fois le texte voté par l’Assemblée nationale, que des voix s’élèvent contre le texte chez les professionnels du cinéma…

C’est au sein d’une « lettre ouverte aux spectateurs citoyens » publiée dans Libération et sur le net, que Chantal Akerman, Christophe Honoré, Jean-Pierre Limosin, Zina Modiano, Gaël Morel, Victoria Abril, Catherine Deneuve, Louis Garrel, Yann Gonzalez, Clotilde Hesme, Chiara Mastroianni, Agathe Berman et Paulo Branco, démontent le principe de la riposte graduée, « un dispositif essentiellement conservateur, ­liberticide et démagogique ».

Rappelant que le texte se fonde sur « un mécanisme de sanctions à la constitutionnalité douteuse et au fonctionnement fumeux », les signataires de cette tribune n’oublient pas d’en pointer également le côté « techniquement inappli­cable ».

L’aspect le plus critiqué de la mesure reste son aspect uniquement répressif, « sans se soucier de créer une offre de téléchargement légale, abordable et ouverte sur Internet ». Problématique déjà soulevée par la plupart des opposants politiques au texte.

Et de conclure par des propositions : « Que ce soit par un système de licence globale ou par le développement d’une plateforme unifiée de téléchargement des œuvres à prix accessibles et sans DRM, il faut dès aujourd’hui des réponses posi­tives à ce nouveau défi, et se montrer à la hauteur des attentes des spectateurs. »

On n’aurait pas dit mieux !

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

21 commentaires

  1. Dans beaucoup de domaine, le gouvernement à fait marche arrière après une loi voté, j'espère qu'il en sera ainsi avec cette loi ridicule...

  2. un peu tard cette réaction... mais nous n'entendons jamais parler de la taxe sur les produits et supports pouvant enregistrer (cd, dvd, disques durs, mémoires etc) crée pour compenser, il me semble, la perte sur la copie à titre privée. Les " ayants droit" perçoivent une taxe sur ces supports, même si l' individu n'enregistre pas de films ou chansons et ne se sert de ces support qu'à des fins personnels (photos, films de vacances, archives perso. etc.).:twisted:(::rolleyes:

  3. Euh ils se réveillent après le vote de la loi, car ils attendaient surement de savoir quel serait le contenu exacte de la loi ... l'imprévisibilité des amendements aurait pu changer le contenu de la loi du tout au tout ... (par exemple avec la DADVSI il y a eu un amendement licence globale qui a été retiré avant le vote final )

  4. En France, toujours à la traîne... En Angleterre, les Artistes ne considèrent pas les internautes comme des voleurs !!! Sinon tout à fait d'accord avec JYPETO, on paye déjà une taxe sur TOUS les supports pouvant enregistrer même lorsque l'utilisation est personnelle avec un camescope par exemple. Ca rejoint un peu l'idée de licence globale...

  5. Il était urgent d'attendre, alors ils ont attendu que la loi soit votée pour en bénéficier. Et maintenant, pour éviter le boycott qui devrait démarrer, ils se dédouanent en disant qu'ils sont contre... Elle est pas belle la vie d'artiste ?

  6. Ce n'est que maintenant, une fois le texte voté par l'Assemblée nationale, que des voix s'élèvent contre le texte chez les professionnels du cinéma
    juste un peu faux-c*ls, quoi... ;)

  7. Des artistes qui se réveil après la guerre ? Désolé les gas le boycott est lancé, pour moi CV et DVD c est fini. J invite tout le monde à boycotter l industrie du disque par protestation contre Hadopi. Mais absolument rien n empêche les artistes de faire leur oeuvres pour le domaine public . . . Ils vont pas bcp se battre pour cette idée ^^

  8. Réagir sur le forum