Le dividende numérique devrait profiter aux télécommunications

6

Le dividende numérique (fréquences actuellement utilisées par la télévision hertzienne, amenées à être libres) devrait profiter aux télécommunications (Internet mobile entre autres) dans le futur.

C'est ce qu'il ressort de la consultation publique lancée par l'autorité de régulation en juillet dernier. L'ARCEP a obtenu une cinquantaine de réponses (des collectivités territoriales, des opérateurs, de chaînes de télévisions et de radio). 

Extraits de la synthèse :

Le développement numérique de la France est aujourd’hui bien engagé. D’ores et déjà, les développements des services en mobilité et des accès fixes à l’internet haut débit sont à l’origine de profondes modifications dans la manière de communiquer et d’accéder à l’information et aux contenus.

Les technologies mobiles permettant de fournir, à l’horizon de quelques années, des performances en adéquation avec les attentes du marché, sont déjà annoncées. Ainsi, dès le début de la prochaine décennie sont attendus des systèmes permettant des débits d’une à plusieurs dizaines de Mbit/s et après 2015 des débits autour de 100 Mbit/s (questions n°2 et n°20).

Cette nouvelle étape dans le développement numérique de notre pays est capitale sur les plans économique, culturel et sociétal. Personne ne doit être exclu parce qu’elle ou il habite dans un territoire qui ne serait pas couvert. C’est pourquoi la couverture du territoire en accès à très haut débit mobile est un enjeu politique majeur (question n°4).

C’est ainsi que la couverture du territoire en accès à très haut débit mobile dépendra directement de la mise à disposition de nouvelles fréquences basses, c’est-à-dire inférieures à 1 GHz. A défaut de telles ressources, une fracture en débit s’installera entre les zones denses couvertes par le très haut débit mobile (quelques dizaines de Mbit/s) et les autres zones, correspondant à environ 70% du territoire et 30% de la population, couvertes par des débits beaucoup plus faibles (questions n°5 à n°11). 

Source : ARCEP

Partager

A propos de l'auteur

Bougnat pure souche, connecté en réseau salers. Ne risque pas d’avoir la fibre optique (« nom di diou »).

6 commentaires

  1. Là, je crains que l'on ne s'attaque à une "falaise"! Car bizarrement, pour arriver à ce qui est proposé, il faudrait repasser du modèle "brouzoufs" (Concurrentiel, on ne déploie que pour ce qui rapporte le plus) à un modèle "service public" pour le déploiement... Ce n'est pas exactement le chemin emprunté actuellement par nos décideurs! Là, j'y crois moyennement, mais je me fourvoie peut-être...

  2. fansat92 a écrit :
    Car bizarrement, il faudrait repasser du modèle concurrentiel à un modèle "service public" pour le déploiement...
    Attention, vous êtes limite hors charte. Service public, c'est un gros mot aujourd'hui. Quant aux télécoms mobiles, malheureusement ce n'est pas non plus concurrentiel, mais plutôt monopolistique, puisque le marché est pour l'instant réservé à trois opérateurs qui vivent d'une rente de situation. Maintenant, à condition que les pouvoirs publics le veuillent, ce qui n'a jamais été sérieusement le cas, il est toujours possible d'ouvrir un marché à la concurrence tout en imposant des règles du jeu obligeant à un minimum de service public. Malheureusement, le public ne pèse pas grand-chose face à la force de frappe des lobbys. Il n'y a qu'à voir les mois de palabre sans fin pour que les clients ne paient pas le temps d'attente des hot line pour que quelqu'un daigne enfin s'occuper d'eux. On se demande encore pourquoi les super marchés n'ont pas encore eu l'idée de nous faire payer le temps d'attente à leurs caisses.

  3. y'a le 430 - 440 MHz actuellement sous exploité par une minorité de radioamateurs et quelques services de géolocalisation. Ce serait le moment de faire un ménage efficace, en leur redonnant une autre bande et en utilisant l'actuelle pour la collectivité.

  4. flyer44 a écrit :
    y'a le 430 - 440 MHz actuellement sous exploité par une minorité de radioamateurs et quelques services de géolocalisation. Ce serait le moment de faire un ménage efficace, en leur redonnant une autre bande et en utilisant l'actuelle pour la collectivité.
    deux seconde on paye une licence ! on sait batu pour avoir sait frequence elle es deja partager avec le spacial es on japon il sont plus d'un million alors merci de ne pas utilise cette frequence et sait pas parceque tu capte rien sur t'on scanne qu'elle es pas utilise packet , .... .

  5. nicolas007 a écrit :
    y'a le 430 - 440 MHz actuellement sous exploité par une minorité de radioamateurs et quelques services de géolocalisation. Ce serait le moment de faire un ménage efficace, en leur redonnant une autre bande et en utilisant l'actuelle pour la collectivité.
    deux seconde on paye une licence ! on sait batu pour avoir sait frequence elle es deja partager avec le spacial es on japon il sont plus d'un million alors merci de ne pas utilise cette frequence et sait pas parceque tu capte rien sur t'on scanne qu'elle es pas utilise packet , .... .
    Heuuuu langage SMS ??? quelques légéres fautes ....

  6. Réagir sur le forum