4G : Free joue (aussi) au chantage à l’emploi

0

Après SFR, qui affirme que l’attribution de fréquences 4G recyclées (sur la bande des 1800 MHz) à Bouygues Telecom pourrait entraîner la destruction de 5000 emplois, c’est au tour de Free d’user de méthodes similaires.

Également opposé à une telle redistribution sous certaines conditions, le trublion a écrit à l’Arcep (Autorité de régulation des télécoms) la semaine dernière, selon Les Échos.

Il y affirme que la réallocation de fréquences en faveur de Bouygues Telecom pourrait provoquer la destruction globale de 2500 emplois.

Orange, SFR et Free Mobile sont tous trois farouchement opposés à une telle redistribution des ex-fréquences 2G pour le déploiement de la 4G. Les opérateurs ne voient pas d’un bon œil le fait que Bouygues Telecom puisse hériter de fréquences supplémentaires sur la gamme des 1800 MHz. Dans cette guerre de bluff, un soutien pèsera peut-être lourd dans la balance du gouvernement : celui de Neelie Kroes, commissaire européenne, qui s’estime prête à faire entendre « le soutien de la Commisssion à la réutilisation de la bande 1800 MHz » dans le cas où l’État français prendrait une décision différente. Réponse d’ici deux semaines…

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.