Licence 4G : un syndicat conteste l’appel à candidatures

0

y’en a qui n’ont pas tout capté

Un des syndicats de France Télécom, la CFE-CGC & UNSA Télécoms, déplore que le volet « emploi » n’est pas suffisamment pris en compte dans les modalités d’attribution des licences 4G.

Il entend saisir le Conseil d’Etat en vue de faire invalider le décret.

Le décret permettant l’appel à candidatures a été signé le 1er juin dernier par le ministre de l’Industrie et de l’Economie Numérique Eric Besson. Les opérateurs peuvent donc commencer à préparer leurs dossiers.

Si Free, SFR et Bouygues ont déjà contesté les modalités d’attribution qui favoriseraient l’opérateur historique, c’est au tour d’un syndicat de France Télécom de dénoncer les conditions d’attribution.

Contrairement aux appels d’offres précédents sur les licences 2G-3G, pour les licences 4G, « il n’existe aucune contrainte sur l’emploi dans le cahier des charges des concessions de domaine public ou des licences, telles que les licences de téléphonie mobile. Depuis plusieurs mois, la CFE-CGC/UNSA demande qu’une clause de localisation des emplois en France s’applique à tous les acteurs exploitant des ressources appartenant au patrimoine national« .

Le syndicat estime que la téléphonie mobile en France a fait disparaitre 32 000 emplois. Et en même temps, les revenus des opérateurs ont augmenté de 83%. Localiser les emplois sur le territoire permettrait de créer 25 000 emplois.

Pour ajouter du poids à leur demande, la CFE-CGC & Unsa Télécoms vont également argumenter sur le fait de l’exclusion des DOM. « Le Ministre de l’Economie numérique méconnait les principes fondamentaux d’égalité de notre République.« .

Source : ZDNet

Partager

A propos de l'auteur

Bougnat pure souche, connecté en réseau salers. Ne risque pas d'avoir la fibre optique ("nom di diou").

Les commentaires sont fermés.