Google n’accepte plus la censure chinoise

6

L’américain Google, critiqué de longue date pour sa complaisance avec le régime en place en Chine, a décidé de ne plus se plier à ses exigences et ses demandes de censure, quitte à se priver totalement du marché chinois si cela s’avérait nécessaire.

« Nous avons décidé que nous ne sommes plus disposés à continuer de censurer nos résultats sur Google.cn, et lors des prochaines semaines, nous allons discuter avec le gouvernement chinois afin d’établir une base sur laquelle nous pourrions faire fonctionner un moteur de recherche non filtré » a indiqué David Drummond (directeur juridique de la firme) sur le blog officiel de Google.

Le geste n’est pas que symbolique : Google a déjà retiré ses filtrages sur sa version chinoise. Ainsi, lorsque l’on y lance une recherche sur le terme Tian’anmen (exemple célèbre de filtrage, s’il en est), on a de nouveau accès aux résultats de recherche complets, comprenant une photographie du massacre de juin 1989 en première position des résultats sur Google Images.

L’intention de départ de Google, implanté sur le marché chinois depuis 2006, était de rentrer sur un territoire plutôt fermé et de tenter d’apporter un maximum d’informations, quitte à devoir faire des concessions en termes de filtrages pour cela. Il semble qu’aujourd’hui, cette politique se solde par un constat d’échec.

Le n°1 mondial des moteurs de recherche (néanmoins derrière Baidu en Chine) est bien conscient que sa nouvelle décision pourrait lui coûter la totalité du marché chinois : « Nous reconnaissons que cela pourrait bien signifier la fin de Google.cn et potentiellement de nos bureaux en Chine ». D’autant que les autorités pourraient parfaitement envisager de bloquer les domaines Google (Google, Gmail, Youtube…) comme ils l’ont déjà fait à plusieurs reprises, par exemple en juin 2009…

Source & traductions : PC INpact

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

6 commentaires

  1. Pas d'angelisme, google retire le filtrage en représailles à des cyber-attaque, pas par moralité ou humanisme. Si demain le gouvernement chinois promet de leur faire un pont d'or s'il re-censure, ils re-censurerons. Si google avait une autre morale que le fric ils n'auraient jamais dû accepter. Mais comme la chine représente un marcher énorme tous le monde rampe.

  2. subrico a écrit :
    Pas d'angelisme, google retire le filtrage en représailles à des cyber-attaque, pas par moralité ou humanisme.
    Le coup des cyber-attaques est super peu crédible, je le dis honnêtement. Ca ressemble plus à un prétexte, car honnêtement je ne vois vraiment pas le rapport entre quelques attaques informatiques (qui n'attaquent pas les serveurs de Google mais des utilisateurs, en d'autres termes : ça arrive tous les jours) et la décision prise par Google. En l'absence de preuves ou de raisons un peu plus crédibles, je n'ai pas évoqué cette partie dans l'article.
    Ca n'a aucun sens. Pourquoi/comment le gouvernement rapporterait-il directement de l'argent à Google ?
    Si google avait une autre morale que le fric ils n'auraient jamais dû accepter. Mais comme la chine représente un marcher énorme tous le monde rampe.
    Justement il s'avère que la Chine ne représente pas grand-chose (sans doute plus de complications que d'argent, en somme). Le marché est totalement accaparé par Baidu, les annonceurs ne sont pas intéressés par la Chine, bref ce n'est pas la manne d'or qu'on veut faire croire. Après je trouve super facile, du petit point de vue occidental "je vis dans le monde libre non censuré", de venir donner des leçons de morale sur une société ou un gouvernement. Commençons par balayer devant notre porte. Ca n'engage que moi ;)

  3. Google s'explique sur son blog : http://googleblog.blogspot.com/ C'est plus qu'une simple question de cyber-attaque : Like many other well-known organizations, we face cyber attacks of varying degrees on a regular basis ... In mid-December, we detected a highly sophisticated and targeted attack on our corporate infrastructure originating from China ... First, this attack was not just on Google. As part of our investigation we have discovered that at least twenty other large companies from a wide range of businesses--including the Internet, finance, technology, media and chemical sectors--have been similarly targeted. We are currently in the process of notifying those companies, and we are also working with the relevant U.S. authorities. Second, we have evidence to suggest that a primary goal of the attackers was accessing the Gmail accounts of Chinese human rights activists. Third ... we have discovered that the accounts of dozens of U.S.-, China- and Europe-based Gmail users who are advocates of human rights in China appear to have been routinely accessed by third parties. These attacks ... have led us to conclude that we should review the feasibility of our business operations in China. We have decided we are no longer willing to continue censoring our results on Google.cn we will be discussing with the Chinese government the basis on which we could operate an unfiltered search engine within the law, if at all. We recognize that this may well mean having to shut down Google.cn, and potentially our offices in China. The decision to review our business operations in China has been incredibly hard, and we know that it will have potentially far-reaching consequences.

  4. Oui, il parait même que Google n'enregistrera plus d'info sur ses utilisateurs et ne les communiquera plus aux gouvernements ! Mais, je plaisante, c'était un poisson de janvier.

  5. Réagir sur le forum