Condamnation de Dijon : éclaircissements

77

 

Début janvier, le site 01net publiait un
article à propos d’une condamnation de Free par un juge de proximité de
Dijon en novembre dernier
.

01net nous fournissait
alors une analyse qui s’appuyait sur les propos de Laure Marino, maître
de conférences en droit à Paris XIII. L’antenne UFC-Que Choisir
Côte d’Or a obtenu
695 Euros dans l’affaire…

Aujourd’hui le
site ZDNet.fr
nous apporte les explications et éclaircissements
nécessaires dans un
nouvel article en interrogeant Benoît Tabaka
,
juriste au Forum des droits sur internet. Freenews vous apporte quelques explications
et constatations.

Notamment sur le fait que la responsabilité
de Free peut être exonérée de sa responsabilité de plein droit selon le
dernier alinéa de l’article L.121-20-3 du Code de la consommation qui nous dispose à comprendre : « Toutefois, il peut s’exonérer de tout ou partie
de sa responsabilité en apportant la preuve que l’inexécution
ou la mauvaise exécution
du contrat est imputable, soit au consommateur, soit au fait, imprévisible
et insurmontable, d’un tiers au contrat, soit à un cas de force majeure. »

Le
site ZDNet.fr nous explique également le véritable problème
 : « L’UFC
21 avait passé un
contrat avec Free, tout marchait très bien, puis tout à coup
plus rien. Free a expliqué que la ligne qu’il avait dégroupée
totalement avait été écrasée par France Télécom
(ce qu’on appelle slamming en anglais), qui continuait ainsi d’envoyer des
factures à l’UFC 21. Pour l’opérateur mis en accusation, le problème
venait donc de l’intervention d’un tiers. Mais le juge n’a pas retenu ces arguments
et a décidé que Free était responsable de plein droit. »

La décision d’un juge de proximité étant prise en premier et en dernier (pas d’appel possible), le seul recours est le pourvoi
en
cassation. La Cour de Cassation ne
rejuge pas l’affaire mais juge seulement la conformité au droit de la
décision attaquée.
Concernant l’affaire de Dijon, Free a formé un pourvoi en cassation. Comme nous
l’explique ZDNet.fr, la
décision
de la Cour de Cassation sera connue dans 2 ou 3 ans. Elle permettra de fixer
la responsabilité de plein droit. Notamment car la Cour de Cassation va fixer les obligations des prestataires.

Laure Marino nous explique sur son blog « rien n’empêche FREE
de se retourner contre FRANCE TELECOM dans un second temps ». Si le mécanisme
juridique que j’expose, celui de la responsabilité de plein droit,
permet au consommateur lésé d’avoir un interlocuteur unique,
cela ne signifie pas que cet interlocuteur est au final l’unique responsable. « 
. Or
ZDNet.fr nous précise à ce sujet : « Free a également
la possibilité de
porter plainte contre France Télécom. Dans une autre affaire, c’est
ce qu’il a tenté de faire auprès du Tribunal de Commerce de Paris,
mais il s’est fait débouter de son action. Le tribunal a estimé qu’il
n’y avait pas d’atteinte démesurée à la concurrence compte
tenu du petit volume de lignes concernées. Free avait en effet capable
de prouver seulement environ 80 cas. »
. Cependant vu les clauses de clauses de renonciations à recours dans la convention dégroupage de France Télécom (notamment dans le cas où le dysfonctionnement rencontré par un client serait imputable à France Télécom), on peut se demander si les opérateurs alternatifs dans le cadre du dégroupage peuvent réellement obtenir gain de cause en cas d’action contre l’opérateur historique.

L’attente sera donc longue avant que les responsabilités soient clairement
fixées. En attendant, un consommateur qui s’est retourné directement
contre France Télécom/Wanadoo
pour un cas de slamming – écrasement de ligne par un autre opérateur – (comme pour l’affaire de Dijon ! où il y a situation de prestataire unique aux yeux du client) relevant de la responsabilité de l’opérateur historique (FT/Wanadoo), il
a obtenu un fort dédommagement de 2850 Euros. Freenews mettra à disposition le texte de cette décision lorsqu’il sera disponible.

En cas de slamming (qui est en temps normal pris en charge par Free
via un formulaire sur son site
), on est donc en droit de se poser la question s’il vaut mieux se retourner contre
l’opérateur auquel on est abonné -ici Free- et obtenir 695 Euros de l’opérateur ou se retourner directement contre l’opérateur
« écraseur » – dans le cas abordé France Télécom/Wanadoo-
et obtenir 2850 Euros ?

Sources : ZDNet.fr, blog
Laure Marino
, 01net, Freenews

Partager

A propos de l'auteur

77 commentaires

  1. Le cas de slamming été prouvé dans l'affaire de dijon ? Et dans l'autre affaire la personne été aussi abonné a free ? et le slamming a été prouvé ? Car c'est bien beau de dire faut attaquer FT et pas free , comme ca on touche plus ... mais bon ca résoud pas le problème non plus :) J'ai toujours aimé la justice , faut attendre 3 ans pour l'appel en cassation ...

  2. Zeus.isback a écrit :
    Le cas de slamming été prouvé dans l'affaire de dijon ? Et dans l'autre affaire la personne été aussi abonné a free ? et le slamming a été prouvé ? Car c'est bien beau de dire faut attaquer FT et pas free , comme ca on touche plus ... mais bon ca résoud pas le problème non plus :) J'ai toujours aimé la justice , faut attendre 3 ans pour l'appel en cassation ...
    Je pense que toutes les réponses aux questions que tu pose sont dans l'article de ZDNet indiqué dans la news. l'autre affaire, le texte sera donné quand nous aurons réussi à l'avoir Marc (MC Cob)

  3. FreeNews a écrit :
    Le tribunal a estimé qu'il n'y avait pas d'atteinte démesurée à la concurrence compte tenu du petit volume de lignes concernées. Free avait en effet capable de prouver seulement environ 80 cas.".
    Seulement 80 personnes dans la mouise à cause de FT ? Aaah bon, rien de grave alors ! :rolleyes: On nage ne plein délire avec ces histoires de slamming :mad: Il serait temps de le punir comme il se doit... Allez l'ARCEP on se bouge !

  4. Très intéressant article. Le point clé semble être l'appréciation de l'exonération de responsabilité par la cause d'un tiers. Au juge donc de déterminer si la faute de FT provient de relations client-fournisseur défaillantes mais "normales" ou si elle est exceptionnelle et flagrante. Toute une nuance ... Par contre je ne vois pas bien pourquoi se serait au client de se retourner contre FT, dommage qu'on ait pas plus d'infos sur le gars aux 2500 euros.

  5. oui oui restons sur le slamming alors s'il vous plait pouvez vous me communiquer vos sources selon lesquelles cette histoire entre l'ufc et free à un rapport avec le slamming ? Merci d'avance de votre sérieux et de votre professionalisme en poussant jusqu'au bout vos investigations :) OK la censure sur un forum publique montre bien la mentalité des modérateurs ... c'est navrant de la part d'une soit disant association d'utilisateurs ... pfff

  6. TitaX a écrit :
    oui oui restons sur le slamming alors s'il vous plait pouvez vous me communiquer vos sources selon lesquelles cette histoire entre l'ufc et free à un rapport avec le slamming ? Merci d'avance de votre sérieux et de votre professionalisme en poussant jusqu'au bout vos investigations :)
    C'est écrit dans l'article de ZDNet entre autre. Marc (MC Cob)

  7. a bon zdnet est donc une référence juridique. bizar je vois pas dans le document ( http://www.lauremarino.com/JPDijon01112005.pdf ) qu'on parle spécifiquement de slamming. vous avez des sources plus offcielles que zdnet, clubic ou ntgeneration ? [admin : Merci d'élever un peu le débat et de ne pas rester dans ce genre de détail...]

  8. TitaX a écrit :
    a bon zdnet est donc une référence juridique. bizar je vois pas dans le document ( http://www.lauremarino.com/JPDijon01112005.pdf ) qu'on parle spécifiquement de slamming. vous avez des sources plus offcielles que zdnet, clubic ou ntgeneration ?
    Est ce que j'ai dit une telle chose ? Moi je vois dans le document l'écrasement de ligne clairement explicité :
    Attendu que la société FREE,qui invoque le fait d'un autre fournisseur d'accès,ne rapporte pas la preuve du fait imprévisible de irrésistible ,la perte de connexion découlant d'un défaut de cablage ou d'une autre manipulation, n'étant nullement une circonsatance imprévisible ,mais au contraire parfaitement connue du fournisseur d'accès dont il lui appartient de prévenir les conséquences dans ses relations avec les clients.
    (j'ai laissé les fautes d'origines) Marc (MC Cob)

  9. D'un point de vue légal, le mieux en cas de slamming est à mon avis de demander à Free les preuves que la ligne a été écrasée par un autre opérateur et de porter plainte contre cet opérateur. Peut-être Free devrait-il fournir ces preuves de façon automatique en cas de slamming, de façon à permettre à ses clients de régler le problème en justice. Il parait clair que Free ne peut pas être tenu pour responsable pour ce genre de problème, et le juge de proximité a violé l'article L.121-20-3 si Free arrive à prouver sa bonne foie et l'intervention de ce tiers. Dans tous les cas cette décision ne fait pas jurisprudence, loin s'en faut, et la Cour de Cassation devrait apporter des éclaircissements intéressants ! Les tribunaux sont certes encombrés, mais les français ont trop souvent tendance à se plaindre sans réellement agir, il faut que ça change.

  10. en fait de fait ...le seul c'est la condamnation de Free... et les delais exagerement long .... meme pour du slamming .... faut pas abuser quand meme...

  11. Réagir sur le forum