Le service de cloud gaming OnLive, dans la tourmente, a été vendu

14

« Live » mais pour encore combien de temps ?

OnLive, société pionnière du cloud gaming (jeu vidéo opéré sur des serveurs à distance), a cédé son activité et sa marque à un repreneur anonyme, pour un montant inconnu.

Dans une mauvaise passe, l’entreprise a été vendue alors qu’elle était au bord de la faillite. En filigrane, c’est le modèle économique des services de jeu en streaming qui est en cause : avec une batterie de 8000 serveurs connectés en permanence pour assurer le service, alors que le nombre d’utilisateurs connectés simultanément n’a jamais dépassé les 2000, OnLive a-t-il eu les yeux plus gros que le ventre ?

Le difficile équilibre financier est l’une des principales raisons avancées par les détracteurs des systèmes de cloud gaming. C’est, par exemple, un des motifs cités par Free : contrairement à l’ensemble de ses concurrents, le FAI a choisi de faire tourner ses jeux directement sur le processeur de la Freebox Révolution, et non sur le cloud. Parmi d’autres raisons, l’opérateur pense également que la qualité de service n’est pas encore au rendez-vous, avec un lag (retard) bien trop présent au niveau des commandes pour permettre de jouer correctement.

Suite à l’opération, OnLive continuera à assurer ses services auprès des abonnés. Mais la continuation se fera dans la douleur : seule 20% de la masse salariale, constituée d’entre 180 et 200 personnes, sera conservée.

via ZDnet.fr

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

14 commentaires

  1. guiguipm a écrit :

    Dommage une faillite aurait été mieux que ça, mais bon ils vont vite se planter et ça c'est tant mieux ;D


    Ah bon ? C'est "tant mieux" aussi pour les employés qui perdent leur gagne-pain ?  :o

  2. PoilàGratter a écrit :

    Ah bon ? C'est "tant mieux" aussi pour les employés qui perdent leur gagne-pain ?  :o


    Effectivement c'est une mauvaise nouvelle pour les employés mais je suis d'accord avec guiguipm car le cloud gaming c'est le mal !!!

  3. Vous pensez sérieusement que parce qu'une boîte se plante ça empêchera le cloud gaming de s'imposer dans le futur ?
    Certes ça compliquera les choses pour cracker les jeux ((( ;) ))) mais il existera d'autres modèles pour jouer sans dépenser d'argent (ou alors très peu). Il en faut pour tous et les afficionados de la cerise trouveront leur bonheur même dans un univers plein de nuages.

  4. Bah de toute façon, il se plantera le cloud gaming, un vrai joueur qui se respecte n'aime pas ça, et puis pour ceux à qui ça peut plaire encore faut-il que leur connexion soit suffisante, et ça c'est pas demain la veille, vive les jeux en boîte :D

  5. Concernant free et sa position sur le cloud gaming, les arguments sont effectivement intéressants (notamment sur la latence des jeux)... Mais bon, soyons honnêtes:

    D'un coté sur Freebox Revolution on peut jouer à Angry Birds et autres transfuges de jeux smartphones, et de l'autre des jeux dits "AAA" tournant sur PC et sur console HD. C'est tout sauf la même chose. Sans parler que certains FAI proposent leurs services de jeux en ligne sur multisupport (début sur PC puis sur box possible et inversement).

    Perso, je vois aussi un inconvénient à la freebox Revolution niveau jeux: Pour accéder à un jeu, il faut attendre 5 à dix minutes, le temps que les titres achetés soient "validés" + le temps de chargement. Cela doit certainement à voir avec l'absence physique de disque dur sur le lecteur vidéo qui fait aussi office de console, et tout doit être chargé en mémoire avant de commencer à jouer... En passant par un transfert via ethernet (chez moi via les CPL, ce qui peut expliquer le temps d'attente long).

    Bref, si free donne des arguments tout à fait valables sur les défauts des jeux en cloud, les jeux vidéos sur freebox revolution, ce n'est pas non plus la panacée.

  6. guiguipm a écrit :

    Non, tant mieux pour les consommateurs :D


    Où plutôt tant mieux pour les pirates qui n'achètent aucun jeux.
    Mais tu va un jour pleurer les larmes de tes yeux, car Onlive est un précurseur, et c'est l'avenir.

  7. Joearchi a écrit :
    D'un coté sur Freebox Revolution on peut jouer à Angry Birds et autres transfuges de jeux smartphones, et de l'autre des jeux dits "AAA" tournant sur PC et sur console HD. C'est tout sauf la même chose

    On est d'accord, c'est tout sauf la même chose.

    Là où on est manifestement pas d'accord, c'est que le public qui va être amené à jouer sur la Freebox Révolution n'est pas un public de hardcore gamer.

    C'est un public de joueurs casual, de plus en plus nombreux ; ceux là même qui ont fait le succès de Nintendo avec sa Wii et sa DS depuis maintenant près de 8 ans. Ce public est tout simplement la première génération d'adultes qui a grandi avec les jeux vidéos, et c'est une manne de joueurs qui n'est pas prête de se tarir, au contraire.

    Il ne faut pas oublier que la FBR n'a pas vocation à couvrir un domaine aussi bien voir mieux que du matos dédié. Les hardcore gamers choisiront encore et toujours le matos spécialié (PC de gamer ou console 'last gen'), de la même façon que l'audiophile passionné achètera du matos haut de gamme dédié, le vidéophile accroc ne se contentera pas du Blu Ray de la FBR, etc.

    Mais la masse du grand public qui a besoin 'amateur' y trouvera son bonheur. C'est cette cible qu'il faut viser avant tout, et Free a bien raison de ne pas se laisser distraire pas une cible minoritaire qu'il ne captera pas de toute façon.

  8. garionfree a écrit :

    Où plutôt tant mieux pour les pirates qui n'achètent aucun jeux.
    Mais tu va un jour pleurer les larmes de tes yeux, car Onlive est un précurseur, et c'est l'avenir.


    Tu sais j'achète tous mes jeux, en boîte, Onlive est peut être un précurseur, mais le cloud gaming n'intéressera JAMAIS les vrais joueurs, et c'est pas l'avenir nan

  9. Réagir sur le forum