Alternative Mobile dénonce l’attitude de Free face aux MVNO

16

Léonidas Kalogeropoulos, délégué général de l’association Alternative Mobile, revient sur les reproches faits par les MVNO au nouvel entrant, suite au lancement d’une procédure en manquement contre Free Mobile par l’Arcep.

Dans un entretien consacré à la Lettre de l’Audovisuel, il expose à nouveau les revendications des MVNO. Ceux-ci avaient qualifié de « mascarade », début février, les tarifs de gros proposés aux opérateurs virtuels par Free, soulignant qu’ils étaient « plus chers que l’offre de détail » et reprochaient au nouvel entrant de « vouloir évincer massivement et rapidement les acteurs qui ont introduit la concurrence en France ».

Aujourd’hui, selon l’association, Free aurait « une certaine capacité à ne pas répondre » aux MVNO, nécessitant de saisir le régulateur.

L’Arcep s’étant penchée sur ce dossier, Léonidas Kalogeropoulos va plus loin : « par cette procédure, l’Arcep pourra s’assurer que Free Mobile respectera les engagement auxquels il a souscrits tendant à favoriser une concurrence effective (…) L’Arcep avait veillé au lancement de Free à ce que le marché soit concurrentiel à la fois par l’émergence d’un quatrième opérateur et aussi par la poursuite du développement des MVNO. Ces deux leviers sont complémentaires et doivent être préservés », espère-t-il.

Source : la Lettre de l’Audiovisuel

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

16 commentaires

  1. C'est toujours pareil. Tant qu'on n'a pas les tarifs MVNO des 3 autres opérateurs, toute discussion est vaine. Cette info est essentielle.

  2. Tofee a écrit :

    C'est toujours pareil. Tant qu'on n'a pas les tarifs MVNO des 3 autres opérateurs, toute discussion est vaine. Cette info est essentielle.


    Le problème est que le tarif de gros de Free est supérieur à son tarif de détail.
    Donc même si le tarif MVNO proposé par Free est inférieur à ceux des 3 autres opérateurs, ce n'est pas normal.
    La question donc « est comment Free peut justifier de cet écart de prix, étant donné qu'il est engagé à faire une offre reflétant ses coûts de production ? ».

  3. Gromble a écrit :

    Le problème est que le tarif de gros de Free est supérieur à son tarif de détail.
    Donc même si le tarif MVNO proposé par Free est inférieur à ceux des 3 autres opérateurs, ce n'est pas normal.
    La question donc « est comment Free peut justifier de cet écart de prix, étant donné qu'il est engagé à faire une offre reflétant ses coûts de production ? ».


    Oui, cette question est à la fois le centre du problème et la question posée à l'ARCEP par Alternative Mobile.

    A noter en passant le délai qu'il a fallu à l'ARCEP pour réagir à la sollicitation des plaignants.
    Y aurait-il eu des élections entre temps ?  ;)  ;D

  4. Gromble a écrit :

    La question donc « est comment Free peut justifier de cet écart de prix, étant donné qu'il est engagé à faire une offre reflétant ses coûts de production ? ».


    Free a (sûrement) des coûts de production inférieurs. Donc il propose des tarifs de détail + bas. Mais cela ne l'oblige à pas à proposer une baisse identique pour les offres de gros. Tant qu'il y a une baisse, Free joue le jeu, même si ça ressemble au minimum légal.

  5. Gromble a écrit :

    Le problème est que le tarif de gros de Free est supérieur à son tarif de détail.
    Donc même si le tarif MVNO proposé par Free est inférieur à ceux des 3 autres opérateurs, ce n'est pas normal.
    La question donc « est comment Free peut justifier de cet écart de prix, étant donné qu'il est engagé à faire une offre reflétant ses coûts de production ? ».


    Non, le problème n'est pas là. Même avec un tarif supérieur, un MVNO qui vise une catégorie précise d'usagers pourrait arriver à concurrencer Free sur certains profils de consommateurs.
    Par ailleurs, Free s'est engagé à proposer aux MVNO lights des tarifs fondés sur les coûts de production des prestations; en soit, il peut choisir le coefficient multiplicateur qu'il veut ! Même si c'est un peu de mauvaise foi.

  6. Tofee a écrit :

    Non, le problème n'est pas là. Même avec un tarif supérieur, un MVNO qui vise une catégorie précise d'usagers pourrait arriver à concurrencer Free sur certains profils de consommateurs.
    Par ailleurs, Free s'est engagé à proposer aux MVNO lights des tarifs fondés sur les coûts de production des prestations; en soit, il peut choisir le coefficient multiplicateur qu'il veut ! Même si c'est un peu de mauvaise foi.


    Il se trouve que cette mauvaise foi, l'ARCEP ne l'attendait pas.  ;)

  7. tictac492 a écrit :

    Free a (sûrement) des coûts de production inférieurs. Donc il propose des tarifs de détail + bas. Mais cela ne l'oblige à pas à proposer une baisse identique pour les offres de gros. Tant qu'il y a une baisse, Free joue le jeu, même si ça ressemble au minimum légal.


    C'est pas une question de baisse de prix, mais de cohérence entre l'offre de détail et l'offre de gros.
    Il faut que Free justifie du fait qu'il s'estime capable de vendre un forfait à 2€ par mois à un client lambda, mais qu'il ne peut pas le proposer à un MVNO qui lui achèterait par exemple 100.000 forfaits.

  8. Réagir sur le forum