Un point 5G avant le lancement officiel

4

Enfin plus ou moins, car pour espérer d’ores voir apparaître le logo 5G sur un téléphone compatible et un abonnement idoine, il faut tout d’abord résider dans l’une des 9 villes tests où les fréquences sur la bade 3400 3800 MHz étaient déployées, sélectionnées en son temps par l’ARCEP, à savoir : Lyon, Bordeaux, Lille, Douai, Montpellier, Nantes, Le Havre, Saint-Etienne et Grenoble ; l’ARCEP ayant attribué des fréquences temporaires avant la mise en place des enchères.  

Car la 5G est une nouvelle technologie certes attractive, mais dont le coût des abonnements dédiés reste pour certains opérateurs un enjeu voire un mystère, Free n’ayant pour l’heure pas véritablement dévoilé le montant de ses offres.

La concurrence quant à elle, affiche des tarifs sensiblement plus élevés sur lesquels elle communique depuis déjà plusieurs semaines voire plusieurs mois pour certains, ce qui pourrait présumer de la part de Free, au regard du silence observé, une arrivée tonitruante rebattant une nouvelle fois les cartes de la bataille commerciale.

Alors concrètement quel sera le coût pour l’abonné ?

Pour le moment, seuls Orange et Bouygues se sont avancés sur le registre, même si l’on a déjà une idée de ce qui sera proposé par SFR, dont les nouvelles grilles circulent sur le net depuis quelques jours.

Bouygues propose lui un premier forfait compatible à 15,99 € (Forfait 4G sensation 50 Go) pour les 12 premiers mois, ce qui rend l’offre ultra attractive lors de la souscription, mais beaucoup moins à l’usage, en passant à 30,99 € la première année achevée.

Un second forfait est également proposé doté d’un illimité en week-end outre 60 Go mais pour le prix de 26,99 € enflant à 41,99 € au bout d’un an.

Le 120 Go s’adresse quant à lui à une population particulière avec ses 54,99 €/mois puis 69,99 € facturés au bout de cette même première année.

Du côté de chez Orange plus ou moins même son de cloche avec une entrée de gamme à 24,99 € que l’on peut pousser vers un illimité à 79,99 euros (94,99 euros après un an).

SFR se positionnerait entre les deux avec une quarantaine d’euros/mois.

Free tarde, la concurrence tempère avec la modularité.

Force est de constater que du côté de chez Free, il n’y a aucune précipitation quant à la publication des offres.

Et du côté de chez Free alors ?

Comme à son habitude, le trublion des télécoms, celui qui prend un malin plaisir à perturber la bataille commerciale, Free, retient le glaive de ses offres tarifaires.

Et il y a fort à parier que celles-ci opèrent la même dispersion que lors du lancement des offres précédentes, raison pour laquelle, sûrement, la concurrence propose prudemment, des tarifs très accessibles sur la première année et évolutifs dès le 13ème mois.

Toute spéculation éludée, ce qui est envisagé c’est un lancement incluant l’accès 5G directement dans l’offre, sans surcoût.

Une belle perspective sur le papier, mais est-ce véritablement réalisable ?  En tout état de cause, ce coup de grisou commercial l’emporterait littéralement sur les offres concurrentes.

D’ailleurs, Xavier Niel ne s’était pas privé il y a quelques mois de rappeler que la 4G n’avait pas eu de réel impact sur les prix des forfaits mis en place par Free, le marché se révélant très concurrentiel et que la politique de l’accessible faisait toujours partie de l’ADN de Free.

Pour preuve, les deux forfaits 4G actuellement sur le marché, proposent des forfaits 70Go à 13,99 € et 100 Go à 19,99 € data illimité pour les abonnés Freebox, ce qui en fait tout de même une référence discount sur le marché particulièrement agressive.

Ne reste plus qu’à attendre ce qui sera proposé et qui d’évidence, sera présenté dans les semaines à venir.

Partager

A propos de l'auteur

Responsable légal, responsable d’édition, auteur et hébergeur.

4 commentaires

Ajouter un commentaire