Numericable-SFR fait une offre pour racheter Bouygues Telecom

15

Ce sont pas moins de 10 milliards d’euros que Patrick Drahi, actuel propriétaire de Numericable-SFR propose de mettre dans l’escarcelle de Bouygues Télécom aux fins de rachat, comme vient de le révéler le JDD dans son édition du 21 juin.

Cette transaction qui fait l’objet d’âpres négociations depuis plusieurs semaines risque fortement de s’attirer les foudres d’Emmanuel Macron, qui voit en ce dernier un « rapprochement opportuniste » dénué d’intérêt général.

Des modalités de règlement démesurées pour la reprise de 11 millions d’abonnés

Si le financement d’une telle acquisition ne semble poser aucune difficulté pour qui souscrirait un emprunt auprès de la BNP, on ne peut cependant que s’étonner du montant avancé, 25% plus élevé que les estimations qui ont été effectuées — évaluant la main mise sur les 11 millions d’abonnés que compte Bouygues de l’ordre de 8 milliards d’Euros.

En tout état de cause ce rachat ramènerait le nombre d’opérateurs téléphoniques à trois ; Numericable-SFR se garantissant de tout interventionnisme concurrentiel via un accord conclu avec son adversaire principal dans ce domaine, à savoir Xavier Niel.

Partager

A propos de l'auteur

15 commentaires

  1. bonjour,
    "Numericable-SFR" ne peut pas acheter bouygue telecom vu qu'il a une dette astronomique. ça donne l'impréssion qu'a la base, il y a pas de budget .. l'argent il est pas là, d'après ce que j'ai lu sur un autre sujet, "des factures" ne sont pas honorer pour le bon fonctionnement chez eux.
    que va donner la suite ?

  2. Si Drahi parvenait à ses fins, ce serait une catastrophe pour tout le monde.
    D'abord les clients que nous sommes, car on le sait par expérience, à trois il n'y a plus de concurrence.
    L'arrivée d'un 4e opérateur a fait bondir les investissements dans la téléphonie, alors que depuis que Drahi a racheté SFR, ce dernier n'investit plus. Et c'est logique, Drahi s'en fout de l'industrie, c'est uniquement le blé qui l'intéresse.
    À quatre, on l'a vu, le marché a été dynamisé, à trois, inutile de se fatiguer, il n'y a qu'à engranger. Ce n'est pas par hasard si Stéphane Richard réclame depuis des mois, à corps et à cris de repasser à trois. C'est bien pour augmenter ses profits. Et ses profits, c'est notre poche.
    Et surtout, si vous voulez me faire rire, venez me dire "oui, mais XN n’est pas comme ça".
    Mais pire, la liste est longue de ces histoires de mégalo qui se sont crashés en bout de piste. En général, eux s'en sortent plus ou moins bien, et se tirent avec l'oseille. Quant aux salariés, eux, c'est les mouchoirs et pôle emploi.
    Car lorsqu'immanquablement ce jour là arrivera, les politiques, qui aujourd'hui préfèrent regarder ailleurs, ne seront ni responsables ni coupables.
    En bout de course, lorsque les banquiers vont tirer l'échelle, l'industrie de la téléphonie en France sera cuite. Et un mastodonte international n'aura plus qu'à se baisser pour ramasser.

  3. Cela m'étonne que la BNP alimente à tout va les achats de Drahi quand on sait que les banques sont très frileuses à prêter aux entreprises pour investir...

  4. C'est clair que c'est ce qui fait le plus peur chez Numéricâble-SFR et bientôt Bouygues: ADSL est effacé au profit de la fibre (attention, pas la fibre de ouf qui remplace l'ADSL, mais celle de numéricable qu'ils nous resservent à tous les coups). J'achète tout un réseau pour ne pas l'exploiter, ce n'est pas un peu dur à avaler ?

  5. Réagir sur le forum