QUIC : Google soumet un protocole pour accélérer le web

1

Google propose un nouveau protocole afin d’améliorer la vitesse de chargement des pages web. « QUIC », c’est son nom, vise à réduire autant que possible la latence lors du premier chargement d’une page.

Déployé depuis plus d’un an sur ses propres infrastructures, le protocole de Google entend réduire le délai d’initialisation de la connexion (handshake), qui s’effectue avant même que le serveur ne commence à envoyer des données au client. Ce délai est évalué à environ 300 ms pour une première connexion sécurisée (TCP + TLS) à un site ; avec QUIC, en UDP, il est réduit à 100 ms. Par la suite, lorsque le serveur est déjà connu du client, aucun échange préalable n’est requis : la page peut charger immédiatement, soit un délai d’initialisation théorique de 0 ms !

0rtt-graphic-1

Loin d’être expérimentale, la solution fonctionne déjà. Elle est supportée par le navigateur Google Chrome et déjà utilisée lors de la communication avec des services Google. « Près de la moitié des requêtes de Chrome aux serveurs Google sont délivrées via QUIC » à l’heure actuelle, indique Google.

Mais son but est d’aller plus loin : le géant californien compte soumettre son protocole à l’Internet Engineering Task Force (IETF) afin d’en faire un standard RTC, connu et utilisable de tous. Cela permettrait aux éditeurs de navigateurs concurrents de l’implémenter, et aux serveurs d’autres services d’en faire usage. Pour cela, Google doit encore peaufiner un peu le fonctionnement de QUIC et le mettre à jour sur certains aspects, notamment pour faire usage du protocole HTTP/2, standardisé depuis peu. D’ores et déjà, le code source est librement accessible, et un groupe de travail permet à tout volontaire d’apporter ses suggestions et améliorations.

Source : Chromium blog

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

1 commentaire

  1. Réagir sur le forum