Fibre optique : un arrêté contre la « fausse » fibre de Numericable-SFR

8

Les opérateurs devront désormais mentionner de façon claire, dans toutes leurs communications, si leur offre de fibre optique utilise un moyen alternatif de raccordement à l’abonné, telle que le câble.

Via un arrêté, publié aujourd’hui dans le Journal Officiel, le gouvernement entend mieux informer le consommateur et mettre fin aux publicités ambigües sur la fibre optique. En ligne de mire : Numericable-SFR, qui s’est fait une spécialité de communiquer sur ses offres « fibre » alors que le raccordement final se fait, bien souvent, en câble coaxial.

Par la même occasion, les opérateurs seront tenus de mieux communiquer sur les débits proposés en émission (« upload »).

Fibre optique FTTH ou FTTLA ? Une mention claire

Jusque là, les offres fibre FTTH, utilisant la fibre optique d’un bout à l’autre pour raccorder le client, n’avaient aucun moyen de se différencier des offres « fibre » FTTLA, n’utilisant la fibre optique que jusqu’à un certain point proche du domicile (FTTLA). Désormais, les opérateurs devront systématiquement ajouter dans toutes leurs publicités vantant les mérites d’une offre « fibre » ou « fibre optique », la mention « (sauf raccordement du domicile) » si le raccordement final à l’abonné fait appel à une autre technologie.

Cette fois-ci, il sera impossible de dissimuler ces mentions en petits caractères, derrière une astérisque. L’arrêté indique que la précision doit être faite dans des « conditions d’audibilité et de lisibilité au moins égales », et ce, à chaque utilisation de la mention « fibre ».

Sur les supports le permettant, c’est-à-dire tous les supports publicitaires à l’exception de la radio, l’opérateur devra également préciser quel moyen de raccordement final est utilisé pour compléter la fibre, via une mention additionnelle : « le raccordement du domicile n’est pas en fibre optique mais en (…) ».

Le débit montant mis en évidence

La disposition précédente ne risque guère de chagriner que l’opérateur au carré rouge. En revanche, celle-ci concerne tout le monde : lorsqu’un opérateur communiquera sur le débit de téléchargement de son offre (« download »), il sera désormais tenu de communiquer également le débit montant (« upload »).

Là encore, cette mention ne pourra pas être reléguée à quelques pattes de mouche en bas d’une affiche : elle sera à « proximité immédiate » du débit de téléchargement, « dans des conditions d’audibilité et de lisibilité égales ».

Cette règle pourrait permettre de sensibiliser le public à l’importance du débit d’upload, et relancer la guerre des débits — notamment sur les offres en fibre optique où la plupart des opérateurs ne mettent en avant que leur débit en download.

Entrée en vigueur dès le 1er juin 2016

Les fournisseurs d’accès seront tenus de respecter cette nouvelle réglementation dès le 1er juin 2016 sur les supports publicitaires, et à compter du 1er mars 2017 sur leurs documents commerciaux.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

8 commentaires

  1. L'arrêté dont il est question  va dans le bon sens mais n'interdit rien du tout et pour cause, la FTTB/LA représentant environ 75% du marché grand public mondial ou français, c'est bien de la fibre !
    Ce qui devient obligatoire, c'est de préciser la nature de la connexion finale, coaxiale donc, mais SFR pourra continuer à utiliser le mot fibre. Pour le client qui n'a pas le choix, aucun état d'âme pour choisir le coaxial.
    En revanche, pour faire bonne mesure, l'arrêté oblige aussi les FAI à afficher systématiquement le débit d'émission si le débit de réception est affiché, autrement dit :
    - soit les FAI ADSL affichent leur misérable débit d'émission, alors que SFR affichera les siens toujours meilleurs
    - soit ils n'affichent plus aucun débit et SFR ne se privera pas d'afficher les siens.
    C'est donc une bonne nouvelle pour les consommateurs, mais pas forcément pour tous les FAI, et pas si mauvaise pour SFR dont la technologie est bien plus facile à déployer.

  2. As tu seulement lu l'arrêté ? Je me tape complètement de M. Drahi, mais je ne vois pas du tout ce qui pourra l'empêcher de continuer à utiliser le terme fibre dans la pub SFR.
    Certains raisonnements sont totalement théoriques : dans la vraie vie, rares sont les immeubles où les clients auraient le choix entre la "vraie" et la "fausse" fibre (qui au passage représente quand même les 3/4 des prises fibrées dans le monde !). Au pire, en attendant une décision du conseil syndical, les clients souscriront à la Fibre SFR en attendant l'adduction FTTH s'ils l'ont demandée à Orange.
    Mais ailleurs, l'obligation d'afficher ensemble les débits montants et descendants pourrait aussi avoir des effets favorables pour SFR, puisque l'ADSl et même le VDSL ne tiennent pas la route devant les débits FFTLA/B.
    Au passage, le communiqué de presse triomphant de l'ARCEP pérennise l'usage du terme fibre pour la FTTLA/B, ce qui évite pour une fois aux français de passer pour des ânes avec une interdiction ridicule.
    PS : le consommateur veut simplement une connexion facile et qui fonctionne, à cet égard le câble coaxial est rassurant, bien plus que les brassières FTTH envoyées sans un mot aux clients des immeubles fibrés par certains opérateurs.

  3. Cela fait 13 ans que notre association réclame la transparence des informations sur les connexions des FAI, donc nous sommes au moins d'accord sur ce point comme je l'ai d'ailleurs dit dans mon premier message. Mais tes excellents commentaires techniques passent largement au-dessus des consommateurs : la vérité n'est pas ailleurs mais la rationalité n'est pas vérité.
    Tout serait bien plus clair si l'ARCEP avait privilégié le consommateur face aux FAI : cela semble avoir changé et tant mieux mais il reste beaucoup de travail. Y compris chez les spécialistes comme toi, qui semblent ignorer la réalité du FTTLA dans le monde : toutes les stats, y compris celle de l'ARCEP, intègrent bien la FTTLA/B, dont la prise est pourtant coaxiale.
    Quant au VDSL, c'est un regrettable détournement qui a permis aux opérateurs cuivre de pérenniser le modèle économique qui leur a tant rapporté depuis 15 ans. Pas la peine de te rappeler je pense la part de marché de cet artefact marketing !
    Pour info, je te recommande de faire un tour à l'étranger pour voir ce qui se vend en matière de fibre. C'est très instructif !  :)

  4. Je suis en partie d'accord avec toi sur certains points comme le VDSL qui, à mon avis, est une bourde monumentale.
    Ce qui se passe sur le câble ailleurs, je m'en fous royalement et pourtant, si on cherche pas trop loin, on a un exemple de nos amis belges qui montre à quel point le système câble est verrouillé par zones selon les opérateurs (Belgacom, Voo, Orange, SFR/NC, etc...). A ce compte là, je préfère de loin voir ce qui se passe sur la "fibre" (FTTH) du côté de la Corée du sud ou du Japon pour ne citer qu'eux...
    Bref, le sujet était l'arrêté qui sera effectif en juin, j'ai dis ce que j'en pensais. Évitons le H.S.
    Le sujet est clos pour moi. Tu as ton avis sur le câble est ses "bienfaits", j'ai le mien sur la fibre, la vraie ^^

  5. [email protected] le

    C'est bien de se battre à propos des termes utilisés ...
    Personnellement que préfère avoir de la "fausse fibre" qui fonctionne plutôt que de l'ADSl2+/VDSL qui ne fonctionne mal quand j'en ai le plus besoin (soir et WE).
    Quand vas-t'on arrêter de prendre les utilisateurs pour de jambons et améliorer les équipements au fur et à mesure du nombre d'abonnés ?
    Free est le champion de l'installation minimale en matériel ... En gros tout va bien au début quand il y a peu d'abonnés mais au fur et à mesure du raccordement des autres la bande passante en tête du dslam ne suffit plus ...
    C'est comme prendre un switch GB de 48 ports avec un fond de panier de 10GB, jusqu'à 10 PC qui tapent dedans ça va, ensuite ça sature.

  6. Voilà que les parasites de l'ARCEP enfoncent le clou : seule la FTTH a une qos décente. Comment dépenser nos impôts pour enfoncer des portes ouvertes, ou - variante - comment une agence d'état continue de servir la soupe à l'opérateur d'état FreeOrange ! C'est triste et consternant puisque cela ne changera rien à la réalité mondiale d'une FTTB triomphante car bien moins chère à déployer que la FTTH. Mais pour les irréductibles villageois franchouillards, cette bêtise réconforte car elle ressemble trop au passé : nuage de Tchernobyl ou plutôt excellence du procédé de TV couleur SECAM. Et comme le PAL qui s'est imposé, la FTTB restera largement majoritaire malgré les technocrates d'état.

  7. Réagir sur le forum