Bouygues pourrait se marier à SFR et vendre son réseau à Free

38

Les pronostics du week-end

Les spéculations autour du futur mariage de SFR avec un autre opérateur vont bon train, cette semaine encore. D’après le Journal du Dimanche, Bouygues Telecom serait prêt à mettre les bouchées doubles pour acquérir l’opérateur au carré rouge…

Selon le JDD, Martin Bouygues, PDG emblématique du groupe, aurait rendu une visite surprise à l’Élysée la semaine dernière, accompagné de François Pinault, pour discuter de cet épineux dossier. Il aurait également rencontré, dans le plus grand secret, les ministres Fleur Pellerin et Arnaud Montebourg.

Bouygues envisagerait de proposer une offre de rachat particulièrement attractive au groupe Vivendi pour SFR, dans les prochains jours ; il serait prêt à mettre sur le tapis une somme d’argent plus importante que les quelques 5 milliards d’euros promis par Numericable.

Mais il souhaiterait également s’assurer du soutien de l’État dans l’opération. Il a donc décidé de mettre l’accent sur le maintien des emplois. Une promesse difficile à tenir, estime-t-on au sein même de SFR : la potentielle structure regroupant Bouygues Telecom et SFR comptabiliserait pas moins de 20 000 salariés… En garantissant, devant François Hollande, de ne pas céder à un projet de casse sociale, Martin Bouygues cherche à convaincre les plus hautes sphères de l’État de faire pencher le dossier en sa faveur auprès de Vivendi.

En contrepartie, pour assurer cette opération financièrement délicate, Bouygues pourrait être amené à vendre son propre réseau mobile à Free une fois le mariage avec SFR prononcé ; de quoi éviter de conserver un réseau en “doublon”, et réaliser ainsi de belles économies au sein de la potentielle future structure. Seul problème : Free ne serait pas intéressé par l’achat d’un réseau mobile complet. « Notre réseau couvre aujourd’hui plus de 60 % de la population et nous n’avons aucun intérêt à en acheter un entier », déclare-t-on au sein du groupe Iliad…

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

38 commentaires

  1. Free indique qu'ils couvrent 60% de la population mais ça représente 20% des antennes. Il faut 5 fois plus d'antennes pour couvrir les 40% restants. Free a donc besoin non pas du réseau entier mais des 80% du réseau.
    L'affirmation que Free n'a pas besoin du réseau est faite certainement pour faire baisser les prix.
    Par contre le rapprochement est à double tranchant pour le consommateur: les utilisateurs de Free auraient un réseau qui marche bien plus vite mais avec une concurrence réduite, Free risque d'aligner les prix sur les concurrents comme cela se passe maintenant pour l'ADSL (vu qu'il aura un réseau aussi bon).

  2. Je vois d'un mauvais oeil ces volontés de rachat-fusion SFR/BT ou SFR/Free.
    Si on est passé à 4 opérateurs mobiles, c'est pour y rester ! Revenir à 3 opérateurs serait néfaste pour la concurrence (et donc le consommateur). Quant aux emplois, c'est évident qu'une re-concentration entraînerait une restructuration... Je ne vois pas comment une entité SFR+BT pourrait conserver TOUS les employés ! On nous prend pour des imbéciles !
    Quant à une éventuelle revente de l'infrastructure SFR en double à Free... c'est un doux rêve éveillé de Bouygues !
    Je préfère nettement un rachat de SFR par Numericable.

  3. On se souvient des opérateurs qui ont été rachetés dans les années passées (Ce n'est pas très éloigné) des tractations, offres et fausses offres, c'est reparti.

  4. C'est étonnant que Bouygues envisage de revendre son réseau, ça serait pas plutôt le réseau de SFR car rien que pour les antennes 4G, il y a pas photo.
    Enfin on verra bien se que ça donne. Alors qu'une mmutualisation était une bonne chose, une fusion ou mariage ça entraîne tout de suite plus de risque.

  5. Vu que Xavier et l'Arcep ont dit qu'il n'y aurait pas de destruction d'emploi avec un 4ieme opérateur sur le marché français, et qu'au contraire cela sera profitable à l'investissement et aux emplois, je ne vois vraiment pas pourquoi vous en doutez ironiquement !

  6. Sauf que là, on parle de repasser à 3 opérateurs et ça va forcément être saignant question emplois. Déjà qu'avec un quatrième opérateur, les fans de Free se satisfaisaient de voir que le nombre d'emplois était stable, on peut se douter qu'en revenant à 3, va falloir couper dans les effectifs, le bilan global (3 --> 4 --> 3 opérateurs) risque fort d'être peu glorieux.

  7. Réagir sur le forum