M. Lombardini règle ses comptes avec Bouygues Telecom

0

Maxime Lombardini, directeur général de Free/Iliad, était ce matin l’invité de Good Morning Business sur BFM Business. Il y a répondu aux questions de Stéphane Soumier, suite à l’annonce des résultats de l’opérateur…

Interrogé sur la rentabilité de l’offre mobile, il a rappelé que le groupe connaissait une « progression très forte de son chiffre d’affaires » : « à ce jour, la rentabilité du fixe finance le déficit du mobile », explique-t-il, ajoutant qu’il est « normal que le mobile soit en déficit » en période de lancement, en raison des infrastructures et investissements à réaliser. « La rentabilité va venir relativement vite (…) on est encore en phase d’investissement ».

Également interpellé au niveau du coût de l’accord d’itinérance avec Orange, Maxime Lombardini a finalement avoué que celui-ci serait « un peu plus » élevé que le milliard d’euros prévu sur 3 ans, « pour une bonne raison : il y a beaucoup plus d’abonnés qu’attendu (…) c’est une dépense nécessaire qui n’a pas vocation à durer éternellement ».

Invité à réagir aux propos très durs de Martin Bouygues, qui accuse Free d’avoir détruit le marché des opérateurs mobiles, Maxime Lombardini se défend vigoureusement : « SFR a publié ses résultats hier, la rentabilité a augmenté ! (…) Le marché a augmenté de 2 millions d’abonnés », constate-t-il.

Le DG de Free se lance dans une véritable tirade à l’encontre de Bouygues : « Bouygues nous dit “Free n’investit pas dans le mobile”. Dans le fixe, que fait Bouygues ? Ils n’ont pas mis un euro dans la fibre optique, nous on a mis 700 millions. Ils s’installent sur le réseau de Numericable. Dans l’ADSL, on a dégroupé 4500 répartiteurs, (…) on a investi 3 milliards sur les 10 dernières années. Bouygues, il fait quoi ? (…) Ils ont fait 600 répartiteurs et puis après ils utilisent ceux de SFR. C’est un groupe que je connais bien, j’y ai travaillé pendant 15 ans. Il y a toujours deux discours : je suis ultra-libéral quand ça m’arrange et je suis quasi-marxiste quand ça m’arrange (…) ».

« Un boulanger qui est seul sur une ville, il est très heureux. Quand un nouveau arrive, et met de la concurrence, il n’aime pas. Sur le mobile c’est pareil : les forfaits illimités, chez [Bouygues], avant que la 4ème licence soit annoncée c’était 180 € par mois ; quand la 4ème licence a été annoncée, ils ont baissé à 80 € ; trois mois avant qu’on n’arrive, ils ont baissé à 24 €. On a baissé à 19 €, ils se sont alignés… ».

« C’est désagréable quand vous êtes sur un magot, et que d’un seul coup quelqu’un arrive et met ça à son juste prix », lâche-t-il finalement.

Écoutez l’intégralité de l’interview sur BFM Business :


ou téléchargez au format MP3

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.