Bruxelles s’attaque aux tarifs de gros des opérateurs historiques

10

Neelie Kroes, commissaire européenne au numérique, suggère d’abaisser le tarif de gros imposé par les opérateurs historiques aux opérateurs alternatifs sur les lignes téléphoniques (cuivre).

La Commission européenne préconise l’instauration d’une baisse des tarifs de gros d’accès aux réseaux de cuivre, utilisés par les opérateurs pour les services en ADSL. En France, ce coût est fixé à 9 euros par mois et par ligne, soit à peine plus que la moyenne de l’Union (8,53 €) ; les principaux opérateurs alternatifs, comme SFR et Free, sont favorables depuis longtemps à une telle baisse…

But avoué de la manœuvre côté européen : relancer les investissements dans les réseaux à très haut débit (fibre optique). En réduisant les profits engendrés par les opérateurs historiques, Bruxelles souhaite pousser ces derniers à ne plus se reposer sur leur réseau existant, pour se tourner vers le déploiement de la fibre optique. Neelie Kroes espère ainsi que, d’ici 2020, 100% des Européens auront accès à un débit d’au moins 30 mégabits par seconde, et 50% à 100 Mbps.

La Commission a lancé deux consultations publiques, avant de prendre sa décision. D’ores et déjà, comme on pouvait s’y attendre, les opérateurs alternatifs approuvent, tandis que les opérateurs historiques (réunis au sein de l’Etno, l’European Telecommunications Network Operators’ Association) dénoncent un danger : « fixer le prix des réseaux de cuivre en dessous de leur valeur économique pénaliserait ces opérateurs et réduirait leur motivation à investir pour le futur », estiment-ils.

Source : La Tribune

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

10 commentaires

  1. C'est un jeu de vases communicants: si on baisse le tarif de la boucle locale, ça incitera effectivment peut-être un peu les opérateurs historique à investir dans la fibre. MAIS ça ralentira d'autant l'envie pour les opérateurs alternatifs d'investir dans la fibre puisque ce sera d'autant moins rentable pour eux de se passer de la boucle locale cuivre louée à FT.

  2. pas grave si ca fait endormir les op alternatifs. quand ils verront qu'ils sont à la traine avec la fibre par rapport à l'op historique, ca les motivera à ne pas perdre leurs rentes-clientèles et donc à bosser sur la fibre également (dégroupage fibre ?) :-p

  3. Notons que Bruxelles (pourquoi c'est pas le parlement de Strasbourg ?) propose de baisser la boucle locale en cuivre. On ne dit rien d'une boucle locale en fibre. L'incitation pourrait être: le cuivre/ADSL baisse, la fibre reste fixe. Pour les opérateurs historiques, les revenus du "rien faire" baisserait donc régulièrement, alors que l'investissement fibre aurait un intérêt: si un nouvel opérateur pose la fibre, c'est lui qui aura la rente. Reste de toutes façons un problème: en dépit du taux de chômage en Europe, le manque de main d'oeuvre pour faire les travaux fibre (et la lenteur pour faire une tranchée dans les communes... et les copropriétés ) Reste la question: combien coûte deux kilomètres de fibre, à la sortie du camion de pose ? (achat au fabricant et transport sur site). Et à raison de quelques euros par mois, en combien de temps est-ce que ça devient générateur de profit ? (en supposant que 2 km, c'est la distance moyenne au NR(A/O))

  4. Tiens, la Commission Européenne est en train de s'apercevoir que sans les opérateurs historiques, le déploiement du très haut débit ne se fait pas ????? :mad: J'étais pourtant persuadé que pour le déploiement d'infrastructures nécessitant de forts apports de capitaux, la concurrence était la meilleure solution. :rolleyes: Soyons sûrs que sans garantie de rentabilité, les OH vont obéir, le doigt sur la couture du pantalon. Il ne leur viendrait pas à l'idée de laisser le réseau se dégrader. :/

  5. >>pourquoi c'est pas le parlement de Strasbourg ? Parce que le parlement siègge alternativement à Bruxelles et à Strasbourg, ce qui implique deux bâtiments et le transfert régulier des personnels et des archives : L'Europe ne connait pas la crise !

  6. Forgeron a écrit :
    Notons que Bruxelles (pourquoi c'est pas le parlement de Strasbourg ?) propose de baisser la boucle locale en cuivre. On ne dit rien d'une boucle locale en fibre. L'incitation pourrait être: le cuivre/ADSL baisse, la fibre reste fixe. Pour les opérateurs historiques, les revenus du "rien faire" baisserait donc régulièrement, alors que l'investissement fibre aurait un intérêt: si un nouvel opérateur pose la fibre, c'est lui qui aura la rente. Reste de toutes façons un problème: en dépit du taux de chômage en Europe, le manque de main d'oeuvre pour faire les travaux fibre (et la lenteur pour faire une tranchée dans les communes... et les copropriétés ) Reste la question: combien coûte deux kilomètres de fibre, à la sortie du camion de pose ? (achat au fabricant et transport sur site). Et à raison de quelques euros par mois, en combien de temps est-ce que ça devient générateur de profit ? (en supposant que 2 km, c'est la distance moyenne au NR(A/O))
    on dit "bruxcelles c'est parce c'est la que ça a commencé mais la france en voulait un peu aussi donc on a construit strasbourg et j'ai lu les sommes que ça (nous) coute à chaque transfert de bruxelles à strasbourg et retour

  7. vounet13 a écrit :
    Notons que Bruxelles (pourquoi c'est pas le parlement de Strasbourg ?) propose de baisser la boucle locale en cuivre. On ne dit rien d'une boucle locale en fibre. L'incitation pourrait être: le cuivre/ADSL baisse, la fibre reste fixe. Pour les opérateurs historiques, les revenus du "rien faire" baisserait donc régulièrement, alors que l'investissement fibre aurait un intérêt: si un nouvel opérateur pose la fibre, c'est lui qui aura la rente. Reste de toutes façons un problème: en dépit du taux de chômage en Europe, le manque de main d'oeuvre pour faire les travaux fibre (et la lenteur pour faire une tranchée dans les communes... et les copropriétés ) Reste la question: combien coûte deux kilomètres de fibre, à la sortie du camion de pose ? (achat au fabricant et transport sur site). Et à raison de quelques euros par mois, en combien de temps est-ce que ça devient générateur de profit ? (en supposant que 2 km, c'est la distance moyenne au NR(A/O))
    on dit "bruxcelles c'est parce c'est la que ça a commencé mais la france en voulait un peu aussi donc on a construit strasbourg et j'ai lu les sommes que ça (nous) coute à chaque transfert de bruxelles à strasbourg et retour
    Désolé mais tu te trompes. Strasbourg est le siège du parlement européen. Bruxelles (et non "bruxcelles") n'est qu'un lieu de travail. Désolé pour le hors-sujet, je referme la parenthèse. Repassons au sujet de l'article ;)

  8. LeSaintx a écrit :
    Désolé mais tu te trompes. Strasbourg est le siège du parlement européen. Bruxelles (et non "bruxcelles") n'est qu'un lieu de travail.
    Euh, oui, mais on parle souvent de Bruxelles car c'est là que se situe la Commission européenne... c'est un peu plus qu'un "lieu de travail". Et pour les sujets qui nous concernent, la Commission est bien plus importante que le Parlement :)

  9. yoann007 a écrit :
    Désolé mais tu te trompes. Strasbourg est le siège du parlement européen. Bruxelles (et non "bruxcelles") n'est qu'un lieu de travail.
    Euh, oui, mais on parle souvent de Bruxelles car c'est là que se situe la Commission européenne... c'est un peu plus qu'un "lieu de travail". Et pour les sujets qui nous concernent, la Commission est bien plus importante que le Parlement :)
    Nous sommes d'accord. Ma réponse faisait plus référence aux dires de vounet13.

  10. Réagir sur le forum