20 000 foyers sans internet à Rennes

0

Le retour du black-out II

Après le Morbihan c’était au tour de Rennes de subir une panne géante hier. Pour une fois France Telecom est hors de cause.

C’est en effet une entreprise locale qui ,réalisant des travaux sur un trottoir, est tombée malencontreusement sur un fourreau de fibre optique. A l’intérieur de ce fourreau, 140 fibres optiques ont été sectionnées. Dès lors les centraux téléphoniques touchés étaient coupés du reste du réseau.

24 fibres de l’heure

Les techniciens du France Telecom sont arrivés rapidement sur les lieux, mais c’est là que le vrai travail a commencé car il faut 1 heure de travail pour raccorder 24 fibres, la situation n’est donc revenue à la normale que progressivement, les perturbations ayant durées plus de 6 heures.

Internet ne tient qu’à un fil

Après la question de la fiabilité des équipements, c’est cette fois la vulnérabilité des réseaux qui est ici montrée du doigt. Avec la multiplication des modes de connexions (cuivre, câble coaxial, fibre optique) ce sont des centaines de milliers de kilomètres de câbles qui courent sous nos pieds, et ceux-ci ne sont toujours pas clairement cartographiés (ou alors ils le sont mais les données sont confidentielles). De même, le personnel chargé d’effectuer les forages n’est pas toujours correctement formé ou sensibilisé au problème. Si les particuliers sont invités à prendre leur mal en patience (et un livre) en attendant la réparation, il en est tout autre des entreprises (140 concernées hier) qui sont obligées de réduire ou de cesser leur activité.
Elles devront sans doute envisager des solutions de secours aériennes (3G/4G) à l’avenir.

La réparation en vidéo, à quand le direct ?

Le journal Ouest-France, présent sur les lieux au moment de la réparation a réalisé une vidéo d’une minute pour les plus curieux d’entre vous.


Goude ar Morbihan eo tro Roazhon da gouzanv ur sac’hadenn divent dec’h. Evit ur wech ne oa ket dre fazi France Telecom.

Un embregerzh deus roazhon he deus toullet ur wienn optikel en ur ober labourioù war ur riblenn. E barzh an orjalenn e oa 140 wienn troc’het. Adalek ar poent-mañ e oa sac’het ar c’hreizhennoù pelgomz deus ar rouedad.

1 eur evit 24 wienn

Teknisianed France Telecom a oa war an dachenn buhañ a-walc’h. Met al labour a oa munud a gorrek, peogwir eo ret kontañ 1 eur evit 24 wienn staget. Setu m’eo deuet an traoù en dro goude ouzhpenn 6 eur labour.

Internet a zalc’h nemet gant un orjalenn

Goude goulenn fiziañs war an dafar e vez bremañ tu gwellout e c’hell ar gudenn dont deus gloazusted ar rouedad. Peogwir ez eus bremañ kalz a stummoù da vont war internet (orjalenn kouevr, rouedad-dre-fun, gwienn optikel) ez eus kant mil kilometrad orjalenn dindan hon treid. Neuze eo diaes gouzout pellec’h int tout (a-wechoù int kuzet ivez). An dud a ra al labourioù n’int ket ha wechoù kealouet pe stummet mat war ar gudenn-mañ ivez. Evit an tiegezh n’eus nemet gortoz e vefe renket an traoù, met evit an embregerezhioù eo ret dezho labour nebeutoc’h pe a-wechoù paouez da labourat, neuze e vo ret dezho soñjal kaout internet dre an aer (3G/4G) ma deu ar gudennoù-mañ da vezañ aliesoc’h-aliesañ.

Film an dres, pegoulz e vo war-eeun ?

Keleier Ouest-France a oa war an dachenn e pad al labourioù kempenn hag o deus filmet ur vunutenn evit ar re kuriusañ diouzoc’h.

Source :
Ariase

Partager

A propos de l'auteur

Les commentaires sont fermés.