“AdGate”, le blocage de pubs de la Freebox fait scandale

40

En quelques heures, la mise en place d’un blocage des publicités par défaut sur Freebox Révolution (que nous vous invitons à désactiver au plus vite) a créé un véritable tollé sur les sites spécialisés et les réseaux sociaux.

Mal perçue par les éditeurs de contenus gratuits qui vivent pour majeure partie des revenus publicitaires, la mesure a chamboulé le web francophone et même au-delà…

Free confirme et ne s’excuse pas

L’affaire fait immédiatement la Une de nombreux pure players en ligne, qui ne mâchent pas leurs mots contre Free : PC INpact rappelle que ce choix va sanctionner « les sites qui reposaient uniquement sur la publicité » au détriment des consommateurs, Rue89 dénonce une « idée très risquée », et Numerama accuse tout simplement l’opérateur d’avoir « pété un câble ». Sur les réseaux sociaux, un nom est né : #AdGate.

Très rapidement, ZDnet.fr a obtenu confirmation de la part de Free. Cette fonction n’est pas un bug et elle fonctionne exactement comme elle était censée le faire. L’opérateur pense que malgré son blocage, activé par défaut chez les Freenautes équipés de la Révolution, il n’existe pas de danger économique pour les sites financés par la publicité. Il se dit lui-même « le premier concerné et probablement le plus touché » par son propre filtre !

Fleur Pellerin intervient

La ministre déléguée à l’Économie numérique a posté une réaction sur Twitter où elle avoue ne pas aimer les publicités intrusives sur le net, mais demande tout de même à Free de laisser le choix à l’utilisateur en n’activant pas l’option par défaut.

Selon Numerama, une réunion sera organisée « lundi ou dans les tous prochains jours » entre la ministre, Free et quelques éditeurs de contenus.

Un blocage un peu trop zélé

Contrairement à ce qui a rapidement été affirmé par quelques sites mal (ou pas) informés, Free ne se contente pas de bloquer les publicités générées par la régie publicitaire de Google : Adsense. La régie publicitaire de Freenews, Netavenir, localisée en France, est également touchée… et bien d’autres.

Pire, plusieurs utilisateurs (notamment @nkgl sur Twitter) constatent que la Freebox bloque un peu plus que des publicités. Google Analytics, utilisé par les webmasters comme outil de mesure statistique des visiteurs, est également rendu inaccessible… entre autres. Évidemment, tout blocage entraîne un risque de sur-blocage, et ce cas n’échappe pas à la règle !

La liste des filtres mise en place par Free n’étant pas rendue publique, difficile de savoir précisément ce qui sera bloqué et ce qui ne le sera pas. Nouvelle preuve, s’il en fallait une, de l’opacité de cette mesure. En revanche, les publicités générées par la régie du site du Monde.fr (dont Xavier Niel est un des propriétaires et actionnaires) ne sont pas bloquées…

Au-delà des frontières…

La mesure est inédite au point d’attirer l’attention outre-Atlantique ; ainsi, les grands sites technologiques anglophones s’emparent de l’affaire et y vont de leurs papiers sur cette décision.

Citons notamment les articles publiés par :

- The Verge

- Ars Technica

Suite du feuilleton dès demain…

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

40 commentaires

  1. Mouais mais bon après on fait tout un scandale pour pas grand chose ! qu'est ce qui est réellement bloqué, les pubs présentes sur le navigateur de la box ! allez maintenant un peu d’honnêteté, qui utilise ce navigateur ? et qui n'a pas installé AdblockerPlus sur son pc ou mac !

  2. Réagir sur le forum