Apple : sa carte de crédit serait-elle sexiste ?

1

C’est le nouveau débat qui a été lancé aux Etats-Unis par l’entrepreneur américain David Heinemeier Hansson . Le régulateur financier de l’Etat de New-York a donc pour mission d’éclaircir l’affaire pour déterminer si l’Apple Card discrimine les femmes.

Le fondateur du framework libre Rub on Rails a publié sur Twitter un message des plus clairs concernant l’Apple Card :

Ma femme et moi-même déclarons nos impôts conjointement, et nous sommes mariés depuis très longtemps. Pourtant l’algorithme « boîte noire » d’Apple pense que j’ai le droit à une limite de crédit 20 fois plus élevée qu’elle

« Boîte noire » désigne ici l’intelligence artificielle (IA), système pointé du doigt par l’entrepreneur américain.

Et David Heinemeier Hansson n’a pas été le seul à se plaindre de l’algorithme utilisé par l’Apple Card puisque plusieurs autres clients ont exprimé la même remarque.

C’est suite à ces plusieurs plaintes que le régulateur financier de New-York a ouvert une enquête pour « déterminer si la loi de New York a été enfreinte et nous assurer que tous les consommateurs sont traités de manière égale quel que soit leur sexe », selon les propos tenus par Linda Lacewell, directrice du département des services financiers de l’Etat.

Les réactions d’Apple et Goldman Sachs

Apple a créé l’Apple Card en partenariat avec la banque américaine Goldman Sachs qui en est l’émettrice. Voici les réactions des 2 entités suite à la polémique sur leur carte bancaire.

Apple a de son côté indiqué qu’il n’est pas possible de changer le comportement général de son algorithme mais a relevé le plafond de la carte de crédit de M. Heinemeier Hansson.

Quand à Goldman Sachs, il a été précisé que :

[Les]décisions en termes de crédit sont fondées sur la solvabilité des clients et non pas sur le genre, la race, l’âge, l’orientation sexuelle ou tout autre facteur interdit par la loi.

Source : Clubic

Partager

A propos de l'auteur

1 commentaire

  1. Sans être sexiste, il est probable que sa femme gagne bien moins que lui (la différence des salaires existe bien), donc en cas de divorce elle se retrouvera dans une situation bien plus délicate. Par ailleurs, ce sont généralement les femmes qui gardent les enfants en cas de séparation ce qui rend leur situation encore plus compliquée. Si elle fait der recherches du type couche-culotte, c'est qu'ils ont des enfants et si en plus son mari se trouve régulièrement à côté des jeunes femmes, le risque augmente. Ce ne sont que des suppositions et l'IA fait les mêmes. Si c'est le mari qui cherchait les couches-culottes et restait à la maison, c'est probablement lui qui serait pénalisé. L'IA ne fait des déductions sexistes que si elles ont des chances de coller à la réalité. C'est notre société qui est naturellement sexiste et l'algorithme ne fait que relever que sa femme ait 20 fois plus de risque d'avoir des problèmes que lui.

  2. Réagir sur le forum