Cogent : « nous sommes garants de la neutralité du net »

8

La veuve, l’orphelin et la net-neutrality

Cogent, opérateur américain de transit pour des sites importants tels que Megaupload, a récemment porté plainte contre Orange devant l’Autorité de la concurrence française, pour « abus de position dominante ».

Dans une interview consacrée aux Échos, Vincent Tessier, directeur marketing de Cogent France, justifie le choix de la société. S’il ne mâche pas ses mots envers Orange, qui « dégrade volontairement l’accès à Internet » selon lui, il n’hésite pas non plus à qualifier Cogent de « garant de la neutralité du net »

Extraits choisis :

Pouvez-vous nous apporter des précisions sur l’activité de Cogent ?

Cogent est un opérateur télécom international. Nous avons un réseau en fibre optique avec des routeurs qui orientent le trafic au bon endroit, sans regarder son contenu. Nous vendons de la bande-passante, nous connectons nos clients à Internet. Nos clients sont à la fois des fournisseur d’accès à Internet (FAI) et des fournisseurs de contenu. Le marché du transit est essentiel au bon fonctionnement d’Internet car il garantit la neutralité des flux. En tant que transiteur, Cogent est garant de la neutralité du net.

Pourquoi Cogent juge-t-il qu’il y a une distorsion de concurrence ?

Orange ne fait pas les investissements nécessaires pour avoir une capacité suffisante d’interconnexion. Il dégrade ainsi volontairement l’accès à Internet. Orange a une particularité, c’est un fournisseur d’accès à Internet qui a sa propre filiale d’opérateur de transit : OpenTransit. En général, les FAI font appels à plusieurs opérateurs de transit, qu’ils payent, pour se connecter aux autres réseaux mondiaux et écouler leur trafic. Or, OpenTransit est l’opérateur de transit exclusif d’Orange. Ce n’est pas un opérateur de transit normal, compétitif. D’ailleurs, il n’opère pas sur d’autres marchés ailleurs dans le monde comme les autres acteurs du secteur. La plupart de ses clients sont des filiales de France Télécom. Sa seule raison d’être est de donner accès aux utilisateurs Orange et éventuellement de monnayer cet accès. Orange nous dit : « si vous voulez accéder à mes clients, il va falloir payer » (…)

Avez-vous rencontré ce type de situation avec d’autres opérateurs dans le monde ?

Globalement, ce sont les opérateurs historiques européens qui ont le plus tendance à vouloir protéger leur base de client. Orange, avec 45% de part de marché en France, a assez de part de marché pour s’imposer. C’est la société qui nous pose le plus de problème. Cette plainte n’est pas opportuniste, elle touche la question de la neutralité du net.

Lire l’intégralité de l’interview sur le site des Échos

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

8 commentaires

  1. Ce que Cogent oublie de dire, c'est que pour lui "neutralité du net" = "je ne paye pas mon peering même si il est asymétrique". Rappel des faits. - Historiquement, de nombeux opérateurs ont mis en place des relations de "peerings" : si les connexions entre eux sont grosso-modo équilibrées, ce serait idiot de se facturer mutuellement le transfert de ces données. Cela simplifie GRANDEMENT les choses et permet de faire transiter n'importe quel paquet de données par n'importe quel chemin car la notion de coût n'est pas intégré : tout est inclus dans une sorte de "forfait illimité". - Cogent est un opérateur qui s'est spécialisé dans l'hébergement de sites fortement générateur de contenu (MegaUpload, ...). Son bilan import/export de données est donc fortement déséquilibré vers l'export. Cogent utilise ses anciennes conventions de peering pour envoyer gratuitement les données de ses clients dans les autres réseaux. C'est là que le problème se pose : certains opérateurs considèrent que l'échange de données n'est plus équilibré et que la convention de peering est caduque. A l'inverse, Cogent considère que le peering est toujours valide et utilise le fait que le contenu qu'il héberge est fortement demandé par les clients des opérateurs pour menacer de couper le tuyau (plus de MegaVideo chez Orange ? tout le monde bascule chez Free).

  2. Coté Cogent, la vision est simple (voire simpliste) : les clients de Cogent (MegaUpload, ...) le paye pour transporter les données sur son réseau. Ensuite, c'est aux destinataires des données de payer leur opérateur pour transporter les données jusque chez eux. Le réseau de Cogent est simple : de gros tuyaux qui relient quelques datacenters. Les frais sont donc relativement faibles et les diffuseurs de contenu sont contents de ses prix bas et peuvent donc proposer leur contenu à un coût plus faible.

  3. Coté opérateur final, la situation n'est pas si simple. Tout d'abord, le réseau est bcp plus complexe. Il y a énormement plus de terminaison sur le réseau, et bcp plus répartis géographiquement. Il ne faut pas poser plusieurs milliers de km de tranchées pour poser la fibre mais plusieurs centaines de milliers de km. Il n'y a pas non plus que quelques centre d'interconnection mais des milliers dans lequels il faut mettre des appareils très couteux. Le second problème est la topologie de ce réseau. Internet est supposé est un système "neutre" au sens que tous les ordis connectés sont aussi important les uns que les autres. Enfin, il y a une grande variété entre les clients, avec certains qui consomment bcp et d'autre peu.

  4. Tout la question se résume donc à "qui doit payer le transfert des données". Au niveau de la topologie du réseau, avec les clients de Cogent, le réseau n'est plus neutre. Il y a d'un coté un flux MASSIF de données et dans l'autre une consommation. On a donc un point très particulier qui va influencer sur l'organisatin du réseau. C'est sur ce point que rale FT : Cogent n'a qu'un seul point de connexion avec FT, à Paris. FT doit donc s'occuper du transfert des données de Paris à Lyon, plus Lyon à Marseille et enfin distribuer les données autour de Marseille. FT considère que Cogent pourrais transporter les données à leur propre frais jusqu'à Lyon ou Marseille. Cela pourrait se faire en construisant/louant ses propres lignes ou en payant le peering. Les frais de Cogent augmentant, il devrait le refacturer à ses clients. Cogent au contraire considère que comme ce sont les clients de FT qui demandent les données, ce sont eux qui doivent payer le transfert. Pour l'opérateur, la solution alternative est tout simple mais suicidaire : faire payer au volume.

  5. Se pose alors la question finale : "qui doit payer quoi à qui et comment" Reprenons le problème. On a des particuliers qui ne payent pas trop cher leur opérateur pour un forfait illimité ce qui marche bien pour le trafic local. On a des opérateurs spécialisés dans l'hébergement de données qui utilisent leur convention de peering pour faire transporter leur données par les opérateurs finaux et donc faire des tarifs bas à leur client et donc être compétitifs. On a des opérateurs finaux qui gèrent correctement le trafic local mais ont des frais qui explosent sur les transferts à grande distance et qui ne veulent pas se mettre leur usager à dos en augmentant les abonnements. Il manque une catégorie d'acteur dans cette équation : les éditeurs de contenu. Simplifions et caricaturons. On a donc MegaUpload, qui héberge massivement du contenu pirate, paye peu cher son trafic à Cogent, se fait transporter par l'opérateur final et ne fais pas payer ses utilisateurs ou peu car le contenu est piraté et le trafic est payé par une autre facture. Et quand l'abonnement internet augmente, on ne rale pas sur MegaUpload mais sur France Telecom. D'un autre coté, on a des acteurs légaux, qui payent pour le contenu, sont proactifs avec les opérateurs finaux pour optimiser leur réseau pour qu'un maximum de clients puisse consommer leur contenu en les payant directement, ce qui permet de financer contenu et transfert. Le client paye donc un abonnement internet peu cher pour du "internet généraliste" et ensuite va payer Netflix ou autre pour du contenu lourd et à forte valeur. On peut même penser que si MegaUpload payait un "juste" prix pour son trafic, ses offres de piratage massif seraient moins intéressantes et les offres légales seraient à peine plus chères .... Le problème c'est que la seconde approche ne marche qu'au pays des bisounours où tout le monde est gentil car c'est un monde où internet n'est PLUS NEUTRE. C'est un monde où les éditeurs de contenu sont tous merveilleusement proactifs et essayent d'aider les opérateurs en optimisant leur propre réseau. Et surtout c'est un monde où les opérateurs demandent aux éditeurs de contenu d'optimiser leur réseau pour des raisons purement technique et NON pour TAXER une partie des revenus de l'éditeur sans aucune valeur ajoutée. Bref, on a d'un coté des editeurs/hébergeurs qui utilisent des arguments techniques pour éviter de payer et de l'autre des opérateurs qui utilisent des arguments techniques pour éviter de payer.

  6. Tien http://www.framablog.org/index.php/post/2011/08/22/neutralite-du-net-archambault Regarde juste la neutralité du net en une image! Ce sont nos fournisseurs d’accès à qui ont paye le service qui doivent nous garantir ça!

  7. Sérieusement, vous savez que passer l'interco de Cogent/Orange de 10Gbit/s à 20 ou 30Gbit/s ne coute rien ? Enfin... Aller, on va prendre le pire des cas, Orange et Cogent doivent être à minima présent sur les sites TH1/TH2 sur paris, donc ils ont un point physiquement ou il sont proche ou dans le pire des cas une fibre entre le POP de Orange et un site où est présent cogent... Dans le pire des cas, ils ont un gros chassis déjà présent sur place (équivalent cisco à minima un 6500/7600 voir ASR/CRS) donc du matériel aux de gamme qui gère du 10G mini... Et combien coute un X2 ou Xenpack 10G? aller grand max 1000€ en non DWDM et en DWDM environ 10 000€ en étant large... Dans le pire des cas, sur un chassie 6500 il n'y a pas d'emplacement 10G dispo? Aller hop, une carte 10G 8 port en 1:1 à 20 000€ maximum... Coût total ? pour passer en 80Gbit/s (8*10G) sur un châssis 6500? dans le pire des cas 20k+10*8k soit 100k€ en WDM et même pas 30k€ en non WDM... 100k€ pour un opérateur comme Orange, c'est quoi? rien, ca représente 100k€/5M (base de 5 million pour simplifier) de client soit un investissement moyen de 0.02€ d'investissement par client en one shot... (soit amorti sur 1 ans 0.0017€ par client et par mois pendant 1 ans) Seulement, de l'autre coté, l'investissement serait le même pour Cogent, alors pourquoi Cogent ne demande pas l'équivalent à orange ? W&S

  8. Je lis: "Nous avons un réseau en fibre optique avec des routeurs qui orientent le trafic au bon endroit, sans regarder son contenu". Sans en regarder son contenu ? Vraiment ? Et les exports Netflow que fait Cogent chez tous ses clients, afin de connaitre qui parmi les clients de leurs clients fait du traffic (afin de les contacter en direct), c'est du pipo ? La langue de bois n'a pas de limites...

  9. Réagir sur le forum