NPerf : pas de véritable saturation des réseaux depuis le début du confinement selon la dernière étude publiée

0

Depuis le début de l’épidémie du covid-19 et la mise en confinement de la population en France, jamais les réseaux télécoms aussi bien fixes que mobiles n’ont été autant sollicités. L’occasion pour nPerf, de publier un rapport trimestriel montrant la réaction des réseaux en France depuis le début de la crise sanitaire.

L’étude en question, repose sur les tests réalisés au cours du premier trimestre 2020 par les utilisateurs de l’application mobile nPerf disponible sur iOS, Android et Windows phone ainsi que sur les tests réalisés sur les mires de test de débit de nos partenaires médias ainsi que sur nPerf.com.

 En tout et pour tout, 583 910 tests ont été effectués sur les réseaux mobiles, 3 176 995 tests sur les réseaux fixes dont 669 538 tests sur la technologie FTTH.

Les performances mobiles baissent mais résistent.

Il est ainsi observé dans le cadre de ce rapport assez complet, à compter du début mars, lors de la mise en place du confinement, une légère baisse des réseaux mobile (au maximum de 10%) chez les quatre opérateurs, surtout sur les débits descendants et la navigation web.

Ces débit restent cependant très acceptables ce qui permet aux Français de profiter d’une expérience utilisateur très correcte quel que soit l’opérateur.

Les performances mobiles en navigation web ont baissé de 3 points en moyenne entre février et mars mais demeurent acceptables pour la plupart des opérateurs. Orange et Free semblent néanmoins être plus pénalisés que leurs concurrents. 

Les réseaux fixes assurent mieux que les réseaux mobiles 

Même s’ils sont aussi impactés par les fortes charges liées à la surconsommation de contenus (Netflix, YouTube, Amazon Prime, VoD, Jeux vidéo…) et le télétravail, les réseaux fixes continuent à délivrer de très bonnes performances, voire les améliorent pour certains en cette période de confinement.

Les débits descendants des réseaux fixes ont pour la majorité des opérateurs légèrement augmenté en février et mars ce qui est une bonne nouvelle pour leurs abonnés confinés.

Focus sur les réseaux fibrés : peu impactés également par le Covid-19

Aucune difficulté également pour les réseaux FTTH qui aujourd’hui sont encore surdimensionnés par rapports aux usages, même si ces derniers ont changé en période de confinement, contrairement aux rumeurs de saturation largement relayées depuis le départ par le Commissariat européen au numérique.

Les débits descendants des réseaux FTTH sont en majorité légèrement en hausse entre février et mars. SFR affiche sur belle trajectoire ascendante depuis début Janvier. 

En d’autres termes…

Alors que tout le monde craignait que les réseaux télécoms ne pâtissent rapidement du changement brutal des usages internet, il n’en est rie du tout.

En effet, tous les opérateurs, qu’ils soient fixes ou mobiles, ont répondu présent en délivrant des performances plus qu’honorables malgré une situation inédite, pour le plus grand confort des abonnés. 

Certains diront que ce maintien des réseaux est issu des injonction adressées récemment par Thierry Breton notamment à l’endroit des plateformes de streaming. Cela est-ce dépendant véritablement le cas ?

Le rapport complet est disponible ici.

Partager

A propos de l'auteur

Responsable légal, responsable d’édition, auteur et hébergeur.

Les commentaires sont fermés.