Accusations sur le réseau Free Mobile : l’ARCEP recadre les concurrents

22

Dans les dents !

L’Arcep, Autorité de régulation des télécoms, a publié une série de précisions suite à la polémique médiatique lancée par les opérateurs, accusant Free d’avoir éteint certaines de ses antennes-relais et/ou de ne pas respecter ses impératifs de couverture…

Tout d’abord, l’Autorité rappelle que l’audit qu’elle a mené, « au travers d’une campagne de plus de 10 000 mesures » lui a permis de confirmer que Free respectait bien ses engagements en couvrant plus de 27% de la population (sur son réseau propre, hors itinérance).

Ce taux de couverture a été validé le 13 décembre 2011. La méthode de vérification employée est « strictement identique à celle utilisée, dans les mêmes circonstances, pour les autres opérateurs » en leur temps, précise l’Arcep.

L’Autorité rappelle par ailleurs que « le lancement d’un nouveau réseau de téléphonie mobile représente une opération complexe qui peut nécessiter des réglages et des mises au point ». Elle se permet d’indiquer que les trois opérateurs en place (Orange, SFR et Bouygues Telecom) n’avaient, de leur côté, pas respecté leurs obligations de couverture respectives en 3G, en 2001 et 2002. L’Arcep avait alors « toléré cet état de fait » en raison « des difficultés techniques et économiques invoquées par les opérateurs ».

Suite à ce recadrage en règle, l’Autorité reconnaît avoir été saisie par les syndicats CFE-CGC et UNSA Télécoms, qui lui demandent de mener une nouvelle enquête sur l’état du réseau Free Mobile. Cependant, aucun opérateur n’a adressé une telle requête, et l’Arcep précise qu’elle n’a reçu « aucun élément concret » venant étayer les accusations de désactivation des antennes sur le réseau de Free.

« Dans un souci de transparence et de sérénité, l’ARCEP a estimé utile de demander à la société Free Mobile d’actualiser les informations relatives à l’état de son réseau », conclut le communiqué, qui invite le nouvel entrant à lui communiquer le détail des sites « effectivement activés » et à lui faire connaître les motifs qui auraient pu engendrer, s’il y a lieu, d’éventuelles désactivations de stations sur le réseau.

Suite à cela, l’Arcep engagera une nouvelle enquête sur le terrain, dont les résultats seront publiés.

Source : Arcep

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

22 commentaires

  1. Moralité, phase de montée en puissance normale chez Free, et concurrents des plus ridicules.
    Reste les naufragés des SIM Free. Je ne sais combien il y en a, mais je comprends qu'ils soient un peu échaudés après plusieurs jours sans portable.
    Je pense qu'avec un portage de numéro, il faut jouer la prudence. Par exemple, avoir un portable de secours avec sa ligne active. Genre 2€...

  2. On aura bon dire ce que l'on veut, mais l'ARCEP fait bien son boulot. Sans blanchir free mobile, l'institution calme le jeu.
    Bien ficelé, pro et malin: en demandant la transparence de la part de free, elle lui permettra de montrer son avancement depuis décembre (Mr Niel avait laché un mot récemment indiquant qu'ils étaient proche des 40% désormais) et éventuellement mettre au clair d'éventuels sites défaillants, tandis que l'ARCEP pourra faire une campagne de vérification sans donner l'impression que la précédente était baclée.
    @ Alter free: Perso: demande faite le 11 à 9h00, mail simyo reçu aujourd'hui pour portabilité effective annoncée le 31. Les derniers servis du second jour vont bientôt être traités, quant aux SIM perdues dans la nature, certains avaient noté dans le forum qu'un appel à la hotline permettait un renvoi d'une nouvelle SIM. On commence à voir le bout du tunnel, restons confiants et patients :)

  3. Ils vont bien trouver autre choses les 3 mousquetaires.
    On devrait remonter aussi les problèmes liés au desim-lockages qui trainent volontairement de la part de ces opérateurs il y a beaucoup de gens autour de moi qui galèrent pour se faire débloquer le téléphone.
    On les fait tourner en rond volontairement en espérant que le fait de faire trainer le déblocage de leur portable cela ne les incite pas a racheter un autre portable au prix fort.
    Il serait utile que ce soit remonté et mis en avant auprès de l'ARCEP et des médias car je pense qu'il y a des milliers de gens dans cette situation.

  4. plus de portable = on est perdu
    plus d'internet = c'est la mort
    c'est quoi tous ces gens qui ne dependent que de la technologie ??
    je n'ose penser ce qu'il ferait en vacances sans le telephone collé aux oreilles, l'ordi portable sur les genoux et le lecteur MP3 pendu au cou

  5. Et dans un même temps, le ministre EXIGE de l'ARCEP une enquête.
    http://www.lefigaro.fr/medias/2012/01/27/20004-20120127ARTFIG00333-free-mobile-besson-presse-l-arcep-de-controler-le-reseau.php
    Ah les lobbies...
    J'ai beaucoup le recadrage de l'ARCEP sur "Oh fait les gars, quant c'était vous, vous n'aviez pas respecter vos engagement et nous avions fermé les yeux..."

  6. Réagir sur le forum