Free rétablit l’affichage des publicités… provisoirement

74

Selon BFM Business, décidément très bien informé sur ce dossier, Free a décidé de rétablir l’affichage normal des publicités sur sa Freebox Révolution, dès ce lundi.

Le retour à un comportement normal par défaut est prévu ce lundi matin, aux alentours de 8h30.

Mise à jour 08h50 : sans mise à jour du firmware, la publicité a bien fait son retour sur les pages chargées depuis la Freebox. Pas besoin de désactiver l’option de blocage des publicités depuis l’interface de gestion de la box : ce réglage semble désormais ignoré.

Un buzz provoqué

BFM Business indique que l’action de Free, initiée jeudi, avait bel et bien pour but de mettre la pression sur Google sur le sujet de la rémunération du trafic acheminé. Alors que les deux sociétés étaient proches d’un accord sur ce sujet, les négociations « ont capoté à la dernière minute, à la veille de Noël ». Il n’en fallait pas plus pour que Free dégaine l’arme thermonucléaire : en bloquant les publicités issues notamment des régies publicitaires du géant américain, Free manifeste son mécontentement et son pouvoir de nuisance face à Google.

Dommages collatéraux

Ce que Free n’avait probablement pas prévu, c’est la montée de bouclier des éditeurs de contenus sur le web, révoltés contre la mesure de l’opérateur — y compris au sein de la communauté Freenaute elle-même, dont la majorité des sites vit de la publicité. Loin de se concentrer sur la guerre Free-Google, qui relève d’intérêts privés, les différents articles ont souligné l’aspect problématique de la mise en place d’un blocage par défaut, décidé arbitrairement par l’opérateur, quand bien même cela ne serait que très temporaire.

Si nous acceptons aujourd’hui le principe d’un blocage par défaut mis en place à des fins privées, sans aucune considération pour le bénéfice de l’utilisateur, cela créera un dangereux précédent. L’idée même qu’un opérateur puisse se servir de sa base de clients pour appuyer ses propres revendications doit être rejetée, quelle qu’en soit la cause — sans quoi, demain, un opérateur pourra commencer à choisir quels sites et quels services sont indésirables chez ses propres abonnés.

Une trève temporaire

Le rétablissement des publicités annoncé aujourd’hui ne pourrait d’ailleurs être que temporaire : Free se réserve le droit d’y faire à nouveau appel, d’ici deux à trois semaines, dans le cas où les négociations avec Google ne parviendraient pas à l’issue désirée.

Si on doute que cette menace soit réellement mise à exécution, elle illustre bien tout le problème engendré par l’initiative de l’opérateur. À nouveau, les deux sociétés s’affronteront sur des considérations économiques qui ne regardent ni les abonnés, ni les éditeurs. Ces derniers sont pourtant bien mis dans la balance, comme de la vulgaire chair à canon…

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

74 commentaires

  1. L'internet est vraiment un business de plus en plus sclérosé, ou les fournisseurs n'hésitent plus a prendre leurs clients en otage...
    J'ai le souvenir d'un épisode ou les flux entre FT et Free ne passaient plus, sur fond de peering dispute (2003 ?), ou encore celui où les mails ne passaient plus entre FT et OVH, toujours sur fond de peering dispute (2005 je crois), et maintenant, c'est des histoires politiques de pub & compagnie entre Free et Google, encore et toujours sur fond de peering dispute.  Bon, on peut toujours dire que ca s'améliore: au moins dans ce dernier cas, l'option est désactivable...
    C'est à dégoûter de bosser dans ce business... (ou de signer chez un de ces fournisseurs ayant un quelconque précédent du genre...)

  2. [email protected] le

    Je suis navré pour tous les webmasters qui ont été touchés par cete mesure, mais hélas Xavier Niel n'a pas d'autre moyen de pression, il y a donc des dégats collatéraux...
    En espérant qu'un accord soit passé rapidement entre Free et Google.

  3. On croit rêver :  "À nouveau, les deux sociétés s’affronteront sur des considérations économiques qui ne regardent ni les abonnés, ni les éditeurs." Bien au contraire, cela regarde les utilisateurs. Faudra-t-il attendre à voir fleurir les options payante Youtube, Dailymotion, jeux et consorts pour qu'enfin la rédaction de Freenews voit un peu plus loin que le bout de son nez et le fond de son porte-monnaie ?

  4. C'est bizarre cette histoire quand-même. Y'en a qui se plaignent de la pub : "c'est du tracking" ; bla bla...
    Free ont proposé AdGate, ce qui bloque les pubs, et donc le "tracking", mais les gens se plaignent ENCORE !!

  5. Réagir sur le forum