L’UFC QUE-CHOISIR s’offre une action judiciaire contre Back Market

1

Une nouvelle plainte a été déposée devant le Tribunal Judiciaire de Paris par l’Association de Consommateurs l’UFC-QUE-CHOISIR, cette fois-ci contre l’entreprise spécialisée dans le reconditionnement Back Market.

Si l’Association prône une attitude plus responsable face à la consommation de matériels électroniques, il n’en demeure pas moins que pour elle, les sociétés soutenant ce type d’économie circulaire doivent agir d’une manière limpide vis à vis des consommateurs.

L’objet de cette nouvelle plainte, qui n’est pas une première, vise essentiellement des pratiques commerciales estimées trompeuses, et comme s’inscrivant en faux face aux droits les plus élémentaires des consommateurs, révélant de sérieux coups de canif à ce principe.

Or, la société est valorisée à près de 5 milliards USD et très présente en termes de marketing, dans un certain nombre de pays et aucun faux pas ne lui est permis.

Le recyclage oui mais avec une communication clean.

Si le message à faire passer auprès des consommateurs a essentiellement trait à un coût d’acquisition bas doublé d’une pratique écologiquement acceptable en recyclant des produits après un premier usage, les pratiques liées justement à l’affichage de la réduction obtenue par Back Market grâce à une remise en circulation sur le marché, laisse penser à une promotion dont la qualification est juridiquement différente de la réalité ; Back Market ne distribuant pas de produits neufs et sortis d’usine.

Par ailleurs, il serait oublié de précisé les frais de service pourtant appliqués par la société lors de l’achat de l’appareil, de l’ordre de près de 6 € et qui sont appliqués d’office au moment de la facturation, en phase finale de commande.

Autre pratique non conforme à la réglementation : Back Market omet d’inclure dans la présentation des produits les « frais de service » qu’il facture systématiquement aux consommateurs. Ces frais peuvent aller jusqu’à 5,99 euros en fonction du montant de la commande et n’apparaissent qu’à l’étape du paiement.

La garantie contractuelle de 12 mois est également visée par l’UFC-QUE-CHOISIR, qui laisse penser à un cadeau de la part de Back Market, alors que celle-ci est de droit, imposée par la Loi pour une durée de 24 mois dans le cadre de l’achat de ce type de matériel.

Cerise sur le gâteau, concernant les cookies de tracking, recueillis à l’insu du consommateur ou bien alors même que ce dernier en a fait un refus clairement exprimé.

Share.

About Author

Responsable légal, responsable d’édition, auteur et hébergeur.

Un commentaire

  1. ça serait bien de se relire parfois, il y a 2 paragraphes qui disent exactement la même chose sur les frais de service…

Ajouter un commentaire