BFM Business analyse le silence de Free Mobile sur son nombre d’abonnés

18

Le choix de ne pas révéler le nombre de clients abonnés à son offre, de la part de Free Mobile, fait beaucoup de déçus et de curieux. Jeudi soir, les invités de la radio éco BFM Business, analysaient cette décision dans Regards sur l’actu…

C’est sur cette station, le matin même, que Stéphane Soumier, présentateur de la matinale, avait déjà laissé exploser son mécontentement, estimant que le choix de garder secrets les premiers chiffres de recrutement était « absurde », face à son invité Thomas Reynaud, directeur financier du groupe Iliad.

Cette fois-ci, Fabrice Lundy était entouré de plusieurs invités : Guy Mamou Mani (co-président du groupe Open, président du SYNTEC numérique), Stéphane Treppoz (président de Sarenza.com), et Jean-Louis Levet (économiste). Ensemble, ils sont revenus sur la déclaration de Free, selon laquelle les tentatives de dénigrement de la concurrence sur son réseau mobile seraient désormais attaquées en justice. Les invités n’ont pas manqué de rappeler que Free avait peut-être initié les provocations dans un premier temps, notamment lors de la conférence d’annonce de Xavier Niel, « assez limite ».

Sur l’absence de révélation des chiffres de recrutement de Free Mobile, le journaliste reprend un discours similaire de son confrère, plus tôt dans la journée : « il y a du mépris, pas seulement vis-à-vis des journalistes mais de tous ceux qui vous font confiance [à Free] ». « À partir du moment où on a une communication aussi agressive, on se doit aussi de donner un certain nombre d’informations », ajoute Guy Mamou Mani.

Stéphane Treppoz (ex-PDG d’AOL France), parmi les invités, ne manquera pas de faire référence à son passé conflictuel avec Free. Il rappelle que cette stratégie du silence n’est pas nouvelle : lors du lancement de son offre ADSL, « pendant un an, FREE n’a donné aucun chiffre ». Pour lui, « c’est la stratégie Amazon : Amazon ne donne jamais de chiffres sur rien (…) Xavier Niel sait que donner des chiffres aide ses concurrents et donc il n’a pas envie de les aider, c’est tout ». Et de conclure en comparant Free à la « version business du fameux Morning Live de M6 »

Écoutez l’intégralité de la séquence diffusée sur BFM Business :


ou téléchargez au format MP3

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

18 commentaires

  1. c'est sur que les journaleux n'ont rien à se mettre sous la dent et que ça les fait enrager. Mais quelle obligation, que ce soit du point de vue légal voire même moral, avait Free ? Aucune, surtout à peine un mois et quelques après le lancement ! Après un trimestre je dis pas, mais là, c'est un peu tôt non ?
    Si Free avait annoncé des chiffres, ces messieurs se seraient peut être empressés de dire que Free faisait de la frime, que c'était trop top pour crier victoire, etc, non ?

  2. Mais non, messieurs les journalistes bisounours. Free ne se doit de rien du tout, communication agressive ou pas. Vous voulez peut-être faire la comm' à leur place ? Laissez les donc bosser, c'est pas un drame si vous êtes en frustration de chiffres pendant quelques mois.

  3. Free a attendu la 2e enquète de l'ARCEP et celle de l'ANFR pour sonner la fin de la récréation. Les concurrents/syndicats ont pu critiquer sans preuves le réseau de Free mais maintenant que les organismes ont confirmé la vacuité des arguments, ils communiquent une seule fois et fermement.
    Ensuite, en tant que client, je ne me sens pas DU TOUT méprisé par Free par le manque de chiffre d'abonné client. Je m'en fout, c'est tout.
    Enfin le directeur financier de Free vient, pour parler du trimestre PRECEDENT et non du trimestre EN COURS.
    Bref, mauvaise fois des journalistes.

  4. Quand j'entends les journalistes de BFM TV, je me demande s'ils sont inconscients, incompétents, ou partiaux ou... ou les trois à la fois.

  5. iI faut bien qu'ils tentent de faire croire à leur cré-débilité après après avoir repris -par l'intermédiaire d'un blog de Challenges- [b]MES[/b] infos/divagations sur le lancement de freeM, en fin d'année, lâchées sur... UF
    (les commentaires d'UF seront la nouvelle AFP dans pas longtemps, je prédis. Récemment encore ces coms servaient à l'UCF de boite postale pour "dépôt de plainte auprès de ces services" contre free).
    Bref, encore BFM c'est les moins pires et de loin, pour dire.

  6. Réagir sur le forum