Une étude désamorce les accusations des concurrents sur les marges de Free Mobile

22

Qui a la plus grosse ?

Depuis l’arrivée de Free Mobile, les accusations émanant de la concurrence ne manquent pas. Parmi les reproches les plus souvent entendus à l’encontre du nouvel entrant, la rentabilité supposée de Free est souvent mise en cause, par exemple par Frank Esser, PDG de SFR

Accuser Free Mobile de ne faire que peu, voire pas du tout de marges, est généralement un argument de choix pour la concurrence, qui s’appuie alors sur de tels dires pour affirmer que le trublion ne pourra pas consacrer l’investissement suffisant au réseau.

Pour y voir plus clair, une étude commandée par l’Usine Nouvelle compare les modèles économiques typiques des opérateurs historiques avec celui du nouvel entrant.


Le bilan est bien à l’opposé de ce que tentent de dépeindre les dirigeants de groupes télécoms ; Free Mobile réaliserait en fait une marge supérieure, de l’ordre de 60% (contre 33% pour les opérateurs historiques), en rognant sur certains coûts.

Ainsi, avec un réseau de boutiques moins développé et moins coûteux, le budget consacré à la vente est moins important. Autre source importante d’économies, Free Mobile ne subventionne pas les terminaux proposés à ses abonnés, supprimant ainsi un poste de dépenses occupant près de 15% des structures de coûts des opérateurs classiques. Quelques économies seraient également réalisées sur le système d’informations ou le service client, mais pas sur l’entretien du réseau.

Bien entendu, il ne s’agit ici que de pourcentages, qui ne permettent pas d’établir une comparaison directe entre opérateurs — Free Mobile disposant d’un parc d’abonnés bien moins important que ses concurrents pour le moment. Néanmoins, avec ses 60% de marges estimées, le trublion dispose d’un champ de manœuvre suffisant pour accompagner sa croissance… n’en déplaise à Frank Esser, et consorts.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

22 commentaires

  1. L'étude est biaisé, il manque déjà la redevance que paye Free à Orange pour l'utilisation de son réseau.
    Ce qui a mon avis est loin d'être négligeable et diminue grandement la marge de Free.
    De plus, le réseau de boutique de Free est amené à s'étendre et donc à couter de plus en plus....
    etc.

  2. Une fois FREE s'enrichi sur le dos des autres opérateurs, et maintenant il prendrait ses clients pour des pigeons car il fait une super marge sur leurs dos!!!!
    la concurrence c'est plus quoi dire et perd les pédales ...

  3. Réagir sur le forum