Test Freebox Delta (2/9) : un Player Devialet qui ne trouve pas sa place…

3

Le problème a déjà été évoqué par de nombreux utilisateurs avant nous, mais il s’agit d’un des premiers problèmes auxquels vous serez confrontés dès l’installation de votre player Freebox Delta. Avec ses dimensions imposantes, le Player Free Devialet est fondamentalement inadapté à la plupart des intérieurs.

Idéalement placé devant le téléviseur, bien au centre, le boîtier se retrouvera souvent relégué dans un coin de meuble, faute de place. À la fois haut et profond, ce gros onigiri a de fortes chances de ne pas pouvoir rentrer devant votre télévision, ou de masquer la partie inférieure de l’image…

Conséquence directe d’un placement non-optimal « faute de mieux » : il n’est pas possible d’apprécier les capacités sonores de l’enceinte intégrée. On préférera vite revenir au son de la télévision, certes potentiellement moins bon mais centré par rapport à l’image. La conception même de l’enceinte, pensée pour laisser certains sons se répercuter sur le mur arrière, lui interdit d’être placée dans un coin de la pièce — sous peine d’un rendu sonore plus que douteux.

Quelques exemples concrets

Profiter pleinement de la Freebox Delta demandera, dans la grande majorité des cas, un ajustement plus ou moins conséquent de son intérieur. Fixer son téléviseur au mur, comme dans les showrooms de Free, sera souvent la meilleure solution — mais au prix de dépenses supplémentaires et de quelques travaux. Incompréhensible, pour un produit qui se veut simple d’utilisation et grand public !

Privilégier l’esthétique à la pratique

Cette erreur de conception fondamentale, déjà rédhibitoire pour beaucoup, n’est que la partie émergée de toute une série de choix discutables, allant dans le sens d’une esthétique clinquante et originale, mais rarement pratique.

Visuellement, de notre avis, le Player est plutôt attractif, même si cette notion est purement subjective. On aime tout particulièrement les LEDs sur le pavé tactile rond au sommet de la box, qui s’animent et changent de couleur lors d’un changement de volume ou de piste, de l’utilisation d’un assistant vocal, etc.

Pourtant, là encore, ce choix montre vite ses limites lors d’une utilisation au quotidien. Bien confortablement installé dans son canapé, de loin, cet affichage sur le sommet de la box est très difficile à distinguer — impossible de connaître, donc, le volume sonore si la télévision n’est pas allumée. Un affichage en façade aurait sans doute été préférable.

La couleur blanche de la box ne viendra pas entraver outre mesure vos sessions cinéma nocturnes, grâce à sa finition mate. En revanche, le pavé tactile central (encore lui), noir et brillant, deviendra rapidement votre pire ennemi : toutes les images de la télévision proche s’y reflètent dans la pénombre, ayant pour effet de parasiter votre film. Cette sensation sera décuplée si vous avez mis votre télécommande tactile, elle aussi surmontée d’une large surface réfléchissante, en charge sur la box…

Finalement, on a l’impression que les choix de design de la Freebox Delta servent plus un « effet démo », efficace pour les présentations dans les Free Centers ou dans les publicités… au sacrifice total de l’ « usabilité ». On a peine à croire que ce produit ait atteint l’étape de la production sans que personne ne pointe du doigt ces défauts majeurs et évidents.

Freebox Delta, le grand test
Déballage et initialisation, de bonnes en mauvaises surprises
Un Player qui ne trouve pas sa place…
Wi-Fi surpuissant, NAS décevant
Coup de jeune pour l’interface TV
Le son Devialet, clinquant et peu maîtrisé
OK Freebox et Alexa, que valent-ils ?
Pack Sécurité, le nouveau cheval de Troie de Free
Bilan : à qui cette box est-elle destinée ?
Annexe

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

3 commentaires

  1. C''est en effet beau à regarder mais inutilisable avec des performances qui peuvent devenir déplorables en pratique. Non pas qu'elle soit mauvaise, mais juste parce qu'elle elle ne trouve pas sa place et qu'elle est très limitée car la spatialisation du son ne se règle pas. Celle-ci est au mieux inefficace et au pire contre productive (inversion gauche/droite).

    Le pire c'est que quand on a possède déjà mieux niveau son, on ne sait ensuite pas ou cacher cette grosse boite chère et inutile,  qui ne rentre nulle part...

    Une barre de son connectée plus classique, séparée et en option, ça aurait pu être une bonne idée. Mais là c'est complètement loupé. Seul celui qui a une petite pièce avec un téléviseur obligatoirement accroché au centre d'un mur peu vraiment en profiter. Personnellement, je ne répond à aucun de ces critères, et en pratique, le résultat, ce n'est pas du tout, du tout, ça.

    Et je n'arrive toujours pas à planquer cette grosse boite. La revendre sur Leboncoin m'a même traversé l'esprit...

  2. Oui quand on a déjà du son, cela devient compliqué. En multiroom, elle ne sert à rien.
    Une solution serait la possibilité de migration avec la Delta S seule, mais avec la possibilité de disposer de l'option TV et de pouvoir rajouter une box Android, la Nvidia Shield par exemple.
    Dans ces conditions on bénéficie du potentiel de la V7, sans avoir à se ruiner dans la box Devialet et des services TV d'Android.
    Une autre solution, Free sort une box TV sans la Devialet.

  3. Une barre son (jolie et design) avec affichage en facade aurait etait plus malin comme choix. ils auraient pu y integrer sans soucis toutes leurs technologie dedans sans soucis dans un barre qui aurait permis en plus de créer un vrai benchmark (aussi bien dans les box que pour les barre de sons) et non un Ovni.
    Dommage....mais peut etre que free tout en gardant les technologies developpées peuvent corriger le tire en sortant une box player 2.0 :)

  4. Réagir sur le forum