Fibre : Bruxelles épingle l’ARCEP, trop laxiste face à la domination d’Orange

2

La Commission européenne dénonce l’absence d’ouverture à la concurrence de la fibre optique en France, largement dominée par Orange.

La politique de l’ARCEP (Autorité de régulation des télécoms) en matière de régulation de la fibre optique est-elle trop laxiste ? C’est ce que semble penser la Commission européenne. Dans une décision, publiée fin novembre, Bruxelles pointe du doigt une situation encore largement favorable à l’opérateur historique, Orange, que ce soit auprès du grand public ou des entreprises.

Bien que la situation ait évolué avec une mutualisation des réseaux FTTH en hausse, cela n’a pas empêché Orange d’asseoir sa position dominante dans la fibre, tandis que « la concentration sur le marché s’est progressivement accrue », constate la Commission. Une situation qu’elle n’est pas la seule à constater : en 2016, Maxime Lombardini (DG d’Iliad, maison-mère de Free) dénonçait un cadre réglementaire « trop favorable à Orange », avec un risque de re-monopolisation du marché.

Vers des obligations réglementaires plus contraignantes pour Orange ?

En sous-texte, le régulateur français est accusé d’avoir été trop laxiste avec Orange, lui permettant d’organiser la concurrence selon ses propres termes et son propre calendrier.

Pour plus de concurrence, les recommandations de l’ARCEP pourraient devenir des obligations réglementaires fermes. Par exemple, pour les offres grand public, imposer à Orange l’ouverture du segment terminal de son réseau FTTH (à proximité des habitations) selon des termes clairement définis, encadrés et régulés, notamment en ce qui concerne « les systèmes d’information, la commande, la livraison et le service après-vente ».

Sur les offres pour entreprises, là encore sur un marché très dominé par Orange, de nombreux concurrents réclament la mise en place d’offres dites « bitstream ». Concrètement, celles-ci permettraient aux opérateurs de venir directement louer l’accès au réseau FTTH d’Orange, à des prix transparents fixés dans des tarifs de référence — sur un modèle proche de ce qui a pu être observé pour les accès ADSL. Cette solution est également préconisée par la Commission, « au moins dans les zones où d’autres produits d’accès ne sont pas économiquement viables ».

Source : Next INpact

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

2 commentaires

  1. Bonjour

    Vous allez dire que  c'est une idée fixe , mais mes interventions se concentrent toujours sur l'attente interminable sur le passage de la Fibre FREE  a ses clients .
    Question :
    Qui fait du blocage pour la mutualisation de la fibre Free  a la connexion au réseau Orange  ?
    3 ans que Orange a fibré mon quartier et bientôt toute la Ville (06700 ) sera fibrée par orange et pas un seul client fibré FREE !!!

    -1 soit Orange fait de la rétention et c'est inadmissible ..
    -2 Soit Free se fou de ses clients , qu'il le dise franchement : Quand on appelle la Hot line on nous réponds : Vous serez informé quand ce sera possible !

    Je connais la réponse de certains : depuis que tu râles , vas chez orange et lâche nous
    Certes c'est vrai , mais ou est mon choix ? On m'impose un opérateur , car je n'ai d'autres choix que d'aller chez orange pour avoir la Fibre
    Ni SFR , ni Bouygues ne la propose pour les mêmes raisons

    Alors oui  l'ARCEP doit mettre les pieds dans le plat
    a suivre




  2. tout dépend dans quelle zone tu est dans les ZMD free s'implante doucement,  en zd  il faut  des financements communs ou seul de la part de free.
    j'ai vu orange s'implanter dans ma ville et seulement 1 an 1/2 après free s'y est mis.... le pire c'est quand y'a sfr, la faut attendre qu'un autre opérateur fibre réellement

  3. Réagir sur le forum