Elon Musk : un brulot rédigé par des salariés de SpaceX, à l’origine de leur licenciement

0

Si l’homme d’affaires entend se poser en défenseur ardent de la liberté d’expression, dans le cadre de sa procédure de rachat de Twitter, son attitude serait légèrement différente dès qu’il est la cible de critiques, ce qui aurait conduit au licenciement de salariés de SpaceX, à l’origine d’une lettre ouverte à son intention.

Harcèlement sexuel, comportement déviant en public, tweets intempestifs et dommageables pour le fonctionnement de la société, radicalisme, autant d’arguments qui auraient motivé cette publication, au sein de laquelle le comportement d’Elon Musk serait même caractérisé de « source fréquente de distraction et de honte pour nous » selon The Verge.

Une correspondance adressée à plusieurs salariés de SpaceX afin qu’ils en soient signataires et qui aurait été très peu appréciée par Elon Musk ; réaction qui s’inscrit à l’encontre du projet ultra-libéral qu’il a lui-même bâti pour Twitter, et qui, sous prétexte que le document en question ne permettait pas à l’ensemble des salariés de se concentrer sur leur travail, l’a enjoint à purement et simplement procéder au licenciement des auteurs.

« Nous avons trop de travail essentiel à accomplir et n’avons pas besoin de ce genre d’activisme démesuré » déclare-t-on chez SpaceX.

Un cas généralisé à une grande partie de collaborateurs.

Or, SpaceX n’est pas un cas isolé et chez Twitter, la grogne est également palpable parmi les employés, qui n’adhèrent ni à son modèle économique, ni à sa manière de s’exprimer, ni à ses points de vue politiques, à deux encablures de l’anarchie ce qui le place aux côtés de Donald Trump à ce sujet, très proche de l’idée initiale que l’on se faisait de Twitter lors de son lancement.

Et il faut garder à l’esprit que Twitter est un outil de communication certes mais également de manipulation du marché, ainsi que le cours de l’action de Tesla comme du réseau social ont pu le démontrer récemment, après les sorties de route ou déclarations du CEO, d’autant que les prochaines élections américains se profilent déjà et que son soutien au gouverneur républicain ultra-conservateur de Floride, Ron DeSantis, n’est un mystère pour personne.

Ce manque de réserve interpelle véritablement et les dérapages devraient rapidement se succéder dans les mois à venir.

Share.

About Author

Responsable légal, responsable d’édition, auteur et hébergeur.

Ajouter un commentaire