Résumé de l’actu Freenews de la semaine

4

Du 6 au 12 juillet 2013

Loin d’être enthousiasmante, l’arrivée de Free Mobile sur le terrain des forfaits subventionnés est — n’y allons pas par quatre chemins — un aveu d’échec pour l’opérateur.

Cette introduction peut sembler dure, mais elle est à la hauteur de la déception. Free Mobile n’arrive pas à frapper aussi fort avec ce nouveau forfait que lors de son arrivée sur le marché des mobiles. Celui qui avait promis (et réussi, à peu de choses près) à diviser par deux le coût de la téléphonie mobile en 2012, n’a pas réellement marqué l’écart sur le terrain du subventionné…

D’une part parce que, dans le meilleur des cas, Free ne permet qu’une économie d’environ 15% sur ses concurrents principaux (Orange, SFR et Bouygues). C’est certes une économie supplémentaire, mais ce n’est le cas que pour certaines références bien ciblées ; un comparatif montre que ce n’est pas toujours Free le plus avantageux, surtout lorsque l’on inclut les offres des MVNO, parfois très intéressants sur ce segment.

D’autre part, et c’est le plus important, car Free n’est pas parvenu à donner du sens au système de subvention : quoi qu’il arrive, il reste plus cher d’acquérir son mobile de la sorte que de façon séparée avec un forfait classique. C’était le cas avant, c’est toujours le cas avec Free Mobile…

Ce forfait (qui n’était accessible que pour une durée limitée sur Vente Privée, mais qui devrait arriver prochainement dans le catalogue d’offres de Free Mobile) n’a vu le jour que parce que Free n’a pas réussi à totalement imposer sa vision initiale : des forfaits sans engagement, aux conditions simples et claires, et avec une grille d’offres aussi lisible et épurée que possible. La perte de son procès contre les offres subventionnées de SFR, début 2013, va dans ce sens. Et malgré d’excellents chiffres de recrutement depuis son lancement, Xavier Niel l’a avoué lui-même : les offres subventionnées de ses concurrents continuent à attirer les clients. « Soit nous n’avons pas assez « éduqué » le consommateur, soit c’est lui qui cherche avant tout la simplicité… donc, à nous de nous adapter », confiait-il en avril dernier.

Voilà qui contraint donc Free Mobile à se lancer à son tour dans la bataille des offres subventionnées. Quitte à rentrer dans le rang et perdre un peu de son attractivité, voire de son âme… On vous le disait, il ne s’agit pas d’une bonne nouvelle ; c’est un aveu d’échec.

À la semaine prochaine !

Free Mobile

- Free Mobile lance une offre subventionnée à 39,99 €/mois sur Vente Privée

- Comparatif : l’offre Free VP à 39,99 € face à la concurrence

- Le Nexus 4 et le Samsung Galaxy Trend intègrent la boutique

- Pas de 4G pour le femtocell de Free

- Free Mobile n’a pas nui à l’investissement, clame l’Autorité de la concurrence

Freebox

- Nouveau firmware pour Freebox Server (v6) : 2.0.2

- Nouveau firmware pour Freebox Player (v6) : 1.2.8

- Free publie les dernières versions du code source libre de la Freebox

Freebox TV

- Freebox Replay accueille une nouvelle version de Pluzz

- La fin des fiches Allociné sur Freebox Player

Iliad

- Le Free Center de Bordeaux a ouvert ses portes

- Bientôt un nouveau Free Center à Rennes

- Xavier Niel rejoint les 10 plus importantes fortunes françaises

Concurrence

- Le Conseil d’État rejette la plainte de Free sur la 4G de Bouygues

- Bruxelles perquisitionne chez Orange et d’autres opérateurs européens

- Auchan Télécom va cesser ses activités

Apps & jeux

- Box’n TV, une nouvelle app TV multiposte pour Freebox et iPad

Divers

- Hadopi : fin de la suspension d’accès à Internet

- Les opérateurs TNT demandent le report du transfert des fréquences 700 MHz

- VDSL : l’AVICCA demande un système de mesure des débits effectifs à l’Arcep

Emploi

- Free recrute les équipes de son futur Free Center de Boulogne-sur-Mer

- Free recrute les équipes de son futur Free Center de Béziers

- Free recrute un manager pour son Free Center de Troyes

- Free recrute un manager pour son futur Free Center d’Agen

- Free recrute des conseillers multimédia à Bordeaux

- Free recrute des conseillers commerciaux à Vitry-sur-Seine

- Free recrute un chargé administration personnel et formation à Colombes

- Free recrute un administrateur formation (CDD) à Paris

Les rendez-vous Freenews

- La 231ème édition de la VALC du dimanche

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

4 commentaires

  1. En fait la logique des mobiles subventionnés cache deux problèmes:
    1°) Le coût réel d'acquisition du terminal mobile;
    2°) La tarification intégrée...
    Il sera toujours plus cher d'acquérir un mobile via un opérateur que via un achat comptant car il faut rémunérer l’opérateur (immobilisation d'argent, gestion du risque client, etc.) et que la guerre entre constructeurs font que les marges ne peuvent pas être réduites à l'infini sur les ventes de terminaux en gros (enfin pour les dernières générations: S4, I-truc et autres...).
    En revanche la tarification intégrée peut donner lieu à trois réponses commerciales:
    - La réponse intégrée (Façon Orange, BT et SFR): on facture n euros par mois et moyennant un engagement de x mois vous pouvez avoir un mobile subventionné;
    - La réponse dissociée (pas existante en France): vous avez deux prélèvement par l'opérateur: n euros par mois pour le forfait et y euros pour le mobile pendant x mois;
    - La réponse modulée (pas existante en France): on facture n euros par mois pendant x mois (période d'engagement, inclue le forfait et le mobile ) puis z euros par mois (forfait seul)...
    Je ne parle que des offres grand public...

    La réponse dissociée est la plus avantage pour le consommateur (qui peut tout comprendre et comparer !), la réponse modulée et la plus simple à gérer pour toute le monde, la réponse intégrée est une "arnaque déguisée"...
    Si Free veut innover ... :)

  2. L'échec, si échec il y a, est la conséquence du cadre réglementaire et de la difficulté à prévoir de la partie de clients qui reste accro à l'engagement. La réponse de Free est cohérente: ils ne peuvent pas prendre le risque de se retrouver mis en danger par l'application de la loi Chatel. Avec le tarif appliqué, Free ne perd sans doute pas trop (et peut-être pas du tout) en cas de résiliation au 12e mois.
    Pour le reste, je trouve pédagogique de rappeler que le sans engagement reste sensiblement moins cher.

  3. Réagir sur le forum