Jeux Freebox : fini de jouer !

0

Qualité, légalité, finalité ?

Après des semaines, voire des mois… pardon, des années d’attente, Free donne enfin tout son sens à la télécommande de la Freebox HD. La fonction Jeux vidéo est disponible depuis jeudi et elle n’en finit déjà plus de déchaîner les passions. En direct des forums de la communauté freenaute, les retours sont souvent cinglants…

Qualité ?

Du côté des utilisateurs, le succès est mitigé. Si on ne peut que saluer (comme d’habitude) l’initiative d’un nouveau service sans surplus de prix, on n’est pas tout à fait aussi satisfaits de la qualité proposée. Nous avions déjà dénoncé la nullité absolue de certains titres du lancement, qui font plus office de démonstration de faisabilité pour l’API Elixir que de jeu auquel on peut jouer. D’autres sont, somme toute, de bonne facture (Tetribox, Solitaire…) mais ne présentent qu’un intérêt ludique limité.

Légalité ?

Il me vient en tête l’exemple d’une petite société, DotEmu, qui a réussi la prouesse de proposer des jeux en émulation gratuite sur le web avec l’accord des ayants-droits. Parmi ces jeux on trouve de gros hits négociés avec des géants du jeu vidéo japonais comme Street Fighter II de Capcom. Il ne s’agit donc pas des fonds de tiroir dont personne ne veut ; loin de là.

Au-delà du simple aspect légal et pratique (le grand public ne saura jamais télécharger des roms et les mettre sur son disque dur), se pose une question éthique. Xavier Niel, qui vante l’entreprenariat français et sa dynamique, n’aurait-il pas tout intérêt à contracter des accords avec des acteurs du jeu vidéo en France (Ubisoft, Gameloft…) afin de proposer d’anciens jeux, ou des jeux développés spécifiquement pour la Freebox ?

Free n’est plus le petit collectif de bidouilleur des débuts. Notre FAI est plus que rentable et a largement les moyens d’investir. Si une toute petite start-up française y arrive, Iliad doit bien pouvoir le faire, pas vrai ?

Finalité ?

Free semble miser gros sur sa communauté de développeurs, (plus ou moins) fidèles et (plus ou moins) bénévoles. On l’a vu avec le Freeplayer, les Freenautes sont parfois suffisamment motivés et talentueux pour transcender une application relativement moyenne à la base.

On espère que leur créativité ne sera pas émoussée par une API pour le moins obscure. Elixir, qui permet de développer ses propres jeux pour Freebox, semble donner bien du fil à retordre à nos apprentis game designers… Heureusement, les développeurs Freebox restent très disponibles, à la fois sur le groupe de discussion officiel d’Elixir et sur le chat IRC de JeuxFreebox.fr, pour fournir leur aide en temps réel.

Finalement, la fonction Jeux aurait-elle mal trouvé son nom ? A bien y regarder, les développeurs se révèlent bien souvent plus intéressés par la conception d’applications, d’autant que les librairies d’Elixir semblent très bien s’y prêter. A l’instar de ce qu’on voit sur iPhone, les sites web pourraient concevoir leur propre application pour être consultés directement depuis la télévision, dans une interface bien plus simple, conviviale et rapide que les antiques télésites. Sans compter les possibilités multimédia qui semblent nombreuses ; un media-center powered by Elixir, ça se tente ? 😉

Finalement, pourquoi parler de Jeux et non d’Applications Freebox ? Choix stratégique de la part de Free ou réelle erreur de communication ? A défaut de Bomberbox 2 et autres Solitaire, une chose est sûre : les Freenautes attendent tous des widgets et des utilitaires sur leur boîtier HD. La révolution qui ne dit pas son nom ? Ce n’est pas impossible… et ça pourrait faire très mal ! A suivre, donc !

Retrouvez chaque semaine l’édito du lundi sur Freenews

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.