France Telecom, SNCF, La Poste : l’inflation injustifiée du coût des services publics en 2015

17

Bonne année !

Comme chaque année ou presque, le coût des principaux services publics augmentera en cette année 2015. Loin du reste du marché des télécoms où la tendance est à la baisse de prix, France Telecom/Orange fait ainsi grimper pour une nouvelle année consécutive le coût de son abonnement téléphonique (ligne fixe). Selon la proposition de l’opérateur approuvée par l’ARCEP (Autorité de régulation des télécoms), il passera dans le courant de l’année de 16,96 à 17,96 € par mois, soit une augmentation de 5,9 % ! Il sera évidemment possible d’échapper à cette hausse en optant pour le dégroupage total, et en passant ainsi par un opérateur alternatif.

L’ex-cador des PTT n’est pas le seul à revoir ses prix à la hausse. Du côté des postes, le timbre rouge (tarif rapide, le plus utilisé) voit son prix exploser de façon spectaculaire, en passant de 0,66 € à 0,76 € ; une augmentation de 15 %, la plus élevée de toute l’histoire de La Poste ! Le timbre vert « écologique » passe de 61 à 68 centimes, pour sa part. Il sera plus difficile d’échapper à cette hausse, La Poste gardant globalement la mainmise sur le marché du courrier malgré sa libéralisation en 2011.

On finira par souligner l’augmentation des tarifs de la SNCF, qui a annoncé une inflation de 2,6 % sur l’ensemble de ses billets de train (TGV, TER et Intercités) en tarif plein. La société, qui détient encore un monopole national sur le transport ferroviaire de particuliers, reste incontournable pour les usagers.

Ainsi que le remarque Le Monde, ces augmentations annuelles, régulières pour les sociétés de service public ou issues de l’État, sont très largement injustifiées alors qu’il n’y a pas d’inflation notable en France. Sur l’année, les prix à la consommation n’ont augmenté que de 0,3%, et en novembre, ils étaient même en léger recul, de 0,2 % par rapport au mois précédent.

via Le Monde

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

17 commentaires

  1. Je ne sais pas quel âge à le rédacteur de cet article mais il faudrait enfin arrêter d'employer les termes "PTT" ou encore "les postes".
    Ca n'existe plus depuis longtemps.
    Quant à dire que La Poste est un service public, c'est même un peu limite mais ça passe encore pour cette fois :-)

  2. S'il n'y avait que les prix des services publics ou assimilés qui augmentaient cela se saurait.....!
    Un seul exemple parmis des milliers d'autres, mon abonnement de parking, gèré par Vinci, a augmenté de 35% ces trois dernières années.
    Alors pourquoi pointer du doigt les services publiques uniquement?

  3. Il y a une dette à rembourser, donc si on ne veut pas augmenter les impôts, il faut le faire en diminuant le coût des services publics, bref en faisant payer un peu + leurs usagers.
    A noter que les Etats pourraient  se réapproprié cette dette via la création de sa banque, mais cela n'arrangerait pas les grosses banques qui préfèrent continuer à s'enrichir sur le dos des Etats. Merci à leur  lobbystes  et à la corruption de nos politicards.

  4. FT/Orange est privatisé à hauteur de 77%, ils effectuent des missions de service public mais ce n'est en aucun cas un service public quand à la Poste il y a de moins en moins de courrier donc les recettes diminuent, alors c'est soit augmenter certains tarifs ou faire payer le contribuable soit supprimer des dessertes, des services.
    [u]Pour rire un peu : [/u]
    Pas d’inflation ? Soyez discrets aussi avec les lecteurs de la presse quotidienne. A partir de janvier, Le Parisien passe à 1,20 euro (+ 5 %), Libération à 1,80 euro (+ 6 %), Le Figaro à 2 euros (+ 11 %) et [b]Le Monde à 2,20 euros (+ 10 %),[/b] pour[u] tenter de compenser le recul des ventes en kiosques.
    [/u]
    Les statistiques, pourtant, sont catégoriques : [b]en France, il n’y a plus d’inflation.[/b] En novembre, les prix à la consommation ont même reculé de 0,2 % par rapport au mois précédent, selon les chiffres publiés par l’Insee le 11 décembre. Et sur un an, la hausse se limite à 0,3 %.
    Source Le Monde.
    Donc si je comprends bien Le Monde a le droit d'augmenter ses tarifs ( moins de clients) mais la même raison ne saurait être applicable à la Poste, hilare je suis.
    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/12/30/pas-de-deflation-pour-les-tarifs-publics_4547300_3234.html#O1ZkTzQq1fhER9vp.99

  5. Ce serait bien également d'indiquer la hausse des prix/tarifs sur la durée des PTT et des chemins de fer et de comparer par rapport à la courbe de l'INSEE. Sur un an, ce n'est pas significatif.

  6. Hormis une part de l'Etat dans le capital et quelques contraintes (cabines publiques, ...) ces entreprises n'ont plus grand chose de service public, soit par leur statut (SA), soit par leur politique, dans les faits, et surtout pas dans leurs belles paroles (la fameuse "charte du service public" de la SNCF, je me marre. Ou je pleure...).
    L'Etat-actionnaire demande aux EPIC d'être rentables (et non simplement de parvenir à ne pas être des gouffres), ils profitent donc un peu de leur situation monopolistique. Et comme de toute façon l'idée à terme est de privatiser tout ce qui peut-être rentable, le meilleur moyen de le justifier, est d'assurer un service soit cher, soit de mauvaise qualité, soit les 2. On peut penser à une fausse théorie du complot, mais comment justifier de privatiser quelque chose qui fonctionnerait merveilleusement bien ?
    Il y a bien longtemps que l'Etat ne demande plus à feu la SNCF (elle n'existe plus depuis le 1er janvier dernier, c'est "SNCF mobilité" maintenant, et SNCF ne signifie plus société nationale blabla, ce n'est plus qu'une marque, un nom, familier, rassurant, illusoire) d'assurer un service public. Hormis quelques tarifs (famille nombreuse, accompagnant de handicapé, etc...), et -un peu- les TER et les corails, SNCF mobilité est en plein dans un marché, affrontant la voiture, le co-voiturage, l'avion, Thello, le car, et cherche à faire du profit, à se développer à l'international en rachetant des boites et en remportant des marchés là bas. Alors que ce qu'on devrait lui demander, c'est de se concentrer sur les besoins des populations et des entreprises en matière de transport intérieur et trans-frontalier...
    L'image donnée par l'Etat, les médias et la communication de ces entreprises dans certains situations est complètement fausse. Il suffit d'être usager/client ou salarié de ces entreprises, et de s'intéresser au sujet, pour s'en rendre compte.
    Bonne année !
    edit pour Hammett : en 2008 le Paris-Marseille en TGV 2è classe était à moins de 100 euros (je crois moins de 90 même) en période de pointe sans réduction. Il atteint aujourd'hui les 115 euros. Le temps de trajet ne s'est pas amélioré, le service à bord non plus, hormis la présence d'un sous-traitant qui assure la propreté pendant le trajet, et de quelques nouvelles rames avec prises électriques...

  7. Réagir sur le forum