Des problèmes d’accès à Youtube qui n’en finissent plus avec Free

0

Bridage or not bridage

Les possesseurs d’une ligne Freebox l’ont probablement déjà constaté : dernièrement, l’accès à YouTube se fait péniblement, avec une vitesse de chargement particulièrement ralentie aux heures de pointe (en soirée, ou le week-end).

Aux pires moments de la journée, regarder la moindre vidéo devient un véritable calvaire pour les abonnés Free : même en qualité minimale 240p, le débit offert ne permet plus de regarder des vidéos en temps réel. Il faut donc mettre le lecteur en pause et attendre patiemment que la barre de chargement se remplisse…

L’UFC-Que Choisir réagit à ce problème en indiquant que de plus en plus de Freenautes se plaignent de tels ralentissements : « il ne s’agit pas de stigmatiser Free », précise Édouard Barreiro, spécialiste des questions NTIC pour l’association de consommateurs, « mais les abonnés d’autres opérateurs ne se plaignent pas… ».

Du côté de Free, on se défend de toute volonté de bridage et on avance simplement « une saturation de l’interconnexion ». Google, propriétaire de YouTube, n’a pas souhaité réagir. On peut penser que Google et Free ne parviennent pas à s’entendre sur les modalités des accords d’interconnexion ; en l’absence d’action, les liens existants saturent, et aucune des deux sociétés ne souhaite mettre la main à la poche pour améliorer les infrastructures. En l’absence d’explication officielle plus précise, on ne peut qu’émettre de telles suppositions…

Le problème n’est pas nouveau : l’accès à YouTube s’est déjà retrouvé dégradé pour les abonnés Free par périodes. À l’époque, déjà, certains dénonçaient la stratégie du « pourrissement » mise en place par l’opérateur, quitte à ne plus assurer une qualité de service décente pour ses abonnés.

Une fois de plus, ce sont donc les Freenautes qui pâtissent d’une situation qui commence à se faire longue…

Source : Nouvel Obs’

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.