Le rapport accusateur de l’ANFR sur Free Mobile dévoilé

51

Nous l’évoquions hier, les conclusions du rapport de l’ANFR, commandé par Éric Besson, ministre de l’Industrie, sur le réseau de Free Mobile, viennent s’opposer aux résultats officiels publiés par l’autorité compétente, l’Arcep.

Bien que cette étude n’avait pas pour but d’être rendue publique, Le Point est parvenu à se la procurer et donne accès à l’intégralité du document. Il convient toutefois de signaler qu’il s’agit d’un premier jet auquel de nombreuses mesures manquent encore ; l’ANFR « remettra son rapport final à la fin du mois de mars 2012 ».

L’agence nationale des fréquences fournit notamment un bilan (incomplet) du statut des 979 antennes déclarées en service par Free Mobile. 47% d’entre elles ont été testées par l’ANFR. Sur cette proportion :

- 94 % des antennes contrôlées étaient fonctionnelles en émission

- 64 % accueillaient “spontanément” un téléphone Free Mobile (900 MHz et 2100 MHz confondus)

- 36 % conduisaient à une connexion au réseau Orange en itinérance


L’ANFR constate qu’il « était nécessaire
d’attendre environ une demi-heure pour qu’un appareil ayant établi une communication sur
l’un des réseaux (Free Mobile ou Orange) remette spontanément ce choix en question, que
l’appareil soit allumé ou éteint pendant cette période »
. Ce délai est pointé du doigt par l’agence, qui constate que cela engendre un amont important de connexions sur le réseau d’Orange.

Concrètement, cette étude gouvernementale n’a pas de valeur légale ; seule l’Arcep, qui est une autorité indépendante, reste chargée de vérifier que la couverture du réseau de Free Mobile est conforme ou non à ses engagements. Gageons d’ailleurs que cette dernière ne verra pas d’un très bon œil une telle remise en cause de son travail…

- Accéder à l’article du Point

- Télécharger le rapport complet de l’ANFR (PDF)

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

51 commentaires

  1. En gros remise du rapport le 30 février , le temps que free le lise, le vendredi 2 mars free modifie à l'arrache son paramétrage pour privilégier les antennes free lointaines aux antennes proches orange, et c'est pour ça que cela a bien planté durant 3 heures. J'imagine bien le truc suivant : antennes d'orange délestées mais trop de monde sur les rares antennes free, du coup plus assez de débit pour les appels.

  2. barbaresclub a écrit :

    En gros remise du rapport le 30 février


    Le 30 février ?  :o je n'ai jamais eu l'occasion d'arriver à cette date !  ::)

  3. barbaresclub a écrit :

    En gros remise du rapport le 30 février , le temps que free le lise, le vendredi 2 mars free modifie à l'arrache son paramétrage pour privilégier les antennes free lointaines aux antennes proches orange, et c'est pour ça que cela a bien planté durant 3 heures. J'imagine bien le truc suivant : antennes d'orange délestées mais trop de monde sur les rares antennes free, du coup plus assez de débit pour les appels.
    Faut éviter l'analyse et laisser ça à ceux dont c'est le boulot ;D

  4. Il n'y a rien d'accusateur dans ce rapport ni contradictoire avec l'ACERP mais une simple description des faits.
    Seuls les non spécialistes peuvent penser qu'il y a un piège ou de la mauvaise foi.
    Free a bien installé antennes et couvre bien le pourcentage requis mais le fonctionnement des téléphones fait qu'ils ne choisissent pas le réseau Free assez fréquemment. En partie c'est la faute aux licences et à l'Etat: sans licence 2G, les anciens téléphones ne peuvent choisir que le réseau Orange. Il y a encore probablement 50% des téléphones qui ne fonctionnent qu'en 2G et qui ne peuvent se connecter qu'au réseau d'Orange. Ensuite, comme indiqué, une fois le réseau Orange accroché, ils y restent. Or accrocher un réseau Orange et y rester est bien plus probable que le réseau Free. Le rapport d'AFNR donne une bonne explication pourquoi malgré la couverture requise de 28% la majorité des appels passe par le réseau d'Orange et ne contredit rien.
    Free a tout intérêt à ce que les communications passent par son réseau pour réduire les coûts. Free peut même se plaindre à l'ACERP d'avoir des frais imprévus et demander des faveurs car du fait de l'absence de la licence 2G il subit des surcoûts importants imprévus car les téléphones préfèrent le réseau d'Orange.

  5. bonjour

    MDR , le plus c'est 29 , mais bon on apprend tous les jours

    puisque ils y sont pourquoi il ne font pas le test pour la bande des 3

  6. Yoann Ferret a écrit :

    Faut éviter l'analyse et laisser ça à ceux dont c'est le boulot ;D

    Je constate juste, que pendant plus d'un mois je n'avais aucun probleme avec mon abonnement free dans les 92 (où il y a très peu d'antennes free). Du jour au lendemain pleins de plantage (moi, ma femme, mes collegues, ma belle mere,...) . Donc quand je vois date du 30 fevrier comme date de remise de rapport (fin du pdf), j'ai tout de suite fait le rapprochement avec le vendredi 2mars, journée noire de la semaine dernière.  ps: je bosse dans les telecoms.

  7. arpa463x a écrit :

    Il n'y a rien d'accusateur dans ce rapport ni contradictoire avec l'ACERP mais une simple description des faits.
    Seuls les non spécialistes peuvent penser qu'il y a un piège ou de la mauvaise foi.
    Free a bien installé antennes et couvre bien le pourcentage requis mais le fonctionnement des téléphones fait qu'ils ne choisissent pas le réseau Free assez fréquemment. En partie c'est la faute aux licences et à l'Etat: sans licence 2G, les anciens téléphones ne peuvent choisir que le réseau Orange. Il y a encore probablement 50% des téléphones qui ne fonctionnent qu'en 2G et qui ne peuvent se connecter qu'au réseau d'Orange. Ensuite, comme indiqué, une fois le réseau Orange accroché, ils y restent. Or accrocher un réseau Orange et y rester est bien plus probable que le réseau Free. Le rapport d'AFNR donne une bonne explication pourquoi malgré la couverture requise de 28% la majorité des appels passe par le réseau d'Orange et ne contredit rien.
    Free a tout intérêt à ce que les communications passent par son réseau pour réduire les coûts. Free peut même se plaindre à l'ACERP d'avoir des frais imprévus et demander des faveurs car du fait de l'absence de la licence 2G il subit des surcoûts importants imprévus car les téléphones préfèrent le réseau d'Orange.


    Je suis bien d'accord avec toi. Ce rapport n'accuse en rien le réseau de Free. Il ne fait qu'un constat et suggère en tant que spécialiste des actions à mener par Free pour que ça se passe mieux. Je ne vois pas non plus de remise en cause profonde de la méthode de l'ARCEP (qui est la seule valable d'un point de vue légale).

  8. barbaresclub a écrit :

    J'imagine bien le truc suivant : antennes d'orange délestées mais trop de monde sur les rares antennes free, du coup plus assez de débit pour les appels.

    L'incident de vendredi concernait majoritairement les gens en itinérance sur le réseau Orange.

    J'ai parcouru très rapidement le rapport que je lirai plus attentivement ultérieurement.
    Mais quand on lit la lettre de Besson, on s'aperçoit que c'est l'ARCEP qui avait demandé à ce que l'ANFR vienne apporter son aide pour les mesures. Or, j'étais persuadé (à lire les nombreux articles sur le sujet) que c'était le Ministre qui remettait en cause les mesures de l'ARCEP.

    Maintenant qu'on sait que Free a son réseau opérationnel, va-t-on enfin arrêter de nous faire chier avec ces querelles de cour de récréation?

    Cela dit, le nombre d'antennes installées par Free depuis octobre (une quinzaine) est plutôt inquiétant. Bon courage à eux pour construire leur réseau.

  9. arpa463x a écrit :

    Il n'y a rien d'accusateur dans ce rapport ni contradictoire avec l'ACERP mais une simple description des faits.
    Seuls les non spécialistes peuvent penser qu'il y a un piège ou de la mauvaise foi.
    Free a bien installé antennes et couvre bien le pourcentage requis mais le fonctionnement des téléphones fait qu'ils ne choisissent pas le réseau Free assez fréquemment. En partie c'est la faute aux licences et à l'Etat: sans licence 2G, les anciens téléphones ne peuvent choisir que le réseau Orange. Il y a encore probablement 50% des téléphones qui ne fonctionnent qu'en 2G et qui ne peuvent se connecter qu'au réseau d'Orange. Ensuite, comme indiqué, une fois le réseau Orange accroché, ils y restent. Or accrocher un réseau Orange et y rester est bien plus probable que le réseau Free. Le rapport d'AFNR donne une bonne explication pourquoi malgré la couverture requise de 28% la majorité des appels passe par le réseau d'Orange et ne contredit rien.
    Free a tout intérêt à ce que les communications passent par son réseau pour réduire les coûts. Free peut même se plaindre à l'ACERP d'avoir des frais imprévus et demander des faveurs car du fait de l'absence de la licence 2G il subit des surcoûts importants imprévus car les téléphones préfèrent le réseau d'Orange.



    Le problème des 30 minutes ou des 36% d'antennes qui n'ont pas accepté la sim Free , ca n'a rien a voir avec la 2G , l'ANFR réalise des tests avec des téléphones 3G...

  10. Il me semblait que l'ANFR reprochait à l'Arcep de ne pas provoquer plusieurs appels simultanément pour tester le service voix (mais 1 seul appel à la fois), et que ce test de charge manquant était l'objet du litige.
    Cependant, dans leur protocole de test, ils procèdent strictement (pour la voix) de la même façon: 1 seul appel à la fois!!!
    => Du coup, où est l'utilité de refaire les mêmes tests? (A part une façon biaisée d'essayer d'obtenir les détails des antennes déclarées en service auprès de l'Arcep)

  11. Réagir sur le forum