Un rapport avertit de nouveaux dangers dus aux ondes mobiles

16

Le rapport BioInitiative, réactualisé dans une version 2012, met en évidence de nouveaux dangers pour la santé, notamment cancérigènes, provoqués par les champs électromagnétiques et autres technologies sans fil — comme par exemple les ondes des téléphones portables.

« Il existe une tendance constante d’augmentation du risque de gliome (une tumeur maligne du cerveau) et de névrome acoustique avec l’utilisation de téléphones portables et sans fil », explique le docteur Lennart Hardell, qui a participé au rapport. « Les preuves épidémiologiques indiquent que les radiofréquences devraient être classées commes des substances cancérigènes pour l’homme. Les niveaux de référence et les limites de sécurité publique FCC/IEE et ICNIRP existants ne sont pas adéquats pour protéger la santé publique ».

De nouvelles études indiquent également que le rayonnement des téléphones portables et des ordinateurs portables en WiFi peuvent endommager l’ADN du sperme et ainsi nuire à la fertilité masculine. Ils peuvent également nuire au développement du fœtus chez les femmes enceintes. Enfin, il est également possible que les ondes augmentent le risque et les symptômes de l’autisme.

« Les preuves indiquant des risques pour la santé de milliards de personnes dans le monde sont aujourd’hui beaucoup plus nombreuses. Le statu quo est inacceptable à la lumière des preuves attestant des dommages », indique le docteur David O. Carpenter, co-éditeur du rapport.

Le rapport est disponible dans son intégralité, en anglais, sur le site bioinitiative.org.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

16 commentaires

  1. En 2005, une étude « exhaustive » de la littérature scientifique menée par l'équipe d'un chercheur en psychiatrie anglais a analysé les résultats de trente-et-une expériences qui testaient si les champs électromagnétiques causaient l’électrosensibilité. Chaque expérience exposait en laboratoire des personnes qui se déclaraient atteintes d’électrosensibilité à des champs électriques ou magnétiques, fictifs ou réels, à de multiples fréquences, dans des études en double aveugle (le sujet et l’agent expérimentateur à ses côtés ne savent pas si le champ est fictif ou réel. Le sujet doit déterminer s'il a été exposé (détection du champ) et rapporter d'éventuels symptômes, il est parfois soumis également à différents tests de mémoire et d'attention.)1. Sur les trente-et-une études, vingt-quatre ne trouvaient aucune association entre exposition et symptômes ; sept en trouvaient mais, sur ces sept études positives, deux n'ont pas pu être reproduites même par leur auteurs initiaux, trois ont des biais méthodologiques importants, et les deux derniers présentaient des résultats contradictoires.
    La conclusion des auteurs étaient que :
        « Les symptômes décrits par les personnes souffrant de « électro-hypersensibilité » peuvent être sévères et parfois handicapants. Cependant, il s’est avéré difficile de montrer dans des études en aveugle que l’exposition à des champs magnétiques pouvaient déclencher ces symptômes. Ceci suggère que l’électro-hypersensibilité serait sans rapport avec la présence de champs électromagnétiques, bien que des recherches supplémentaires sur ce phénomène soient nécessaires19. »
    D'autres études montrant que les personnes qui se déclarent atteintes de sensibilité électromagnétique sont incapables de détecter la présence de champs électromagnétiques et la probabilité qu’elles ressentent des symptômes de maladie est la même en présence d’une exposition fictive ou d’une exposition réelle20,21,22.
    Si ces conclusions ont fait l'objet de critiques, c'est en dehors du cadre scientifique, sans le contrôle de comités de lecture23,24.
    Un rapport de 2005 de l’Agence de protection sanitaire (en) du Royaume-Uni concluait que l’électrosensibilité devait être prise en considération par d’autres voies que son étiologie : les souffrances sont réelles, même si les causes de ces souffrances ne sont pas définies25. Selon le groupe d'experts de la Commission européenne (Bergqvist et al, 19979) et le groupe de travail de l’OMS3, le terme « électrosensibilité » n'implique pas une relation entre les champs électromagnétiques et des symptômes sanitaires.
    Source : [url=http://fr.wikipedia.org/wiki/Sensibilit%C3%A9_%C3%A9lectromagn%C3%A9tique#R.C3.A9sultats_des_.C3.A9tudes_scientifiques]http://fr.wikipedia.org/wiki/Sensibilit%C3%A9_%C3%A9lectromagn%C3%A9tique#R.C3.A9sultats_des_.C3.A9tudes_scientifiques[/url]

  2. La partialité du rapport Bioinitiative a été largement démontrée, [url=http://fr.wikipedia.org/wiki/Bioinitiative#Controverses]l'article de Wikipédia s'en fait lui-même l'écho[/url].
    Ce n'est en rien une 'vraie' étude, juste un recueil de données existantes choisies de façon partiales par des 'auteurs' en plein conflits d'intérêt avérés.
    Quant à l'électrosensibilité, on a des millions de gens qui affirment en souffrir, mais PAS UNE SEULE FOIS une étude faite dans des conditions scientifiques garantissant la qualité des résultats (typiquement des tests en technique dite du 'double aveulgle') n'a pu révéler l'existence d'UNE SEULE PERSONNE DANS LE MONDE dont les maux étaient corrélés avec la présence d'ondes, contrairement à leurs dires.

  3. Réagir sur le forum