Éric Besson veut « débloquer le déploiement des réseaux mobiles » à Paris

16

Paris tenu

Le ministre chargé de l’Industrie et de l’Économie numérique a critiqué la décision de la mairie de Paris, visant à suspendre l’installation de toute nouvelle antenne-relais.

Ce gel de la situation fait suite à une discorde entre la Mairie et les opérateurs de la FFT (Orange, SFR et Bouygues Télécom) sur les conditions de renouvellement d’une charte de 2003. La ville entendait la durcir, en réduisant la puissance d’émission autorisée pour chaque antenne ; les opérateurs souhaitaient, au contraire, augmenter ce seuil. Des « exigences inacceptables », selon Mao Péninou, adjoint du maire chargé du dossier.

Le bilan est lourd de conséquences : 32 demandes de pose d’antenne sont au point mort, et 180 équipements déjà en place pourraient être démontés.

Face à la crise qui sévit dans la capitale, Éric Besson a fait savoir qu’il trouvait la décision de la mairie de Paris « précipitée et disproportionnée », alors même que les premières licences 4G ont été attribuées et que d’autres (sur la bande des 800 MHz) font toujours l’objet d’un appel à candidatures jusqu’au 15 décembre 2011.

Le ministre a exhorté la municipalité à « reprendre les discussions avec les opérateurs afin de débloquer le déploiement des réseaux mobiles ».

via Libération

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

16 commentaires

  1. Contrairement à ce que dis le gouvernement, ce n'est pas la Mairie de Paris qui bloque la situation mais bien la FFT. Le souhait de la FFT étant quand même de multiplier par 5 le seuil autorisé alors qu'en même temps l'OMS souhaite classer ces ondes comme potentiellement cancérigène.

  2. A tous les coups M. Besson a du lui aussi toucher son chèque de la part d'opérateurs qui sont venus vers lui pour débloquer la situation. Il serait franchement judicieux de considérer de manière réaliste l'impact sur la santé des antennes-relais.

  3. C'est quand même très con, cette situation. On voit des oppositions partout sur le pose d'antennes relais a cause de leur puissance. Si, comme beaucoup de riverains le demandent, les puissances etaient baissées, il y aurait beaucoup moins d'oppostion. la FFT se tire une balle dans le pied toute seule comme une grande...

  4. C'est la France dans toute sa splendeur......... Tout le monde veut son mobile mais pas les antennes.......... idem pour les éoliennes, les centrales nucléaires, les incinérateurs, les autoroutes, etc.... Oui à tout mais chez les autres............

  5. tomacracra a écrit :
    A tous les coups M. Besson a du lui aussi toucher son chèque de la part d'opérateurs qui sont venus vers lui pour débloquer la situation. Il serait franchement judicieux de considérer de manière réaliste l'impact sur la santé des antennes-relais.
    Et comment on considère de manière réaliste les impact alors qu'il n'y a à ce jour aucune étude crédible sur la question?? (que ce soit dans un sens ou dans l'autre) Et le rapport avec le chèque?? je vois pas bien si on se place du coté du consommateur, est-ce bien de virer les antennes relais? on va être content de moins bien capter? personne ne va râler?? c'est toujours l'éternel problème du "on veut capter" mais "on veut pas d'onde" très délicat de trouver un bon équilibre me semble-t-il

  6. soyons complet. Réglementation en France : 41 V/m pour la téléphonie mobile à 900 MHz, 58 V/m pour la téléphonie mobile à 1 800 MHz et 61 V/m pour la téléphonie mobile UMTS. A Paris, la puissance max est de 2 V/m (signé en 2003) FFT dit qu'elle n'a pas demandé à augmenter la puissance contrairement à ce que dit la mairie. Les opérateurs payent une redevance pour l'occupation des toits des bâtiments publics. De la à en déduire qu'il s'agit d'une simple affaire de sous entre la FFT et la mairie il n'y a qu'un pas. A ne pas oublier, plus on réduit la puissance et plus il faut mettre d'antenne relais !

  7. bil01 a écrit :
    Contrairement à ce que dis le gouvernement, ce n'est pas la Mairie de Paris qui bloque la situation mais bien la FFT. Le souhait de la FFT étant quand même de multiplier par 5 le seuil autorisé alors qu'en même temps l'OMS souhaite classer ces ondes comme potentiellement cancérigène.
    La F F T c'est la Fédération Française de Tennis ? je ne vois pas le rapport avec la téléphonie ! ah si ça commence par T ... Mais il semble que le principe soit le même on se renvoi la balle....

  8. Je lui souhaite bien du courage, le syndrome nimby ( not in my back yard) a touché la France. On veut bien des antennes à conditions qu'elle soient chez le voisin, comme tout le monde a un voisin c'est un véritable casse tête chinois .

  9. bil01 a écrit :
    Contrairement à ce que dis le gouvernement, ce n'est pas la Mairie de Paris qui bloque la situation mais bien la FFT. Le souhait de la FFT étant quand même de multiplier par 5 le seuil autorisé alors qu'en même temps l'OMS souhaite classer ces ondes comme potentiellement cancérigène.
    Ce sont les deux, la FFT avec ses exigences démesurées et la mairie de Paris qui a dit puisque c'est comme ça c'est terminé plus de nouvelles antennes à Paris . La ville aurait du demander de nouevlles propositions réalistes et dire en attendant c'est le système actuel qui s'applique jusqu'à l'accord final .

  10. On pourrait également supposer que la FFT composée de tous les opérateurs sauf Free font tout pour bloquer le déploiement des antennes de Free sur PARIS. Ca ne sert à rien de le bloquer puisque free à l'accord d'itinérance. mais ca permettrait quand même aux opérateurs concurrents de freiner le déploiement de Free Mobile. Dans ce monde de brute tous les coups sont permis. Je suis peut être un peu parano, mais suis-je réellement loin de la réalité?

  11. Réagir sur le forum