Il y a 15 ans, Free lançait le haut débit au prix du bas débit

0

Le 19 septembre 2002, il y a 15 ans, Free frappait un grand coup en lançant son offre haut débit illimitée à 29,99 € par mois.

Via un communiqué de presse ravageur, Free lançait l’offre haut débit la moins chère de France. Pour 29,99 € par mois, sans frais d’accès ou d’ouverture de ligne ni durée d’engagement, Free proposait un accès ADSL illimité. Le dégroupage n’était pas encore à l’ordre du jour, et la Freebox n’existait pas encore — Free prêtait gratuitement un modem USB à ses abonnés. Outre le débit, l’argument phare du moment était le suivant : « grâce à l’ADSL, l’internaute peut surfer et téléphoner simultanément »

À l’époque, Wanadoo (l’opérateur Internet de France Télécom) commercialisait ses offres à différents tarifs selon les débits — bridée à 128 kbps pour la moins chère, et jusqu’à 512 kbps pour les plus fortunés. Free a fait voler cette restriction en éclats, en proposant immédiatement le meilleur débit à tous pour le même prix : 512 kbps en réception et 128 kbps en émission.

Pour l’anecdote, Free prévoyait à l’époque de faire « évoluer son tarif de 29,99 € à la baisse dès que les conditions opérationnelles et techniques le permettront ». Ce ne sera finalement jamais le cas, le trublion préférant enrichir son forfait sans changer son prix. Cela deviendra sa marque de fabrique, puisque les augmentations de débit et les services supplémentaires comme la téléphonie et la télévision viendront s’ajouter à l’offre au fil des mois.

Wanadoo, AOL, Tiscali et Club Internet pointés du doigt

Pour réaliser à quel point l’offre de Free était révolutionnaire, il suffit de jeter un coup d’œil au tableau comparatif joint par l’opérateur dans son communiqué.

Du reste, ce n’est pas un hasard si les noms des opérateurs ne sont pas familiers pour nos plus jeunes lecteurs : à l’exception de Wanadoo (devenu Orange), la plupart ont disparu au gré des acquisitions. La concurrence agressive de Free poussa AOL et Club Internet à être rachetés par Neuf Cegetel, plus tard avalé par SFR, récemment englouti par Altice. Pour sa part, Tiscali fut absorbé par Alice (Telecom Italia), lui-même racheté peu de temps après par… Free !

via @friliad

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.