Catch-up TV : Arte mis en cause par les ayants-droit

12

Avec son service de télévision de rattrapage Arte+7, la chaîne franco-allemande est parvenue à faire grincer quelques dents du côté des ayants-droit. Son modèle de diffusion sur de multiples plateformes, atypique dérange…

L’Uspa (Union Syndicale de la Production Audiovisuelle) dénonce ainsi la diffusion par Arte de ses programmes sur Youtube et Dailymotion : via une logique de partenariats, la chaîne y poste désormais une partie de ses programmes accessibles en rattrapage.

Un principe inacceptable selon Stéphane le Bars, délégué général de l’Uspa : « on ne met pas en cause le principe de la catch-up mais son exploitation non maîtrisée et non valorisée sur Dailymotion et Youtube. En signant avec eux, Arte alimente en programmes frais et à haute valeur ajoutée des acteurs aujourd’hui à l’extérieur de l’écosystème, les renforce, leur permet d’augmenter leur trafic et donc leurs recettes publicitaires, au détriment du média télé, sans contribuer le moins du monde à la création », dénonce-t-il dans Le film français.

Il faut dire que le fonctionnement d’Arte est atypique, dans l’esprit du service public : « Arte acquiert les droits de catch-up pour des programmes que nous distribuons sur différents supports. C’est assez simple. Le tout sur un modèle gratuit sans publicité, ni sur l’antenne, ni sur la catch-up, et dans le seul but d’aller à la rencontre du plus large public, en tenant compte de ses usages actuels », explique Jean Rozat, directeur général d’Arte France.

La chaîne est également une des seules à proposer des films de cinéma dans son offre de catch-up. Pour le moment faible (une dizaine de films en 2010), cette proportion devrait exploser en 2011 avec une quarantaine de films prévus. Là encore, de quoi titiller quelques sensibilités : « il s’agit d’une entorse à la chronologie des médias […] toute diffusion doit générer des recettes, d’où la nécessité de parvenir à un accord pour la valorisation des droits de catch-up », estime Juliette Prissard, déléguée générale du SPI (Syndicat des Producteurs Indépendants).

Le modèle choisi par Arte, décrié par de nombreux organismes d’ayants-droit et syndicats, semble pourtant faire des émules. France Télévisions n’exclut pas de proposer à son tour certains de ses programmes de Pluzz, sa plateforme de catch-up, sur Dailymotion et Youtube. Mais reste silencieux sur l’éventuelle mise à disposition de films de cinéma en rattrapage…

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

12 commentaires

  1. toute diffusion doit générer des recettes
    Tout est dit: Le but final 'normal' de l'ayant droit serait de vouloir rentabiliser les coûts de production 'tout compris' du programme et ensuite de permettre une diffusion la plus large possible. Mais non: la logique est corrompue depuis bien longtemps. Désormais le seul et unique but est de maximiser les profits pour chaque programme diffusé, même si ces derniers ne sont plus corrélés avec les coûts de production. ... et après d'aucuns s'étonnent comme des vierges effarouchées que devant une telle attitude certains décident de définitivement se détourner des canaux de diffusion légaux.

  2. Ca ne m'étonne pas non plus d'eux. Arte applique a fond le principe de la culture pour tous, à l'exact opposé des ayants droits qui, eux, en font un bien marchand dont il faut tirer le maximum de profit. Forcément y'a opposition...

  3. oliewan a écrit :
    Ca ne m'étonne pas non plus d'eux. Arte applique a fond le principe de la culture pour tous, à l'exact opposé des ayants droits qui, eux, en font un bien marchand dont il faut tirer le maximum de profit. Forcément y'a opposition...
    Exact encore un qui dérange.

  4. il faut toujours qu'il aille chercher des poux dans la tête c'est pénible...le délégué général de l'USPA me donne mal à la tête il ferait mieux d'aller chez UPSA (il pourrait fournir les cachets)

  5. Depuis que je n'ai plus de TV, je regarde souvent ARTE+7 qui propose vraiment des programmes qualité et contrairement à d'autre catch-up TV, n'a aucune des pub aggaçante qui apparaissent à chaque fois que l'on veux visionné une émission. A BAS LA PUB ET VIVE LA TV GRATUITE !! :)

  6. El Fredo a écrit :
    "toute diffusion doit générer des recettes" Il faudrait les mettre au courant qu'il n'y a pas de pub sur Arte...
    Ils le savent bien , mais ce qui les intéressent c'est de vendre les droits plusieurs fois en meme temps :-) Arte achete les droits de diffusion sur le hertzien, puis demain une deuxieume fois sur youtube, et après demain demain peut etre une troisieme ou une quatrième pour l'ADSL et le Satellite. C'est le meme modèle que la musique ou le cinéma , on paye la place 10 euros par personne, soit 40 euros pour une famille avec deux enfants, et puis ensuite on repaye une deuxieme fois les meme droits sur le Blu Ray vendu 30 euros , si manque de chance vous n'avez pas de lecteur blu ray ni de V6 ;-) et que voulez regarder le film dans votre chambre équipé d'un simple lecteur DVD et bien ce sera encore 20 euros pour le DVD , et puis on peut imaginer de l'acheter sur l'ipad via l'exhorbitant Itunes au prix de 7 euros. Cout total pour la famille de pigeon 97 euros . Bien sur on peut alourdir la facture en achetant la BO etc .. En fait c'est comme si l'ouvrier qui faisait 8 heures de boulot dans la journée se fasse payer ses 8 heures par la DRH en fin de mois , et puis qu il exige que son chef lui verse aussi un salaire pour ces 8 heures ( ben oui indirectement il bosse pour son chef qui profite aussi de son travail ) et qu il demande au contremaitre de lui verser egalement un salaire , puisque il bosse aussi pour son contremaitre. Ces maisons d éditions , on ne les voit pas casser de voitures , ils ne font pas la une du 20 heures et pourtant ils coutent bien plus cher a la société ....

  7. Les ayant droits profitent d'une loi sur les droits d'auteur qui leur donne des privilèges exhorbitants Il urge de modifier cette loi en donnant une rétribution raisonable aux artistes.i

  8. Réagir sur le forum