Une étude commandée par Free Mobile dresse un bilan positif pour les emplois en France

0

Fait rare, Free Mobile a commandé lui-même une étude à deux économistes (Augustin Landier et David Thesmar) pour évaluer l’impact de son arrivée sur l’emploi dans le secteur et pour l’ensemble de l’économie française…

Les Échos publient ce jour les principales conclusions de cette étude de 63 pages, portant sur “l’impact macroéconomique de l’attribution de la quatrième licence mobile” : selon cette dernière, l’arrivée de Free Mobile rendrait possible, à terme, 16 000 à 30 000 créations nettes d’emplois (chiffre estimé sur l’ensemble de l’économie française).

De tels chiffres arrivent au bon moment pour défendre Free alors que l’opérateur est accablé par un rapport parlementaire et doit essuyer les accusations d’Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, qui dénonce notamment la « précarisation des travailleurs chez Free ».

Jeudi dernier, sur BFM Business, Maxime Lombardini, DG d’Iliad (Free), mettait en avant l’impact positif de Free Mobile sur le pouvoir d’achat des ménages, et la réinjection dans l’économie qui en découlerait. « Le débat sur la destruction d’emploi dans les télécoms me paraît un peu étroit », concluait-il. Un avis que partage l’un des co-auteurs de l’étude commandée par Free, David Thesmar : « l’idée que la concurrence détruit des emplois n’est pas très naturelle en théorie économique », explique ce dernier.

L’étude considère qu’une baisse globale de 10% des prix du mobile pourraient rendre possible la création de 16 000 nouveaux emplois à relativement court terme — dont seulement 267 dans le secteur des télécoms. À plus long terme, cette concurrence accrue devrait permettre de créer au total 30 000 nouveaux postes. Et de conclure que, loin d’handicaper l’emploi et le déploiement des réseaux, l’arrivée de Free Mobile est un « stimulant, et non un handicap, pour l’investissement »

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.