Universal attaque Deezer pour contrefaçon…

11

…et signe avec Spotify

Universal Music s’en prend au célèbre site français de musique en streaming, Deezer. Ce dernier est accusé de « contrefaçon » par la maison de disque, qui lui reproche d’exploiter son catalogue sans autorisation, faute de renouvellement des contrats depuis le mois de janvier…

Il y a du rififi au pays du streaming. Alors que Deezer avait popularisé, en France, l’écoute gratuite illimitée de musique sur le web, la pression des maisons de disque lui a finalement fait faire marche arrière : après avoir lancé des forfaits premium illimités à 5 et 10 euros par mois, la plateforme limite désormais ses utilisateurs gratuits à 5 heures d’écoute chaque mois.

Une restriction importante, mais pas suffisante, selon la major Universal Music. Celle-ci, par la voix de son PDG Pascal Nègre, réclame une limitation à cinq écoutes maximum par morceau, ce qui contraint l’utilisateur à acheter le morceau, ou un abonnement illimité, pour continuer à en profiter ensuite.

« Nous sommes d’accord sur les prix, mais pas sur les conditions d’exploitation de notre catalogue », explique Pascal Nègre. « Deezer est la seule plateforme au monde à n’avoir pas souscrit à nos conditions. Et ce n’est pas grave, nos catalogues seront présents sur les offres payantes, pas sur le gratuit. C’est tout. »

Le PDG de Deezer, Axel Dauchez, estime de son côté qu’une telle restriction n’a pas lieu d’être : « au bout de la cinquième écoute, le titre disparaît ad vitam æternam. Si on suit cette stratégie, on va perdre la base de nos utilisateurs — environ 20% — qui, eux, ne passeront jamais à l’offre abonnée »

Soulignant que les contrats « qui auraient dû être renouvelés en janvier » avec la plateforme n’ont toujours pas été finalisés, Universal porte finalement plainte en référé le 10 juin, devant le tribunal de grande instance de Paris, pour « contrefaçon ».

En parallèle, la major a conclu un accord avec le suédois Spotify, leader mondial du secteur : ce dernier s’est plié aux exigences du secteur en mettant en place une restriction à 10 heures d’écoute par mois et cinq écoutes maximum par morceau, pour ses utilisateurs gratuits.

L’avenir semble bien morose pour Deezer : son partenaire et actionnaire Orange pourrait ne pas voir d’un très bon œil le départ du catalogue d’Universal, plus importante major française. D’autant que, de son côté, SFR a officialisé un partenariat avec Spotify, lui permettant de proposer à son tour des abonnements musicaux illimités avec certains de ses forfaits mobiles. Dès lors, peut-on en déduire que Vivendi, maison-mère d’Universal Music et (futur) propriétaire à 100% de SFR, tente de faire barrage à Orange en lui interdisant indirectement l’accès au catalogue d’Universal ?

Source : Le Monde

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

11 commentaires

  1. "Dès lors, peut-on en déduire que Vivendi, maison-mère d’Universal Music et (futur) propriétaire à 100% de SFR, tente de faire barrage à Orange en lui interdisant indirectement l’accès au catalogue d’Universal ?" Je crois que c'est évident !!! Le pire, c'est que même sans donneur d'ordres, "l'esprit d'entreprise" est forcement trans-décisionnelle : Vivendi, qui veut pouvoir rentabiliser un très lourd achat (SFR), ne va évidement pas facilité (doux euphémisme) la solution du concurrent Orange, qui a misé sur Deezer ... Et là je pose deux questions : 1) On parle d'accès à la culture (gratuite ou payante), mais les gestionnaires des contenus (les Majors, car les proprios sont toujours sur le papier les artistes) ne s'intéressent qu'au fric qu'ils peuvent en tirer ... pas de la meilleur diffusion ... Confondant l'intérêt de l'artiste avec leur intérêt à eux ... Sommes-nous donc de ci gros jambons à leur yeux ??? (je n'ai pas de doute sur la réponse :-/ 2) On ne parle plus de lois anti-Trust (d'ailleurs quand on voit comment on a fait flick Micro$oft y a quelques années et ce qu'accepte maintenant avec le sourire les Appleaddicts ...) mais n'y a-t-il pas un problème dans le fait que les mêmes personnes contrôles toute la chaine en étant incontournables (contraignants) pour les créateurs de culture, seuls maîtres pour la promotion de la création, propriétaires des médias de diffusions (TV, Cinés, Radios, etc ...), et de l'autre côté de la chaine propriétaires des supports permettant la diffusion des biens culturels, et/ou négociant des liens forts pour le moins ... Et cela, en parallèle !!! c'est à dire que vivendi contrôlera tout un pan de la création, production, promotion, diffusion, et réception de culture, ce qui lui permettra d’empêcher l'utilisateur final d'avoir une proposition concurrente concernant n'importe quelle partie de la chaine ... et donc la question : concurrence n'est pas illusiore dans le monde culturel français ???

  2. Ce qui montre bien qu'il en ont strictement rien a faire du produit qu'il vende et de leur client. Ils sont complètement à l'ouest et sont incapables de s"adapter.

  3. depuis le changement, spotify est mort pour les utilisations de base, cad sans contrat avec fournisseur X deezer, idem lastfm, pareil et pourtant c'était juste une radio! grooveshark.com marche encore

  4. Ce sont eux les voleurs ! Pas un de mes centimes n'ira dans la poche d'Universal et de Rascal Maigre !!! Fesez tous comme moi: tant qu'ils ont des gros sous ils nous cassent les noisettes (pas besoin d'argumenter là dessus et presque il faudrait pleurer sur leur sort), mettons les au pied du gouffre (pas d'achat=pas de vente=pas de recette), puis négocions.

  5. Il n'y a plus qu'attendre tranquillement que les "streamers" deviennent incontournables....et les majors superflus... Sans que les "streamers" deviennent des majors lol..... Ils nous faut l'interopérabilité...je souhaite pouvoir partager une playlist Spotify avec quelqu'un qui utilise Deezer ou un autre service....sans service externe pour "traduire" la liste. Ca viendra tout seul. Le plus étonnant, c'est que les majors n'ont pas vu l'énorme potentiel d'augmentation du volume total de rémunération pour les artistes, et donc pour eux...

  6. Il ont que ça a faire, de penser une seconde, que l'ont va se plier à leurs multiples volontés comme ça, 5 écoutes en version bas gamme inférieur à 320K perce ce que a ce stade là c'est gâche toute la musiques, après; hop à la caisse sinon HADOPI ou-la-la trop-pas-peur !! Attend je rêve pas, par exemple sur MusicMe l'offre pour que simplement l'écoute ne soit plus bridé, l'ont pouvais payer 20 euros par an et là je constate que c'est désormais 5 euro par mois comme les autres, permettez moi d'accuser le coup Hum, mauvais coup; la concurrence est absolument inexistante depuis ? Jamais vu de situations aussi débile à ce point depuis l'invention complètement inutile du DVD qui d'oxyde tout seul au bout de 2 heures en vente sur internet pour soi disent payer ses films moins chère qu'un vrai DVD ! Et pendant ce temps là, la Carte Musique : 12-25 ans, bénéficiez de 2x plus de musique.. Passer l'âge de 26 ans t'écoute plus de musiques, forcément !

  7. Réagir sur le forum