Cap 24 pourrait céder sa place à CBFM

4

Tant que ce n’est pas Get 27…

Le groupe NextRadioTV, éditant notamment la radio BFM et BFM TV, a annoncé vendredi avoir fait la meilleure offre de reprise pour la chaîne régionale d’Ile-de-France, Cap 24, actuellement en cessation de paiement.

L’audience du tribunal de commerce décidant du sort de la chaîne Cap 24, qui se déroulera aujourd’hui, devrait, selon toute vraisemblance, trancher en faveur du meilleur dossier, proposé par NextRadioTV. Selon le groupe, celui-ci aurait proposé « une enveloppe financière de 1,5 M€ contre 700 000 € pour le groupe Bolloré, 300 000 € pour AB Thématiques et 50 000 € pour Premier Investissement ».

Si le groupe parvient à ses fins, la chaîne Cap 24 telle qu’elle existe devrait céder sa place à CBFM, que NextRadioTV décrit comme « la première chaîne française alternant information économique et financière et actualité locale. CBFM veut devenir la chaîne des cadres franciliens qui y trouveront une information économique de qualité, des rendez-vous sur la vie culturelle francilienne, ainsi que des indicationssur le trafic routier et des points météo ». Dans ce cadre, 12 emplois sur 15 seront conservés.

La future chaîne envisage de proposer pas moins de 18 heures de direct par jour, et 3 heures d’informations locales. Pour NextRadioTV, ce projet s’inscrit dans un cadre plus large, puisque plusieurs programmes de CBFM devraient être repris quotidiennement sur la future chaîne nationale BFM Business. Prévue pour le 15 novembre prochain sur l’ADSL, le câble et le satellite, cette dernière sera une chaîne d’information économique en continu, une sorte de “Bloomberg à la française”.

Source : Satellifax

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

4 commentaires

  1. Dans cette affaire, le CSA, en se prononçant clairement en faveur de Bolloré, fait allégeance au pouvoir en place au lieu d'affirmer sa compétence et son impartialité. Au vu des échecs cuisants de la télé locale en IDF, et au nom de la pluralité des media, doit-on confier à nouveau des fréquences aux plus puissants ? Doit-on utiliser ces fréquences pour faire du "sous-national" ou carrément du national en oubliant la proximité ? Est ce qu'on ne pourrait pas rechercher la compétence au lieu de croire des chimères à court terme ? Est ce rendre un service aux employés de cap24 que leur faire croire que leur emploi va être pérénisé dans les mains des plus grands groupes ???

  2. bernard1945 a écrit :
    Dans cette affaire, le CSA, en se prononçant clairement en faveur de Bolloré, fait allégeance au pouvoir en place au lieu d'affirmer sa compétence et son impartialité. Au vu des échecs cuisants de la télé locale en IDF, et au nom de la pluralité des media, doit-on confier à nouveau des fréquences aux plus puissants ? Doit-on utiliser ces fréquences pour faire du "sous-national" ou carrément du national en oubliant la proximité ? Est ce qu'on ne pourrait pas rechercher la compétence au lieu de croire des chimères à court terme ? Est ce rendre un service aux employés de cap24 que leur faire croire que leur emploi va être pérénisé dans les mains des plus grands groupes ???
    Hum... On parle là d'une décision économique dans laquelle le CSA n'intervient pas. Et de toute façon, Bolloré ne part pas gagnant du tout...

  3. Les chaines locales de la TNT n'auraient-elles pas un peu plus de visibilité en étant placées directement à la suite des chaines nationales dans la numérotation (en tout cas, en ce qui concerne la Freebox) ? La version de France 3 diffusée est choisie selon la localisation de l'abonné. Pourquoi on ne ferait pas pareil avec les chaines TNT locales ? Pour ma part, l'antenne de l'immeuble est parfaitement inefficace (que ce soit en analogique ou en numérique) et je n'ai que le flux ADSL, et sur ce dernier, la numérotation est vraiment douteuse ! (ça a peut-être déjà été expliqué, et il y a peut-être une bonne raison, mais je ne comprends pas pourquoi certaines chaines sont à 2 numérotations différentes...). Bref, dommage, ma copine a eu l'occasion de travailler sur cette chaine de temps en temps et l'ambiance détendue était appréciable...

  4. Le CSA a rendu ses conclusions et ses recommandations au Tribunal de Commerce en "excluant" notamment 3 des éventuels repreneurs. Son avis est certes péanlisant pour ceux qui sont ainsi évincés. Il est évident que le Tribunal va plutôt pencher vers les candidats "adoubés" par le CSA....qui est en principe maître des fréquences.

  5. Réagir sur le forum