InfraNum : les opérateurs sommés de mieux rémunérer leurs sous-traitants

0

Si les opérateurs taclent souvent les sous-traitants du fait de leur travail souvent mal effectué, ils ne seraient pas non plus, de leur côté, exempts de tout reproche vis à vis de leurs prestataires.

Et la rémunération est l’une des difficultés majeurs, qui grèvent leurs relations notamment en raison de l’augmentation actuelle de l’ensemble des coûts supportés par la filière, à quelque niveau que ce soit.

Raison de plus pour le tout nouveau Président d’InfraNum, Philippe Le Grand, d’intervenir et de requérir des opérateurs de « mieux payer » les sous-traitants, actuellement confrontés à des situations financières, voire de faire l’objet de procédures collectives comme c’est le cas de Scopelec cette semaine.

Car même si ces sociétés reconnaissent parfois leur responsabilité dans le mauvais accomplissement des chantiers qui leur sont confiés, ces derniers estiment que leur rémunération n’est pas à la hauteur du service proposé aux opérateurs, ce qui ne les met pas en mesure de pouvoir travailler dans des conditions correctes, ce qui les met en danger, voire « en souffrance » selon certains ; des propos repris par Philippe Le Grand lui-même dans le cadre des Universités d’Eté du THD.

Une inquiétude partagée par l’ARCEP comme le Gouvernement, qui a exprimé les plus vives inquiétudes quant au maintien du Plan THD dont les premiers vrais objectifs sont fixés en 2025, si le marché des sous-traitants devait péricliter.

Premier mis en cause, l’opérateur historique, qui reste le plus grand ordonnateur dans la filière du déploiement, en raison de son rapport avec la concurrence et des contrats qui le lie avec elle.

Un message reçu par Christel Heydemann pour Orange, qui a annoncé que des mesures avaient été prises afin qu’il soit rapidement remédié à cette situation, en augmentant la rémunération de ses prestataires de 2,2% dès le mois de juillet dernier tout en rappelant que l’entreprise qu’elle représente subissait elle aussi les effets de l’inflation comme de la crise énergétique et que sa capacité d’action restait somme toute limitée.

Un oui mais de la part de l’ARCEP, qui rappelle les dysfonctionnements des sous-traitants.

Du côté de l’ARCEP, le son de cloche est un peu différent, avec le rappel par sa Présidente, Laure de la Raudière, des difficultés rencontrées par les opérateurs, du fait des interventions médiocres des sous-traitants, ce qui justifierait selon elle amplement, les difficultés rencontrées par ceux-ci.

« Il serait délétère qu’un maillon de la chaîne de l’industrie de la fibre soit fragilisé. Sinon, nous risquons un arrêt des déploiements et des raccordements » indique-t-elle cependant.

Dans cet intervalle, le Médiateur des Entreprises devrait être saisi ainsi que le service du ministère de l’Economie et des Finances affecté à la résolution à l’amiable des différends entre les sociétés.

Source : « Fibre : InfraNum demande à Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free de mieux payer les sous-traitants » https://alloforfait.fr/internet/news/108714-fibre-infranum-demande-orange-sfr-bouygues-telecom-et-free-mieux-payer-sous-traitants.html

Share.

About Author

Responsable légal, responsable d’édition, auteur et hébergeur.

Comments are closed.