Bruxelles suspecte des ententes illicites entre les opérateurs historiques européens

0

La Commission européenne a demandé à cinq opérateurs de télécommunications historiques européens (France Télécom, Deutsche Telekom, Telecom Italia, Telefonica et Vodafone) de s’expliquer sur les « conditions de standardisation des futurs services de communications mobiles ».

Selon le Financial Times, qui rapporte l’information, la Commission a soupçonné des ententes suite à la mise en place de réunions périodiques entre les patrons de France Télécom, Deutsche Telekom, Telecom Italia, Telefonica et Vodafone, depuis 2010, sur l’initiative de Stéphane Richard, PDG de France Télécom.

Si aucune enquête n’a officiellement été ouverte à ce stade, une demande d’information a été adressée aux 5 opérateurs, ainsi qu’à la GSM Association, sous forme de questionnaire portant sur « la façon dont la standardisation des futurs services du domaine des communications mobiles se met en place ». Selon une source proche de l’enquête, les interrogations de la Commission portent sur « les services de publicité conçus pour les smartphones, ou encore sur les services de paiement par smartphone ».

Cette première étape, rapportée par le Financial Times et confirmée par Bruxelles, pourrait constituer un préalable à l’ouverture d’une enquête plus formelle. Toutefois, des « sources industrielles » ont manifesté leur surprise suite à la mise en place d’une telle procédure. Pour eux, les réunions entre les opérateurs ont toujours fait preuve de la plus totale transparence, avec la remise régulière d’un compte rendu aux autorités européennes.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.