L’ANFR conteste les mesures de réseau menées par l’Arcep

41

L’histoire sans fin

L’agence nationale des fréquences radioélectriques (ANFR) émet des doutes sur les mesures du déploiement du réseau de Free Mobile, menées par l’Arcep. La méthode retenue par le régulateur ne serait pas adaptée à un opérateur en itinérance, selon elle…

Répondant à une demande d’Éric Besson, ministre de l’Industrie, l’ANFR a rendu son rapport, dont les principales conclusions viennent remettre en cause les mesures menées par l’Arcep.

Pour contrôler que Free Mobile respecte bien ses obligations réglementaires, l’Arcep utilise des cartes SIM “bloquées”, capables de ne se connecter qu’au réseau de Free Mobile. Or, celles-ci ne sont pas représentatives du parc de cartes SIM distribuées aux clients de Free, souligne l’ANFR ; dans la pratique, ces dernières sont également capables de se connecter au réseau d’Orange, en itinérance.

L’Agence nationale met en avant les choix de déploiement atypiques de Free Mobile, qui « a implanté bon nombre de ses stations de manière très espacée », ce qui « accroît la dépendance » au réseau d’Orange. Tout en réservant son verdict final pour fin mars, le temps d’élaborer de nouveaux tests lui permettant d’« élucider certaines particularités du fonctionnement radioélectrique du réseau de Free Mobile », l’ANFR remarque tout de même que « seules 70 % des stations de l’opérateur en émission sont entrées spontanément en interaction avec le mobile portant une carte Free » lors de ses premiers essais.

En conclusion, l’ANFR constate que la « couverture théorique reflète mal la réalité du fonctionnement d’un réseau hybride (…) reposant très largement sur l’itinérance ». Elle invite Free Mobile à « modifier quelques paramètres dans son réseau pour rétablir la préférence de ses terminaux pour son infrastructure propre », afin que le réseau d’Orange soit moins sollicité dans les zones où le nouvel entrant est également présent.

Rappelons toutefois que Jean-Ludovic Silicani, président de l’Arcep, a appelé à faire une distinction nette entre la couverture de la population et la qualité de service d’un réseau, qui sont deux mesures bien distinctes. Le rapport de l’ANFR semble, au contraire, devoir alimenter la confusion…

Source : Les Échos

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

41 commentaires

  1. la couverture théorique reflète mal la réalité du fonctionnement d’un réseau hybride (...) reposant très largement sur l’itinérance

    Sauf que SEULE la couverture théorique et SEULE la méthode utilisée par l'ARCEP sont mentionnées dans la licence 3G obtenue par Free.

    Toute autre mesure est peut-être pertinente pour mesurer les usages mais n'aura AUCUN impact et ne pourra faire AUCUNE contrainte sur la façon dont Free déploie son réseau.

  2. Oui donc en gros ils ne contestent pas la couverture de free selon le cahier des charges de l'ARCEP, mais finalement critiquent le procédé d'itinérance.
    Circulez y a rien à voir.

  3. Freenews a écrit :

    Pour contrôler que Free Mobile respecte bien ses obligations réglementaires, l’Arcep utilise des cartes SIM “bloquées”, capables de ne se connecter qu’au réseau de Free Mobile. Or, celles-ci ne sont pas représentatives du parc de cartes SIM distribuées aux clients de Free, souligne l’ANFR ; dans la pratique, ces dernières sont également capables de se connecter au réseau d’Orange, en itinérance.
    Je comprend pas ce qu'ils ont a redire la. Comment l'arcep pourrais tester autrement le réseau free qu'avec des cartes sim bloquées sur ce réseau. S'ils prennent des cartes "représentatives du parc de cartes SIM distribuées aux clients de Free" ils vont tester la couverture du réseau orange  :-\

  4. L'ANFR semble pétri de connivences avec le trio infernal arnaqueur.
    On s'en fout que ces gens là contestent.
    Ce que je retiens, c'est que FREE et ORANGE se sont entendus sur des accords d'itinérance et que ça marche.
    Que ANFR vienne contester les mesures de l'ARCEP, on s'en fout.
    On est dans un domaine où la précision n'est pas possible.
    Qui que ce soit qui fasse des mesures, elles seront toujours sujettes à polémique.
    On sent bien que cette polémique, entretenue par ANFR n'est pas indépendante.
    Bonjour les pots de vin !

  5. mickeul16 a écrit :

    le réseau a été déployé en fonction des autorisations aussi, il faut le noter l'ANFR ne doit pas le savoir ça
    Or les mairies sont réticentes à accueillir les antennes d'un 4eme opérateur dans certains cas, et sont un poil responsables de ce déploiement en "tache de léopard"
    Mais dans d'autres villes (par ex Angoulême à coté de chez moi, le déploiement s'est fait par plaque, 4 antennes se recouvrent du point de vue couverture sur le centre-ville)

    c'est mon point de vue perso


    Je soutiens ton point de vue !
    Lorsque je voie le Havre (76), c'est pourtant un maire UMP, mais la couverture est réalisé par plaque, alors que sur Rouen (76) et son agglo cela fait tache de léopard

  6. Comme le disais Jean-Ludovic Silicani (de l'ARCEP), on s'en fout que la méthode ne soit pas tout à fait exacte, puisqu'au final c'est celle qui a été employée pour les autres opérateurs. On ne peut pas faire deux poids deux mesures : si elle est inexacte pour Free, elle l'était aussi pour les 3 autres connards, et personne ne s'en est plaint à l'époque.

  7. On peut penser aussi que cette couverture en tache de leopard  a permis a Free de respecter ses engagements de couverture de population à moindre frais pour commencer. Je ne pense pas que ce soit la réticence des maires qui en soit à l'origine, ils n'ont leur mot à dire que pour des questions concernant des règles d'urbanisme, mais c'est l'ANFR qui donne ou non son autorisation pour ce qui concerne l'exposition éventuelle aux rayonnements. (Source :http://www.radiofrequences.gouv.fr/spip.php?article56)

    A part ça, je me posais 2 questions et je n'ai pas trouvé de réponse pour le moment.
    1 : Y a t'il eu des accords d'itinérance entre les 3 opérateurs à un certain moment et/ou y en t'il toujours entre eux pour certaines zones ?
    2 : A priori les cartes SIM Free sont programmées pour rechercher un nouveau réseau toutes les 30 minutes seulement. Si c'est bien vrai, quelqu'un sait-il quel est le délai habituel de recherche de réseau pour les SIM de ses concurrents ?

  8. Réagir sur le forum