Communiqué ADUF/FreeNews

351

Décryptage de l’assignation de Freeks

Comme annoncée dans FreeKs Wars ;-), Freeks a assigné Free en référé pour le 4 avril. Le texte de l’assignation, désormais connu, précise les demandes de Freeks.

Freeks demande en premier lieu « de rétablir sa tarification des services concernés rétroactivement à compter du 1er février 2005 ».

Quelles seraient les conséquences pour les Freenautes ?

L’analyse de la modification de tarifs faite par FreeNews montre
que selon la destination de l’appel et sa durée, il y a forte baisse significative (heures creuses vers SFR/Orange à partir d’une minute trente de communication) et une forte hausse (heures pleines vers les mobiles Bouygues), s’accompagnant d’une baisse pour certaines destinations internationales.

Il est alors clair que pour certains Freenautes, la facture a baissé,
pour d’autres, elle a augmenté.

En fait, selon nos sources, le prix moyen d’un appel vers un mobile est passé de 1.0925 euro à environ 0.9460 euro. Cette baisse globale n’est pas sans cacher une hausse pour certains types d’appels.

Pour les Freenautes, 3 cas de figures vont, alors, se présenter :

  • Free va leur devoir entre 0.1 euro et 2 à 3 euros
  • Ils devront rembourser une économie pratiquée avec les nouveaux tarifs, là encore entre 0.1 euro et 2 à 3 euros
  • ils devront rembourser des sommes pouvant s’évaluer en centaines d’euros.

Dans ces conditions, où est l’intérêt des Freenautes dans cette assignation ?

En second lieu, Freeks demande, pour sa part :

  • 50 000 euros par jour de retard passé en astreinte (si Free tarde un peu à rembourser, Freeks toucherait 50 000 euros par jour de retard)
  • 6 500 euros en dommages et intérêts / frais de justice.

Là encore, tout le monde gagnerait (Freeks avec les sommes perçues, Free en percevant plus avec les anciens tarifs qu’avec les nouveaux) … sauf le Freenaute, ce qui n’est pas sans nous rappeler les conséquences de la
victoire de Famille de France en juillet 2004 concernant les modalités
d’échange du SAGEM contre la Freebox, qui n’ont profité qu’à
l’association de consommateurs et pas du tout aux Freenautes.

Par contre, difficile de le nier, la demande de Freeks concernant la possibilité de refuser « à charge pour la société Free de mettre en place une procédure de refus des modifications tarifaires qui soit
dénuée de coût à la charge des clients, ou, à défaut, à charge pour cette société de prévoir un mécanisme de remboursement de ce coût unilatéralement mis à la charge du client », est raisonnable.

Freeks ne se tromperait-il pas de combat, emporté par son élan ?

C’est pour cela que nous, FreeNews et l’AdUF, avons pris contact avec Free afin que cette procédure de refus soit simplifiée à l’extrême et
sans coût pour le Freenaute, en proposant que cela soit possible via une simple interface Web.

Selon nos sources, Free avait déjà décidé de ne pas appliquer le délai
permettant à tous les Freenautes de faire parvenir leur choix par LRAR
(permettant ainsi de changer de tarifs en mars alors que le nouveau
tarif avait été appliqué en février). Nous avons demandé à ce que la
possibilité de choisir les anciens tarifs soit permanente voire,
pourquoi pas, à ce que les Freenautes puissent avoir le choix entre les
deux tarifs, pouvant aller de l’un à l’autre s’ils s’aperçoivent, après
coup, que leur choix n’était pas judicieux et qu’ils se retrouvent à
payer plus.

Nous attendons la réponse de Free qui ne semblait pas défavorable à nos
propositions
.

Partager

A propos de l'auteur

351 commentaires

    Réagir sur le forum