Freenet, un Internet libéré de la censure ?

28

Terrain glissant que choisissent jours après jours nos élus (nationaux ou européens).
Mais le tout répressif, le vouloir contrôler et censuré de manière absolu n’est il pas en fait aujourd’hui contre productif, voire incohérent ?

Mike Godwin auteur de la célèbre loi (loi de Godwin) déjà en 1996 commençait à émettre des doutes sur les intentions de ce qui nous gouverne à l’encontre d’Internet :

« Je suis tout le temps soucieux au sujet de mon enfant et d’Internet, bien qu’elle soit encore trop jeune pour se connecter. Voilà ce qui m’inquiète. Je redoute que dans 10 ou 15 ans elle vienne me voir et me demande « Papa, où étais-tu quand ils ont supprimé la liberté de la presse sur Internet ? » » (I worry about my child and the Internet all the time, even though she’s too young to have logged on yet. Here’s what I worry about. I worry that 10 or 15 years from now, she will come to me and say « Daddy, where were you when they took freedom of the press away from the Internet ? »)

Le droit d’expression, le droit de circulation, le droit à la correspondance privée, notions pourtant élémentaires du droit de la personne sont aujourd’hui de plus en plus mis à mal. (cf. loi Hadopi, Attention : Des eurodéputés veulent torpiller l’internet libre le 7 juillet , l’affaire presse citron ), et nous ne parlons ici bien sur seulement de ce qui se passe sur le « Grand ’Ternet », nos droit dans la vie réelle étant bien plus complexe (et sur un terrain glissant sur lequel je ne me pencherais pas).

C’est à cause de ces raisons que Ian Clarke et quelques uns de ses amis ont décidés dès 1999 de créer un nouveau réseau : Freenet

Qu’est ce que Freenet ?

Freenet est un réseau au dessus de réseau Internet « normal », P2p (du moins dans l’idée) et crypté.
Chaque utilisateur est à la fois client et serveur de tout ce qui compose le réseau, par petits bouts, et ce de manière répété. Ce qui fait que contrairement à notre internet actuel, tout document est consultable et ce même si la source a entre temps disparue, elle fait partie intégrante du réseau tant quelle continue à être consultée.

PNG - 94.5 ko
La page d’accueil de Freenet

Les données sont donc stockées sur votre disque dur. La consultation du réseau Freenet s’effectue lui graçe à votre navigateur internet préféré

Que peut on faire avec ?

- Surfer sur des freesites (l’équivalent des sites web),

- Insérer votre freesite sur le réseau,

- Discuter dans des newsgroups,

- Envoyer/Recevoir ses courriels ( l’utilisation de Thunderbird est possible voir http://www.freenet-doc.info/index.p…,

- Échanger des fichiers,

- Partager ses fichiers par upnp,

- Etc.

Comment cela marche t’il ?

Tout d’abord Freenet est multi-plateforme, c’est à dire qu’il est utilisable autant sur Windows, que Mac Os X que Gnu/Linux.

Pour l’installer, rien de bien compliqué, dirigez vous sur le site du projet :

http://www.freenet-doc.info/index.p…

La seule dépendance requise est d’avoir Java (si possible la version de Sun, mais ce n’est pas une obligation) pour pouvoir l’installer.

PNG - 66.8 ko
Freenet se connecte àd’autres utilisateurs

Sauf sous Vista (…) il suffit en général de cliquer sur ce lien pour pouvoir l’installer : http://downloads.freenetproject.org…

Comme vous le remarquerez au lancement de Freenet, l’interface est dans la langue de Molière et est triviale d’utilisation. Vous trouverez toutefois plus de documentation sur Freenet et ses outils sur le site de Freenet ou sur sa version française freenet-doc (cf. lien en fin d’article).

Freenet est un logiciel en constante évolution (c’est d’ailleurs un projet participant au célèbre GSoC, Google Summer of Code). Pensez à re-visiter le site du projet de manière régulière.

Conclusion

Pour conclure, nous pourrions nous poser la question de savoir si l’utilisation de Freenet est ou n’est pas une bonne chose. En effet, vous semble t’il normal d’utiliser un tel système seulement pour pouvoir garder un minimum de ses droits fondamentaux ?

Pour ma part, aujourd’hui ma réponse est non, mais demain ?

Partager

A propos de l'auteur

28 commentaires

  1. En effet, petit à petit ceux qui dénoncent la chine s'en servent comme exemple (filtrage, répression, etc...) pour la liberté et les droits sur le net. Sans parler des fichiers mis en place pour ceux qui sont "susceptible" de porter atteinte à la sûreté de l'état... Qu'on me donne la définition de cette susceptibilité. Si on fait un rapprochement entre les deux, pourquoi ne pas inclure les internautes dans ce fichier susceptibles d'aller sur le net voler nos très chères (dans quels sens .. ;-)) maisons de disques? Il est donc évident, vu le peu de soutient de la part des internautes, de la presse, des médias (qui pourtant seront les premiers concernés...), des syndicats, on se dirige vers cette solution d'un point de vue législatif. Il y a donc aussi de fortes chances que le net que nous connaissons aujourd'hui soit en train de mourir à cause des maisons de disques qui font le forcing sur des politiques inconscient du danger... pour donner place à freenet ou mieux darknet...

  2. A partir de seulement 2 individus tôt ou tard il peut y avoir un conflit, ce qui peut amener à devoir recourir à un arbitrage, au moins pour les plus faibles ou les personnes agressées gratuitement, ce qui implique la mise en place de règles ou de lois, d'une information et à de la répression si elles ne sont pas respectées. Aucune société ou groupuscule ne peut fonctionner longtemps sur un modèle 100% libre, c'est une utopie qui révèle la toute puissance de désirs régressifs, qui n'est pas de mise chez les adultes d'une société civilisée. Il faut arrêter l'hypocrisie, la revendication de l'anonymat sur le net dans des pays libres est uniquement motivés par le désir d'échapper à la répression, donc au désir d'enfreindre des lois ou des règles, qui sont là avant tout pour protéger. Je pense à la pédocriminalité, à la haine raciale et des catégories minoritaires, à l'incitation à la haine et à la violence, au non respect des droits d'auteur qui tuent la création etc... Il y a Freenet, puis il y aura de nouvelles règles, puis un autre truc, et encore de nouvelles règles etc... c'est l'éternelle course de vitesse des "gendarmes" et des "voleurs" ;)

  3. Ce qu'il y a d'extraordinaire c'est que si le traitement imposé à Internet était appliqué au courrier papier nous aurions une véritable révolte. Imaginez une seconde la levée de boucliers si la poste devait (comme les FAI aujourd'hui le doivent) conserver la trace de tous les courriers transitant par son intermédiaire et aller vérifier les courriers ayant un gros volume sous prétexte qu'ils pourraient contenir des livres photocopiés. Ceci montre bien que pour nos élus Internet n'est pas un vrai média devant jouir de toutes les protections dont bénéficient courrier et conversations mais simplement un gadget. Quant à nos concitoyens ils privilégient la sécurité à la liberté et à ce titre se prêtent de bonne grâce à tous les flicages Ce n'est pas avec des mentalités aussi ringardes que le problème sera résolu...

  4. Cinquo a écrit :
    Quant à nos concitoyens ils privilégient la sécurité à la liberté et à ce titre se prêtent de bonne grâce à tous les flicages
    Surtout que cette pseudo sécurité ne sera que temporaire, tandis qu'ils perdront leur liberté pour très longtemps... ce n'est qu'une question de choix ;)

  5. Le nombre de fautes d'orthographes et de typo de cet article laisse une curieuse impression... Sur le fond, ça ressemble plus à un essai personnel, au demeurant intéressant et informatif, mais je ne saisis pas très bien ce choix éditorial de la part de Freenews et la façon dont le site l'avalise.

  6. nickole a écrit :
    A partir de seulement 2 individus tôt ou tard il peut y avoir un conflit, ce qui peut amener à devoir recourir à un arbitrage, au moins pour les plus faibles ou les personnes agressées gratuitement, ce qui implique la mise en place de règles ou de lois, d'une information et à de la répression si elles ne sont pas respectées. Aucune société ou groupuscule ne peut fonctionner longtemps sur un modèle 100% libre, c'est une utopie qui révèle la toute puissance de désirs régressifs, qui n'est pas de mise chez les adultes d'une société civilisée. Il faut arrêter l'hypocrisie, la revendication de l'anonymat sur le net dans des pays libres est uniquement motivés par le désir d'échapper à la répression, donc au désir d'enfreindre des lois ou des règles, qui sont là avant tout pour protéger. Je pense à la pédocriminalité, à la haine raciale et des catégories minoritaires, à l'incitation à la haine et à la violence, au non respect des droits d'auteur qui tuent la création etc... Il y a Freenet, puis il y aura de nouvelles règles, puis un autre truc, et encore de nouvelles règles etc... c'est l'éternelle course de vitesse des "gendarmes" et des "voleurs" ;)
    Qu'entends-tu par "pays libres", tu as ta petite liste sous le coude ? C'est toi qui en fait la définition ? Nickole, je te souhaite d'être en Iran. Je pense que là bas, où en Chine, ils se disent être un pays libre.

  7. Fourvin a écrit :
    Le nombre de fautes d'orthographes et de typo de cet article laisse une curieuse impression...
    C'est Albert qui l'a écrit, c'est tout.

  8. aegir a écrit :
    Le nombre de fautes d'orthographes et de typo de cet article laisse une curieuse impression...
    C'est Albert qui l'a écrit, c'est tout.
    Je connais pas Albert, je connais Freenews, c'est tout :)

  9. étant donné l'architecture et le fonctionnement de ce réseau, je pense que ça pourrait marcher lorsque la fibre optique sera démocratisée... car pour l'instant ça ne décolle pas à cause de la vitesse, cela rend le réseau peu attractif en général.

  10. Réagir sur le forum