Dégroupage : le rush de.. début d’année

5

8 déclarations dans l’ouest

Décidément Free n’en finit pas de nous surprendre. Alors qu’on attendait un rush de fin d’année, qu’on n’a eu qu’à moitié, alors qu’on attends la sortie imminente des forfaits Free Mobile, c’est le lendemain du réveillon que Free nous sort un festival de déclaration, et l’Ouest est copieusement servi, surtout en Normandie.

Normandie

On commence par les anciens, à savoir Étrépagny (ETR27)
et ses 2440 lignes. Il s’agit du NRA le plus ancien prévu (février 2009) mais il en reste encore de cette année là à dégrouper. Il dessert les communes de

- Chauvincourt Provemont*,

- Doudeauville en Vexin,

- Etrepagny,

- Gamaches en Vexin,

- Heudicourt,

- Nojeon en Vexin*,

- Sainte Marie de Vatimesnil*,

- Thil en Vexin (Le)

Toujours dans l’Eure, on trouve Breteuil (BTU27) avec à peu près le même nombre de lignes (2460) réparties sur les communes de

- Bemecourt,

- Breteuil sur Iton,

- Cintray*,

- Conde sur Iton*,

- Dame Marie*,

- Francheville*,

- Gueroulde (La)*,

- Saint Denis du Behelan*,

- Sainte Suzanne – Baux de Breteuil (Les)*
Ce NRA était moins en retard, puisque datant d’aout 2010.

Petit détour par la Manche qui soigne son retard avec la déclaration de Tréauville (TRL50)
et ses 1300 lignes réparties sur la commune. Avec le dégroupage de ce NRA prévu depuis octobre 2009, il n’en reste plus que deux de prévu (l’un depuis 2010, l’autre depuis 2011). Espérons que Free va rapidement mettre à jour ses cartes de dégroupage dans le département.

Enfin, la Seine Maritime gagne à elle seule 3 nouveaux NRA d’environ 1000 lignes prévus entre avril 2010 et avril 2011 :

Épreville (EPR76)
(1264 lignes)

- Auberville la Renault,

- Bretteville du Grand Caux*,

- Epreville,

- Fecamp*,

- Fongueusemare*,

- Froberville*,

- Ganzeville*,

- Gerville, Loges (Les)*,

- Maniquerville,

- Mentheville,

- Saint Leonard*,

- Sausseuzemare en Caux*,

- Tourville les Ifs

Berville-sur-Seine (BSS76)
( 908 lignes)
et
Sierville (SIE76)
(1150 lignes)
01/04/2010

- Anceaumeville*,

- Bocasse (Le)*,

- Butot pres Pavilly,

- Cleres*,

- Fresquiennes,

- Hugleville en Caux*,

- Pissy Poville*,

- Saint Ouen du Breuil*,

- Sierville

Bretagne

Un peu délaissée par cette vague, la Bretagne ne gagne qu’un seul NRA, et déclaré depuis moins de 6 mois en plus :

Plouézec (PZC22)
et ses 2010 lignes réparties sur les communes de Paimpol* et de Plouezec*

Pays De La Loire

Dans cette région là encore, un seul NRA a été déclaré en Loire Atlantique (et encore, si le département était réunifié à la Bretagne, il n’y aurait rien eu). Il s’agit de Crossac (CRO44), prévu depuis le 24/08/2010. Ce NRA contient 1710 lignes réparties entre

- Crossac,

- Donges*,

- Sainte Reine de Bretagne*

Comme toujours, n’oubliez pas de demander le dégroupage total si vous le souhaitez, via votre interface de gestion.

(*) Communes partiellement dégroupées

Source :
stats-degroupage

Partager

A propos de l'auteur

5 commentaires

  1. La Loire Atlantique en Bretagne ... vaste débat et grande fumisterie bretonne. Autant la zone dégroupée de Loire Atlantique est bien Bretagne historique, mais c'est un petit morceau du département. La Bretagne historique s'arrête à la Loire pour sa frontière Sud et à Oudon pour sa frontière Est. Donc mettre la Loire Atlantique en Bretagne sous prétexte d'unification ca ne tient pas historiquement car on renie la large partie Poitevine (enfin que les revanchards de Chouans appellent Vendée) au Sud Loire et la partie angevine de l'Est. Alors autant laisser le département là où il est dans ce découpage purement administratif imposé par la distance parcourue en une journée à dos de cheval, certes ca n'est pas poétique mais c'est (c'était ?) pratique.

  2. Il servait aux bretons à défendre un territoire qu'ils ont pris à l'Anjou justement. Rien de plus. Les patronymes de l'Est du département n'ont rien de bretons. Mais bien plus indéfendable, pourquoi vouloir mettre le Sud Loire en Bretagne ?? Les toiles de tuile (obligatoires pour rappel) ne sont pas assez flagrant pour les yeux que ce l'on y est pas en Bretagne mais en Poitou/Vendée ? Il suffit souvent de regarder les architectures et les patronymes pour avoir une idée des fluctuations historiques. Et puis de toute facon Nantes ne sera jamais une vraie bretonne puisque c'est un duché francophone, une honte pour les duchés bretonnisants (va demander à un finistérien si Nantes c'est breton, tu vas passer un bon moment) Les Nantais se voulant en Bretagne c'est du snobisme bobo et les bretons qui voudraient Nantes chez eux c'est par intérêt pécunier. Alors Nantes gardera sa plaque d'immatriculation toute moche avec ce logo super moche des Pays de la Loire, région sans racines que l'on subit partout dans la région (heureusement on est pas les seuls à se tapper un logo pourri)

  3. Nantes est en Bretagne n'en déplaise aux têtes de Bretons parlant une langue que d'autres (vrais) bretons ne comprennent pas, et n'en déplaise aussi à une République qui a craint Brest, Rennes et Nantes au sein d'une même unité régionale.

  4. Réagir sur le forum