Stéphane Richard évoque la fin de l’itinérance Free Mobile en 2018

10

Invité de Jean-Michel Aphatie sur RTL, Stéphane Richard a répondu à Martin Bouygues, qui demandait l’arrêt total de l’itinérance Free Mobile sur le réseau d’Orange dès la fin du contrat actuel, soit en 2018.

Sans véritablement trancher, le PDG d’Orange s’est déclaré plutôt favorable à cette idée : « je comprends tout à fait le raisonnement. C’est vrai que l’itinérance, c’est un dispositif qui est nécessaire pour le début, tant que le quatrième opérateur n’a pas déployé tout son réseau, il faut bien que quelqu’un assure l’itinérance, et pour aujourd’hui, c’est nous. Mais ça n’a pas vocation à rester éternel. »

Free Mobile disposera-t-il d’un réseau suffisant pour se passer de l’aide d’Orange en 2018 ? C’est ce qu’espère Stéphane Richard, qui en appelle aux dirigeants d’Iliad : « Xavier Niel est le premier à dire que, pour lui, [l’itinérance] n’est pas une solution définitive et que son intérêt économique est d’investir dans son réseau. Alors, prenons-le au mot, et voyons ce qu’il fera ».

Rappelons que, selon les termes de sa licence, Free Mobile devra couvrir 90 % de la population en 2018. Mais le nouvel entrant, qui ne dispose pas de licence 2G, devra alors s’assurer que tous ses abonnés disposent bien de périphériques capables de se connecter et de téléphoner en 3G…

Écouter l’interview complète :


ou téléchargez le fichier MP3

Source : RTL

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

10 commentaires

  1. Sauf erreur, la licence 3G implique la rétrocession de  bande de fréquences 2G de la part de SFR et Bouygues au nouvel entrant, et ce à partir de janvier 2012. Donc d'ici 2018 free aura des fréquences 2G

  2. Bien au contraire, je pense que la 2G survira à la 3G.
    La 3G est une technologie complexe, qui est déjà malmenée par les performances de la 4G qui sera parfaitement efficace lorsque il sera possible de passer des appels voix avec.
    Le machine to machine sont des échanges qu'il convient mieux de faire sur 2G que sur 3G et qui vont probablement se développer dans les années à venir.
    La stack 2G est à préférer pour faire des échanges périodiques de quelques octets que celles mises en œuvre dans 3G.
    Free devrait tout de même se méfier de ces aspects.

  3. Une solution mi-chèvre mi-choux: Fin 2018: arrêt de l'itinérance 3G, Mais conservation de l'itinérance 2G, pour des raisons pratiques bien évidemment. Cela risque d'ailleurs de se passer de cette manière: l'itinérance 2G est un droit de fait, réglementé par l'ARCEP. L'itinérance 3G est un contrat hors régulation de l'ARCEP.
    En terme de coût d'itinérance, il y a fort à parier que c'est la partie data qui plombe la note. Conserver la 2G n'aurait en mon sens que des avantages, et ne pourrait certainement pas être prise comme argument par ses concurrents.

  4. Autre scénario possible en 2018 : L’État décide d'octroyer une licence 2G à Free, en complément de ses licences 3G et 4G, en contre-partie d'un arrêt de l'itinérance ...

  5. Réagir sur le forum