L’Arcep souhaite « accélérer » le déploiement de la fibre optique en France

1

Véritable sujet de réflexion ces derniers mois, le déploiement de la fibre optique fait l’objet d’une consultation publique lancée par l’Arcep (Autorité de régulation des télécoms).

En janvier, l’Arcep annonçait vouloir réguler plus strictement le déploiement de fibre optique en France. Une proposition qui agace sensiblement Orange, essentiellement visé par les mesures envisagées, mais réjouissait les opérateurs tiers — en particulier Free, qui dénonce depuis des mois un cadre « trop favorable » à l’opérateur historique.

Aujourd’hui, le régulateur ouvre une consultation publique sur le sujet, avec pour objectif affiché d’ « accélérer l’investissement et la migration vers les réseaux en fibre optique ».

Des « verrous opérationnels » à faire sauter

Tous les acteurs du marché sont amenés à s’exprimer et à apporter leurs solutions sur quelques points problématiques du déploiement, en particulier :

  • en ZTD (zones très denses), où chaque opérateur déploie son propre réseau, faciliter le raccordement entre la rue et le pied des immeubles, et ;
  • réfléchir et améliorer les processus inter-opérateurs dans les cas de mutualisation de la fibre (ouverture d’accès, remontées de problèmes, etc.)

D’ores et déjà, l’Arcep envisage de faire évoluer les procédures d’accès aux infrastructures d’Orange, répondant ainsi à une critique récurrente des opérateurs tiers. En juillet 2016, Maxime Lombardini (Free) pointait déjà du doigt les difficultés des opérateurs alternatifs à venir s’interconnecter aux points de mutualisation d’Orange à l’intérieur des immeubles, ou encore à ses fourreaux…

L’Arcep met en consultation quatre projets de décisions portant notamment sur les conditions d’accès au génie civil d’Orange, ainsi que sur les accès de gros (sur les marchés particuliers et entreprises). Les opérateurs, ainsi que tous les acteurs concernés, sont invités à rendre leur copie d’ici le mois de mars.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

1 commentaire

  1. Si cette consultation pouvait amener des actions concrètes pour les autres opérateurs tant mieux, mais que Free ne se cache pas derrière cette consultation pour nous faire croire que c'est à cause d'orange si ils n'ont, quasi, rien fait dans ce domaine (quand on voit les concurrents). Surtout lorsque l'on sait que nous allons rentrer dans la 10eme année après l'annonce de l'entrée de Free dans la course à la fibre optique.
    Free a eu les yeux plus gros que le ventre, et a sous évalué (peut être délibérément) l'impacte du Génie Civil (Autorisation préalable,Tranchée, fourreaux, Fibres, Regards, etc. ), dans le projet, qui représente la majeur partie du travail. Ou bien là encore c’était une stratégie de laisser faire les autres le gros du boulot et d'attendre que l'autorité de régulation planche à l'ouverture de ces fourreaux aux autres. Bref, attendre 10 ans pour un rapport qui irait dans ce sens, et aucune décision concrète, c’est une "stratégie" à très long terme.

    Ce qui me dérange, c'est qu'on ne parle que des zones très denses, qui ne represente pas la majorité des foyers francais raccordable. Au final, même avec un plan France THD qui s'étendrait sur 30 ans, pas sur que les zones peu denses, voir blanche, voient un jour la couleur de la fibre (ou de la technologie qui apporterait le débit équivalent).

  2. Réagir sur le forum